La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Cirque et arts culinaires... Quand les saltimbanques québécois passent à table

Ça fleure bon les recettes de grand-mère, les odeurs des plats du dimanche, des gâteaux gourmands et les saveurs douces des tisanes des veillées d'hiver. Souvenirs d'enfances, astuces culinaires transmises en forme d'héritage universel, savoir-faire sans frontières… Mais, attention ! Ce n'est pas "top chef" mais du cirque, unique, élaboré entre petites histoires et secrets de cuisine partagés et numéros virtuoses exécutés dans une impertinente gaîté... Un spectacle créatif, odorant et festif signé les 7 doigts de la main.



© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Se réunir, toutes cultures confondues, autour de la cuisine, se nourrir des confessions de chacun, réminiscences de ces moments passés autour de la table, symbolique millénaire inscrite à travers le monde... Retrouver la sensation des mains qui pétrissent, le fumet d'un plat cuisant au four, le goût des légumes et des fruits frais... Toucher, odorat, goût, trois sens associés à ceux de l'écoute et de la vue pour un spectacle complet où se tissent des chorégraphies inventives et où s'exécutent des numéros qui, s'ils gagnent en élégance, ne perdent rien de leurs performances et de leurs technicités.

"Cuisine et dépendances", créé il y a quatre ans, est une recette peu commune dont les ingrédients sont le cirque, la danse, le théâtre, la musique rock et, bien sûr, la cuisine. Construit à partir d’éléments personnels de la vie des artistes, de moments forts de leur existence - où ont été extrait des thèmes, des images ou des anecdotes intégrées à chaque numéro -, le spectacle joue l'intime et l'humain, et sort du cadre habituel du plateau pour, dès l'entrée du public, solliciter celui-ci, l'emmenant soit sur scène pour des préparatifs culinaires, soit jouant à des devinettes aux goûts de confiseries acidulés.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Baiser chocolaté pour une fausse déclaration d'amour à une spectatrice, pleine de malice, d'humour presque juvénile ; simulation de rencontres, de prise de connaissance de spectatrices/spectateurs sur scène. Puis, petit à petit, l'artistique prend sa place. Lancement et réception d’œufs, chorégraphie et acrobatie s'unissant tout d'abord en images fugaces construites sur des jetées, saltos, roues, glissades en groupe, suivis, en individuel, de divers jonglages, avec des fouets massues notamment.

Et le fil rouge de cette incroyable histoire de cirque et d'artistes se met en place. Chacun, saltimbanques aux différentes nationalités, dans sa langue ou pas, se confie, fait référence à son enfance en quelques mots. Dans les souvenirs d'enfance, des histoires intimes. Et de chaque confession naît des anecdotes, des images appelant à une expression corporelle.

L'astucieux décor - cuisine, plan de travail et/ou table se glissant (sur roulettes) dans l'immense étagère abracadabrantesque montée en fond de scène - se module, se métamorphose en fonction des besoins culinaires ou acrobatiques, table dressée pour dégustation ou tremplin pour sauts acrobatiques élaborés.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Côté gastronomique, une omelette, des pâtes aux légumes et un pain aux bananes sont au menu. Côté musique, un répertoire extrêmement riche, très rock'n'roll, impulsant un groove démoniaque, entraînant. Côté cirque, un cocktail talentueux de performances à l'insolente virtuosité associant acrobaties, équilibres en groupe, tous parfaitement chorégraphiés, un élégant numéro de tissu aérien empli de délicatesse et de poésie, suivi de celui endiablé de diabolo, un, deux puis trois… époustouflant !

Au final, jaillit un bouquet d'équilibres, de portées/jetées et de mouvements sur un magnifique "boléro" de Ravel chanté. Très dense, rythmé à la perfection, aux enchaînements sans temps morts, inventifs, légers et aériens. Il est temps de passer à table et se rouler dans la farine, dans des effets "feux d'artifice" de celle-ci jetée en l'air.

C'est gourmand, éminemment joyeux et espiègle, énergique et délicieux, empli de goûts de friandises enfantines, avec le pep pétillant des bonbons acidulés de nos âges tendres, avec ce petit brin de nostalgie d'où émane les odeurs appétissantes des gâteaux de mamie.
On ressort plein d'étoiles dans les yeux, le sourire accroché aux oreilles et les éclats de rires enfilés comme autant de perles autour du cœur. Une soirée dopée à l'élixir de jouvence qui se clôt sur des mets et quelques verres partagés.

"Cuisine et confessions"

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Les 7 doigts de la main - Collectif de création.
Création et mise en scène : Shana Carroll et Sébastien Soldevila.
Assistance à la mise en scène : Mathias Plaul.
Avec : Mishannock Ferrero (jeux icariens, porteur ; main à main, porteur ; banquine, porteur), Anna Kichtchenko (tissu aérien ; contorsion ; jeux icarien, voltigeuse ; accordéon), Pablo Pramparo (jeux icariens, porteur ; jonglerie ; banquine, porteur ; accro-dance ; guitare), Soen Geirnaert (main à main, voltigeuse ; jeux icariens, voltigeuse ; banquine, voltigeuse), Nella Niva (acrobatie au sol), Terrance Robinson (anneaux chinois, mât chinois), Enmeng Song (diabolo, anneaux chinois, jeux icariens).

Direction musicale : Sébastien Soldevila.
Sonorisation : Colin Gagné.
Éclairages : Éric Champoux.
Scénographie : Ana Cappelluto.
Accessoires : Cloé Alain-Gendreau.
Costumes : Anne-Séguin Poirier.
Design d’appareils acrobatiques : Yannick Labonté.
Conception acrobatique : Jérôme LeBaut.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Coaching acrobatique : Francisco Cruz.
Assistante scénographe : Clara Maria Gonzalez.
Conseils-cuisine : Mat & Alex Winnicki - Satay Brothers.
Direction de production : Alice Renucci et Luc Paradis.
Musiques originales : Nans Bortuzzo, Colin Gagné, Raphaël Cruz.

Du 19 septembre 2018 au 12 janvier 2019.
Du mercredi au samedi à 21 h, matinée supplémentaire le samedi à 16 h 30.
Bobino, Paris 14e, 01 43 27 24 24.
>> bobino.fr

Gil Chauveau
Lundi 29 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022