La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Concert de gala de l'Académie de l'Opéra de Paris

Pour le concert de gala de son Académie, l'Opéra de Paris a une fois encore mis à l'honneur le talent de ses jeunes chanteurs au Palais Garnier. Une soirée charmante qui s'inscrit dans la tradition déjà longue d'une institution où fleurissent les belles promesses.



Artistes et artisans en résidence 2018/2019 à l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Artistes et artisans en résidence 2018/2019 à l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Il serait vain de vouloir nommer ici tous les chanteurs de grand talent qui sont passés par l'école de l'Opéra de Paris, devenue Atelier lyrique sous la direction de Christian Schirm en 2004, puis Académie en 2015 sous celle de Myriam Mazouzi (avec un élargissement des actions et des recrutements) - Christian Schirm devenant alors son directeur artistique.

Avec sa triple mission de transmission, de formation et de création, l'Académie offre donc un cursus d'excellence sur deux ans et des projets facilitant l'insertion professionnelle à douze jeunes chanteuses et chanteurs, quatre pianistes et chefs de chant, un(e) metteur(se) en scène, des musiciens(nes) et des artisans d'art sélectionnés sur concours parmi des centaines de candidats(es) venus(es) du monde entier.

On se souvient que de cette école sont sorties les mezzos Marianne Crebassa, Aude Extrémo, les sopranos Nathalie Dessay, Elena Tsallagova mais aussi les barytons Ludovic Tézier, Florian Sempey et Alexandre Duhamel sans oublier les ténors Cyrille Dubois, Stanislas de Barbeyrac - pour ne citer qu'eux, vrais ornements de nos scènes*. Avec de prometteurs nouveaux venus depuis septembre, tels les barytons Timothée Varon, Alexander York, la soprano Liubov Medvedeva, la troupe ne cesse de se reconfigurer.

Chanteurs 2018/2019 de l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Chanteurs 2018/2019 de l'Académie © Studio j'adore ce que vous faites/OnP.
Après l'Ouverture traditionnelle par l'Orchestre de l'Opéra de Paris dirigé par Jean Deroyer ("Der Schauspieldirektor", un Mozart enjoué et radieux), le ténor Maciej Kwasnikowski ne convainc pas totalement (malgré un très joli timbre) dans "Un'aura amorosa", extrait de "Cosi fan tutte". Suit l'air fameux de "Zaïde" ("Ruhe sanft, mein holdes Leben") dans lequel la soprano irlandaise Sarah Shine se révèle absolument délicieuse, incarnant très joliment l'esclave amoureuse avec un timbre fruité et des aigus adamantins.

C'est cependant à la fin de la première partie du concert que vont briller particulièrement deux des meilleures recrues de l'Académie. Après Donizetti, place à Jules Massenet dont toute la troupe va donner des extraits du premier tableau de l'acte III de "Manon". Le superbe baryton Danylo Matviienko remporte aisément les faveurs du public avec un Lescaut subtile, ce superficiel et joyeux cousin de Manon (dans le livret de Meilhac et Gille). Charisme et élégance du chant s'affirment idéalement ici, comme son abattage après l'entracte dans le Figaro du "Barbier de Séville" ("All'idea di quel metallo").

Et la Manon de la soprano franco-belge Marianne Croux se révèle exceptionnelle avec son célébrissime air "Je marche sur tous les chemins" ("Profitons bien de la jeunesse") avec un charme crâne, une sûreté technique et tout l'éclat d'une voix de riche étoffe. Voilà bien l'entrée triomphale d'une artiste épousant parfaitement celle de son personnage.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Il faut ensuite attendre le quatrième air de la deuxième partie du gala - et la première scène de l'acte III de "Werther" pour vibrer aux accents magnifiques de la Charlotte de Jeanne Ireland ("Werther !… Ces lettres"). Malgré une diction française encore perfectible, la jeune mezzo américaine se révèle une tragédienne hors-pair, d'un chant à l'intensité pénétrante au cri de la passion la plus vive.

Abandonnant la discrétion d'un accompagnement attentif aux chanteurs, l'orchestre atteint alors des sommets dans l'évocation des sentiments (avec d'admirables vents et trémolos de cordes), rendant justice à la beauté absolue de cette musique. Il déploie aussi son grand art sensuel dans la première scène du dernier acte du "Roméo et Juliette" de Gounod (la "Nuit d'hyménée"), dans laquelle la soprano Angélique Boudeville, impressionnante dans chaque spectacle vu depuis son arrivée en 2017, ne nous transporte pas ce soir-là tout à fait comme espéré (de même que sa Donna Anna un peu plus tôt).

Avec ce genre de gala à enchaînement de numéros, ce n'est pas toujours des plus facile pour les artistes. La soirée se termine avec le Finale de l'acte II de "La Chauve-souris" de Johann Strauss que la troupe donnera dans une création de Célie Pauthe à la MC93 de Bobigny dès mars 2019. La troupe au grand complet parvient à nous entraîner avec un bel élan et une vraie complicité au bal masqué du Prince Orlofsky - nous donnant envie de les revoir bientôt dans ce joyau de l'opérette viennoise.

* Citons aussi Damien Pass, Armelle Khourdoïan, Pauline Texier, Mikhail Timoshenko, Adriana Gonzalez, Tomasz Kumiega, Juan de Dio Mateos, entre nombreux autres talentueux académiciens du passé.

Prochain spectacle des artistes de l'Académie :
"La Chauve-souris" de Johann Strauss (1874).


13, 15, 19, 20, 22 mars 2019 à 19 h 30.
16 et 23 mars 2019 à 17 h 30.


MC93 - Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis
9 Boulevard Lénine, Bobigny (93).
Tél. : 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Christine Ducq
Jeudi 24 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021