Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Concert de gala de l'Académie de l'Opéra de Paris

Pour le concert de gala de son Académie, l'Opéra de Paris a une fois encore mis à l'honneur le talent de ses jeunes chanteurs au Palais Garnier. Une soirée charmante qui s'inscrit dans la tradition déjà longue d'une institution où fleurissent les belles promesses.



Artistes et artisans en résidence 2018/2019 à l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Artistes et artisans en résidence 2018/2019 à l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Il serait vain de vouloir nommer ici tous les chanteurs de grand talent qui sont passés par l'école de l'Opéra de Paris, devenue Atelier lyrique sous la direction de Christian Schirm en 2004, puis Académie en 2015 sous celle de Myriam Mazouzi (avec un élargissement des actions et des recrutements) - Christian Schirm devenant alors son directeur artistique.

Avec sa triple mission de transmission, de formation et de création, l'Académie offre donc un cursus d'excellence sur deux ans et des projets facilitant l'insertion professionnelle à douze jeunes chanteuses et chanteurs, quatre pianistes et chefs de chant, un(e) metteur(se) en scène, des musiciens(nes) et des artisans d'art sélectionnés sur concours parmi des centaines de candidats(es) venus(es) du monde entier.

On se souvient que de cette école sont sorties les mezzos Marianne Crebassa, Aude Extrémo, les sopranos Nathalie Dessay, Elena Tsallagova mais aussi les barytons Ludovic Tézier, Florian Sempey et Alexandre Duhamel sans oublier les ténors Cyrille Dubois, Stanislas de Barbeyrac - pour ne citer qu'eux, vrais ornements de nos scènes*. Avec de prometteurs nouveaux venus depuis septembre, tels les barytons Timothée Varon, Alexander York, la soprano Liubov Medvedeva, la troupe ne cesse de se reconfigurer.

Chanteurs 2018/2019 de l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Chanteurs 2018/2019 de l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Après l'Ouverture traditionnelle par l'Orchestre de l'Opéra de Paris dirigé par Jean Deroyer ("Der Schauspieldirektor", un Mozart enjoué et radieux), le ténor Maciej Kwasnikowski ne convainc pas totalement (malgré un très joli timbre) dans "Un'aura amorosa", extrait de "Cosi fan tutte". Suit l'air fameux de "Zaïde" ("Ruhe sanft, mein holdes Leben") dans lequel la soprano irlandaise Sarah Shine se révèle absolument délicieuse, incarnant très joliment l'esclave amoureuse avec un timbre fruité et des aigus adamantins.

C'est cependant à la fin de la première partie du concert que vont briller particulièrement deux des meilleures recrues de l'Académie. Après Donizetti, place à Jules Massenet dont toute la troupe va donner des extraits du premier tableau de l'acte III de "Manon". Le superbe baryton Danylo Matviienko remporte aisément les faveurs du public avec un Lescaut subtile, ce superficiel et joyeux cousin de Manon (dans le livret de Meilhac et Gille). Charisme et élégance du chant s'affirment idéalement ici, comme son abattage après l'entracte dans le Figaro du "Barbier de Séville" ("All'idea di quel metallo").

Et la Manon de la soprano franco-belge Marianne Croux se révèle exceptionnelle avec son célébrissime air "Je marche sur tous les chemins" ("Profitons bien de la jeunesse") avec un charme crâne, une sûreté technique et tout l'éclat d'une voix de riche étoffe. Voilà bien l'entrée triomphale d'une artiste épousant parfaitement celle de son personnage.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Il faut ensuite attendre le quatrième air de la deuxième partie du gala - et la première scène de l'acte III de "Werther" pour vibrer aux accents magnifiques de la Charlotte de Jeanne Ireland ("Werther !… Ces lettres"). Malgré une diction française encore perfectible, la jeune mezzo américaine se révèle une tragédienne hors-pair, d'un chant à l'intensité pénétrante au cri de la passion la plus vive.

Abandonnant la discrétion d'un accompagnement attentif aux chanteurs, l'orchestre atteint alors des sommets dans l'évocation des sentiments (avec d'admirables vents et trémolos de cordes), rendant justice à la beauté absolue de cette musique. Il déploie aussi son grand art sensuel dans la première scène du dernier acte du "Roméo et Juliette" de Gounod (la "Nuit d'hyménée"), dans laquelle la soprano Angélique Boudeville, impressionnante dans chaque spectacle vu depuis son arrivée en 2017, ne nous transporte pas ce soir-là tout à fait comme espéré (de même que sa Donna Anna un peu plus tôt).

Avec ce genre de gala à enchaînement de numéros, ce n'est pas toujours des plus facile pour les artistes. La soirée se termine avec le Finale de l'acte II de "La Chauve-souris" de Johann Strauss que la troupe donnera dans une création de Célie Pauthe à la MC93 de Bobigny dès mars 2019. La troupe au grand complet parvient à nous entraîner avec un bel élan et une vraie complicité au bal masqué du Prince Orlofsky - nous donnant envie de les revoir bientôt dans ce joyau de l'opérette viennoise.

* Citons aussi Damien Pass, Armelle Khourdoïan, Pauline Texier, Mikhail Timoshenko, Adriana Gonzalez, Tomasz Kumiega, Juan de Dio Mateos, entre nombreux autres talentueux académiciens du passé.

Prochain spectacle des artistes de l'Académie :
"La Chauve-souris" de Johann Strauss (1874).


13, 15, 19, 20, 22 mars 2019 à 19 h 30.
16 et 23 mars 2019 à 17 h 30.


MC93 - Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis
9 Boulevard Lénine, Bobigny (93).
Tél. : 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Christine Ducq
Jeudi 24 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021