La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Damien Guillon, contre-ténor en chef

Avec son ensemble Le Banquet Céleste, Damien Guillon a sillonné les routes de France cet été, en hôte de nombreux festivals. Dans le cadre d'une tournée qui le mènera bientôt seul ou avec son ensemble en Hollande et au Japon, le contre-ténor et ses huit comparses seront au Festival d'Ambronay le 2 octobre. Rencontre avec un chanteur et un chef heureux.



Le Banquet Celeste © Bertrand Pichene.
Le Banquet Celeste © Bertrand Pichene.
Nous avons rencontré Damien Guillon au début de l'été, ayant depuis longtemps remarqué ce magnifique chanteur et son ensemble au nom beau comme l'antique : Le Banquet Céleste*. Un nom qui sonne comme une promesse, jamais déçue en concert et en disque. Justement, un CD paru en février 2016 consacré à Bach et Vivaldi est venu confirmer l'excellence du contre-ténor (également chef) et de son projet artistique. Issu de la Maîtrise de Bretagne (intégrée à huit ans) et du Chœur des Pages et des Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles, Damien Guillon a parcouru un beau chemin depuis lors.

Et s'il reste à découvrir pour le grand public, ce garçon lumineux et modeste (organiste et claveciniste par ailleurs), doté d'une admirable voix à la pureté rare, a été de longue date appelé par les plus grands, de Philippe Herreweghe à Raphaël Pichon, de Jean-Claude Malgloire à Masaaki Suzuki. Il a par ailleurs suivi l'enseignement du contre-ténor Andreas Scholl (un baryton à l'origine, comme lui) à la Schola Cantorum Basiliensis.

Christine Ducq - Vous avez choisi d'enregistrer avec le Banquet Céleste un programme centré sur J. S. Bach, avec sa version du "Stabat Mater" de Pergolèse, accompagné du "Nisi Dominus" de Vivaldi. Un programme déjà donné en concert ?

Damien Guillon © DR.
Damien Guillon © DR.
Damien Guillon - En effet. Nous avons donné la version originale du "Stabat" de Pergolèse plusieurs années avec la soprano Céline Scheen. Puis j'ai découvert la version de Bach que j'ai trouvée très intéressante, en particulier par les modifications apportées à la partition première. Nous avons eu envie d'enregistrer cette version du Cantor beaucoup moins connue.

Et pour Vivaldi ?

D. G. - Nous avons chanté souvent cette pièce dans nos programmes. Pourquoi l'associer au "Psaume 51" de Bach ? L'idée maîtresse de cet enregistrement était de présenter un "Bach et l'Italie", ainsi il m'a paru intéressant de lui mettre en regard ce compositeur qu'il a beaucoup transcrit et connaît très bien. Et puis j'aime beaucoup ce "Nisi Dominus".

Que fait Bach avec la partition de Pergolèse ?

D. G. - Il décide de l'adapter. Il commence par changer le texte en prenant le psaume 51 (celui du "Miserere") et en allemand. C'est loin d'être anodin : le sens du texte est très différent de l'original. Bach modifie aussi quelques lignes mélodiques pour coller au nouveau texte avec des thèmes comme la mort, les larmes, la douleur. Et il crée des motifs inédits. On peut parler d'un enrichissement de la rhétorique. Pour ce qui est de l'orchestre, il procède aussi à quelques changements. Par exemple chez Pergolèse, les altos doublent souvent la basse continue à l'octave (une fonction qui ressemble un peu à du remplissage) alors que Bach compose une vraie partie pour eux. Dans certains airs, l'alto dialogue avec la voix, ce qui est plutôt rare à l'époque.

Bach se livre enfin à quelques petits changements d'ordonnancement des mouvements et nous surprend par un final qui se conclut sur une note un peu plus optimiste que celui du "Stabat Mater" original.

Le Banquet Celeste © DR.
Le Banquet Celeste © DR.
Votre travail avec Le Banquet Céleste porte-t-il ses fruits aujourd'hui ?

D. G. - Nous avons commencé les premiers concerts en 2009 et nous avons tracé notre chemin. Nous avons commencé une implantation en région Bretagne d'où je suis originaire et une collaboration avec le Théâtre de Cornouaille à Quimper pour deux ans. Nous entamons également une résidence à l'Opéra de Rennes cette année pour trois ans. J'y chantais à l'âge de douze ou treize ans et je suis très heureux d'y revenir aujourd'hui avec mon ensemble.

Quelle est l'identité du Banquet Céleste ?

D. G. - Jusqu'à présent nous avons fait beaucoup de musique de chambre - une caractéristique que j'entends conserver avec notre double activité vocale et instrumentale. J'ai par ailleurs toujours désiré développer des projets d'excellence dans une formation à plusieurs chanteurs au parcours international.

Jusqu'à présent nous avions deux axes : les musiques italienne et allemande. Nous allons nous intéresser l'an prochain à Antonio Caldara et son oratorio "Maddalena ai piedi di Cristo", toujours avec Céline Scheen (avec qui je chante depuis longtemps), Thomas Hobbs, un ténor rencontré chez P. Herreweghe et le baryton Benoît Arnoud. Ces artistes de très haut niveau sont capables de s'adapter dans des programmes polyphoniques - ce qui n'est pas si courant chez les solistes. À l'avenir j'aimerais faire vivre le répertoire français et des compositeurs un peu négligés aujourd'hui, comme Telemann ou Peri.

Le Banquet Celeste © Bertrand Pichene.
Le Banquet Celeste © Bertrand Pichene.
Quelles sont les sensations qui vous font aimer diriger un ensemble ?

D. G. - Plus j'avance, plus j'ai envie de diriger et de faire de la musique de chambre. Et j'adore travailler avec des chanteurs, j'essaie de les aider, de les porter afin qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes. Mon expérience de chanteur est évidemment précieuse. J'aime l'idée de faire de la musique ensemble dans un groupe, d'être présent pour fédérer des artistes autour d'un projet. Quand le succès est au rendez-vous, il y a une très grande satisfaction à tracer un chemin, à donner une direction musicale. C'est vraiment pour moi un plaisir d'être un guide et de modeler le son. Les musiciens, les chanteurs font des propositions et je m'efforce de les intégrer à ce que j'ai en tête. Ces échanges sont passionnants. Nous vivons de belles expériences.

* Le Banquet Céleste est un ensemble à géométrie variable, dont le noyau est formé par sept musiciens. Suivant les programmes l'ensemble peut comprendre jusqu'à quarante artistes.

● J.S Bach "Psalm 51" BWV 1083 (after Pergolesi's Stabat Mater).
Vivaldi "Nisi Dominus" RV 608".

Damien Guillon - Le Banquet Céleste.
Label : Glossa.
Distribution : harmonia mundi.
Sortie : février 2016.
Durée : 56 min.

Prochaines dates
Festival d'Utrecht : 4 septembre 2016.
>> oudemuziek.nl

Festival d'Ambronay : 2 octobre 2016.
>> ambronay.org

Damien Guillon, contre-ténor et direction.
Céline Scheen, soprano.

Le Banquet Céleste.
Baptiste Lopez, violon et viole d'amour.
Caroline Bayet, violon.
Deirdre Dowling, viole.
Ageet Zweistra, violoncelle.
Christian Staude, contrebasse.
André Henrich, luth.
Kevin Manent-Navratil, clavecin et orgue.

Christine Ducq
Mercredi 24 Août 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022