La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Courteline à déguster en sept petites bouchées

"L'affaire Courteline", Le Lucernaire, Paris

La fantaisie verbale, c'est ce qui ressort de ce collage de courtes pièces. Ainsi est dévoilé Georges Courteline, s'amusant du langage, qu'il soit à demi argotique, populaire ou judiciaire (pour le dernier met de cette dégustation). Des dialogues qui fouettent, qui sourdent le cru, le collectage dans la rue, au coin du zinc ou dans les bureaux administratifs où l'auteur a fait une partie de ses classes.



© Franck Harscouët.
© Franck Harscouët.
Un vrai régal que ces échanges haut en couleur pour les comédiens de cette "Affaire Courteline". D'autant que les personnages sont eux aussi extrêmement extravagants. Mais pas seulement : ils sont pour la plupart ridiculisés dans leurs poses, leurs afféteries, leurs probités. Aucun ne réchappe à l'ironie tonique de Courteline : employés de ministère dépressifs, bourgeoises cocues superficielles, bonnes et patronnes interchangeables, maris et femmes hypocrites, juge dépassé.

Trois univers particuliers forment les axes de la pièce : le couple et la vie de ménage, les employés de l'administration, la justice. Mais le tout est surtout un florilège de scénettes intercalées de maximes de l'auteur et illustrées par quelques chansons que les six interprètes chantent en chœur - "Je ne suis pas bien portant" de Gaston Ouvrard, "Les nuits d'une demoiselle" de Colette Renard. Des airs sans trop de rapports avec l'époque ni avec le fond des histoires mais qui agissent comme des intermèdes facétieux qui font écho aux choix de mise en scène.

© Julien Jovelin.
© Julien Jovelin.
Tout se déroule à vue. Scène de théâtre que quelques costumes pendus, un paravent et trois accessoires vont transformer au gré des besoins des scènes. Un système souple qui suffit à projeter les personnages dans un salon bourgeois, une chambre, un bureau ou un tribunal. Grâce à ces détails et à des éclairages élaborés, on se transporte dans cette première moitié du XXe siècle à Paris : un corset, des meubles en bois, un boa s'accordent aux gestes et aux mimiques sur-expressifs qui collent parfaitement aux personnages.

Reste que l'humour de Courteline est maintenant très démodé : un humour à la française qui s'amuse si bien de l'absurde des situations qu'elles en paraissent effectivement trop exagérées pour être crédibles. Il n'empêche que la mise en scène est alerte, inventive, et qu'elle ne cherche pas à moderniser de force ce théâtre. Au contraire, tout en imposant la distance du théâtre comme gage de l'aspect ludique démesuré de ces scènes, elle est présentation énergique d'un style tel qu'il a existé, avec un succès énorme, à son époque.

Et dans cet exercice, la distribution est totalement crédible, pleine de talents, toujours dans ce sur-jeu qui fait si bien ressortir les vices et les vertus, objets des railleries mordantes de l'auteur.

"L'affaire Courteline"

© Julien Jovelin.
© Julien Jovelin.
Sept pièces courtes de Georges Courteline.
Mise en scène : Bertrand Mounier.
Collaboration artistique : François Nambot.
Avec : Isabelle De Botton, Salomé Villiers ou Raphaëlle Lemann, Étienne Launay, Pierre Hélie, Philippe Perrussel, Bertrand Mounier ou François Nambot.
Scénographie : Virginie H. et Bertrand Mounier.
Costumes : Virginie H.
Création musicale : Kahina Ouali.
Durée : 1 h 20.
Coq Héron Productions.

Du 21 mars au 6 mai 2018.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Relâches exceptionnelles les 6, 10 et 14 avril 2018.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Bruno Fougniès
Jeudi 5 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019