Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

D'irrésistibles Maîtres Chanteurs à Paris

Pour le retour des "Maîtres Chanteurs de Nuremberg" après vingt-cinq ans d'absence, l'Opéra de Paris présente la géniale production du norvégien Stefan Herheim créée au Festival de Salzbourg en 2013. Avec une distribution de rêve dominée par le baryton canadien Gerald Finley, cette (rare) comédie de Richard Wagner est à déguster absolument.



© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Vous voulez sortir de votre soirée sur un petit nuage, les yeux et les oreilles longtemps hantés par une mise en scène luxueusement drôle, profonde, et la bienheureuse musique d'un opéra comique (mais mélancolique aussi à sa façon subtile) ? Ne cherchez plus, c'est Wagner et ses "Maîtres chanteurs" qu'il vous faut. Quand se marient si heureusement une œuvre, sa transposition scénique et les artistes qui la font exister, alors oui, c'est à une soirée inoubliable que vous êtes conviés ! Ne vous laissez pas rebuter par les quatre heures et demie que dure l'opéra, elles filent comme le vent.

"Les Maîtres chanteurs de Nuremberg" est un des rares opéras considérés comme une comédie dans l'œuvre du maître de Bayreuth - démontrant que ce dernier était aussi capable de rire, de ce "rire significatif" dont a parlé Baudelaire (1). Quel en est le sujet ? Wagner s'intéresse dès 1845 (il a trente-deux ans) à un épisode historique de la vieille Allemagne. Au XVIe siècle à Nuremberg avait lieu chaque année (depuis deux siècles) un concours de chant organisé par des artisans qui étaient aussi des musiciens et des poètes. L'opéra met ainsi en scène une figure légendaire (et historique) de ces "Maîtres chanteurs" le cordonnier Hans Sachs, à l'œuvre prolifique. Wagner mettra vingt ans à écrire livret et musique d'un opéra qu'il conçoit d'abord pour être le pendant "satyrique" (2) (Sic !) du drame "Tannhäuser" - cet autre opéra sur "un tournoi des chanteurs à la Wartburg".

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Aux épreuves des chevaliers chanteurs (les nobles "Minnesänger") répondraient celles - comiques - des artisans (les "Meistersinger"), mais non moins capitales pour le compositeur allemand qui précisera "Je conçus Hans Sachs comme la dernière manifestation de l'esprit du peuple artistiquement créateur" (2). Fait d'importance pour un musicien qui participera activement aux émeutes révolutionnaires de 1848 à Dresde (et qui en paiera le prix fort). La cinquantaine venue et après quelques chefs-d'œuvre tel "Tristan et Isolde", Wagner retravaillera à son projet pour le parachever dans les années 1867-1868. Autant dire qu'il lui tenait à cœur. Entre temps, l'œuvre s'est évidemment chargée de significations plus riches.

Le livret s'attache à deux journées : la veille et le jour de la Saint-Jean alors qu'un jeune chevalier, Walther von Stolzing, fou amoureux de la fille d'un orfèvre (un des maîtres en question, Veit Pogner, qui la promet au vainqueur du concours), décide de se présenter au redoutable tournoi. Bien que complètement ignorant des règles rigides exigées par la tradition, son chant novateur et passionné finira par l'emporter malgré le conservatisme des maîtres - aidé en cela par le clairvoyant Hans Sachs. Avant cette victoire, nombre de péripéties et de déconvenues - dues en grande partie au rival, le greffier Sixtus Beckmesser - fournissent matière à des scènes émouvantes ou burlesques toutes à la gloire du printemps des arts et des cœurs.

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Et justement l'intelligente mise en scène de Stefan Herheim (d'une richesse visuelle incroyable) fait la part belle à la comédie sans jamais oublier le sens philosophique de ces "Maîtres chanteurs". Vrai manifeste artistique et patriotique, plaidoyer pro domo - on a coutume d'identifier Richard Wagner dans le dédoublement des vertus idoines du cordonnier et du chevalier -, l'opéra est ici saisi à travers la lutte qui oppose Beckmesser et Sachs pour la création d'une œuvre. Hans Sachs est un rêveur - et un grand enfant jouant aux marionnettes et autres distractions, côté cour - qui crée personnages et situations pour oublier la morne réalité de sa vie, de son atelier et la perte des aimés dont le portrait orne un des murs. Beckmesser s'ingénie évidemment à le contrarier, y compris dans les scènes rêvées dans lesquelles tous deux jouent un rôle central.

Ainsi, la vidéo projetée sur une toile tirée par Hans Sachs à chaque début d'acte permet de zoomer sur un détail de son atelier (on a pu l'observer dans son ensemble pendant le prélude), qui sur un bureau - devenant l'église du premier acte -, qui dans l'appentis du cordonnier (les personnages évoluant alors dans un décor géant au deuxième acte). Une fois tiré, le rideau fait place à la scène désirée - procédé très ingénieux. Transposée vers 1848, l'intrigue jouera ainsi à plein dans des effets d'agrandissement et de miniaturisation pittoresques et ludiques dans une esthétique assumée du style Biedermeier - rappelant involontairement (j'imagine) pour les concepteurs du spectacle la prose adamantine de Rimbaud dans "Alchimie du verbe" (3).

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Des personnages de contes de fées, issus des plis les plus secrets de l'inconscient des deux protagonistes (Hans et Sixtus très attirés par la belle Eva), envahissent souvent le plateau pour se livrer à de drôles d'orgies (en lieu et place des danses des apprentis et du peuple du livret). L'artiste, nous dit Stefan Herheim, est bien ce magicien qui a la faculté d'émerveiller le réel et enchanter la vie (la sienne comme la nôtre) - surtout si son imaginaire échappe à son contrôle.

Ici n'est pas seulement glorifiée la lyre du roi David (emblème des maîtres) mais aussi la joie de vivre (même si la mort n'est jamais loin, matérialisée par un crâne sur les étagères de Hans Sachs). Outre la beauté de la mise en scène et de l'opéra, frappé au coin de la tradition avec ses numéros, ses chœurs et ses danses, la distribution est de premier ordre. Gerald Finley, Hans Sachs inoubliable, est capable d'exalter toutes les nuances des sentiments grâce à un instrument flexible, beau dans tous les registres et à un jeu d'acteur brillant. Il porte son rôle à un sommet sans équivalent aujourd'hui.

Il est épaulé en outre par une solide troupe de chanteurs et un chœur qui ne l'est pas moins. Les onze autres maîtres chanteurs sont bien campés physiquement et vocalement, en premier lieu la basse autrichienne Günther Groissböck (en Veit Pogner). Les rôles importants sont de la même eau : l'apprenti malicieux David du ténor Toby Spence et son amoureuse (la Lene de Wiebke Lehmkuhl), le chevalier arrogant et fier-à-bras du ténor américain Brandon Jovanovich, l'Eva amoureuse de la grande soprano Julia Kleiter, en tête.

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Et comme une histoire n'est bonne que si le méchant est réussi, le baryton danois Bo Skovhus nourrit son personnage (Beckmesser) de tout le talent de sa faconde primesautière. Enfin la direction de Philippe Jordan convainc (il a souhaité réévaluer les dynamiques et les subtilités de la partition a contrario d'une certaine tradition d'exécution - et son troisième acte est plus court d'un bon quart d'heure). Si son prélude s'ouvre sur un Motif des Maîtres chanteurs un peu trop doucereux, le chef suisse n'a pas sa pareille dans les Motifs lyrique ou de l'Idéal. Avec l'orchestre de l'opéra en état de grâce, il nous emporte loin et haut jusqu'au sommet de l'œuvre, un sublime troisième acte enchanteur.

(1) Non pas seulement hilarité factuelle mais vraie vision du monde, "De l'essence du rire", Charles Baudelaire, 1855.
(2) Voir "Une communication à mes amis", Robert Wagner, 1851.
(3) "J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanque, enseignes, enluminures populaires …" in "Une Saison en enfer", Arthur Rimbaud, 1873.

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
© Vincent Pontet/Opéra national de Paris.
Samedi 5, mercredi 9, lundi 21, vendredi 25 et lundi 28 mars 2016 à 17 h 30.
Dimanche 13 mars 2016 à 14 h 30.

Opéra national de Paris, Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90 (0,34 € TTC/min depuis un poste fixe hors coût éventuel selon opérateur).
>> operadeparis.fr

"Die Meistersinger von Nürnberg" (1868).
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
En allemand surtitré en français et en anglais.
Durée : 5 h 45 (avec deux entractes).

Christine Ducq
Vendredi 4 Mars 2016


1.Posté par Dominique MINJOT le 04/03/2016 11:43
Chère Christine
j'apprécie tellement vos articles que je les imprime tous et les conserve dans un classeur !! moi qui ne suis pas une grande Wagneromaniaque vous me donnez d'infinis regrets de pas assister à ce spectacle ..........Encore merci pour vos avis mesurés éclairés et ô combien cultivés

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021