La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Cirque Gruss… La modernité dans une tradition fondatrice… Des racines équestres aux nouveaux arts de la piste

"Origines", Chapiteau porte de Passy, Paris

De la définition militaire du dressage des chevaux et de la création de la piste par le major de cavalerie anglais Philip Astley à la conception acrobatique, spectaculaire et narrative adoptée aujourd'hui par la famille Gruss, deux siècles et demi se sont écoulés. En cinq actes et une trentaine de tableaux, c'est ce voyage dans le temps que nous propose celle-ci avec sa nouvelle création, "Origines".



La poste à 17 chevaux, Charles Gruss © Éloise Vene.
La poste à 17 chevaux, Charles Gruss © Éloise Vene.
L'une des particularités de la compagnie Gruss est d'être la quasi unique détentrice d'une tradition qui fête ses 250 ans cette année : le cirque équestre, qui engendrera le cirque moderne à la fin du XVIIIe siècle, ce dernier étant plus connu aujourd'hui sous l'appellation "cirque traditionnel" par rapport au "nouveau" cirque que nous connaissons depuis une trentaine d'années.

Construit sur les savoir-faire équestres que se transmettent depuis six générations les membres de la lignée Gruss, "Origines" raconte ce qui fonda leurs pratiques, ce qui fut à la source de leurs racines, la création de la piste, de 13 m de diamètre, faite de terre végétale et de sciure ; et rend hommage à celui qui est considéré comme son créateur, Philip Astley.

Langage universel, accessible à tous, la piste a généré les performances équestres du cirque originel comme, de nos jours, les nouvelles compositions réalisées par Gruss et les numéros de saltimbanques proposés par les familles circassiennes contemporaines.

Défilement militaire © Éloise Vene.
Défilement militaire © Éloise Vene.
Pour cette 44e production, deux parties illustrent cette grande histoire artistique avec, dans la première, les références aux figures emblématiques que sont Philip Astley et, à la même époque, Antonio Franconi, "père spirituel du cirque français", le premier à avoir pratiqué les trois grandes disciplines équestres que sont la liberté, la haute école et l'acrobatie équestre ; ainsi qu'Andrew Ducrow et François Baucher qui révolutionnèrent la voltige.

Intitulé "Le cirque est né autour du cheval", celle-ci débute avec Éva Poirieux qui nous conte l'histoire du cheval, son utilité dans l'armée… concrétisée très vite par un défilé militaire, suivi de la représentation d'exercices équins et de la charge de la cavalerie avec épée… et trompettes, et tambours !

Suivront notamment, époque Astley, avec beaucoup de fluidité et d'élégance, le premier numéro de voltige équestre, celui du cheval récalcitrant, complice et "clown", l'arrivée des saltimbanques dans le spectacle créé par le major anglais et la célèbre grande batoude (tremplin flexible qu'utilisent les acrobates) permettant un saut au-dessus d'un, puis de trois, quatre, cinq, non… six chevaux !

Gibraltar, complice et récalcitrant, Charles Gruss© Éloise Vene.
Gibraltar, complice et récalcitrant, Charles Gruss© Éloise Vene.
Toujours accompagnée de l'orchestre - qui offre à chaque prestation des compositions de grande qualité, variés -, le programme se poursuit avec la période française d'Antonio Franconi et l'introduction d'innovations acrobatiques "aériennes" telles que le trapèze et la voltige à deux. Cela ne serait pas complet sans les apports essentiels d'Andrew Ducrow et François Baucher (début XIXe siècle), références universelles de la piste.

Ceux-ci, précurseurs de la présentation de groupes de chevaux en liberté et de l'équitation "savante" développeront leur art avec des numéros créatifs, aux intitulés évocateurs, devenus célèbres et référencés dans le cirque équestre comme "le gladiateur" avec perche enflammée et cerceau de feu, "le noble écossais" buveur, saoul, aux équilibres précaires, ou encore l'attelage multiple, sangles blanches, aux 17 chevaux ("la poste"), sans oublier un hommage aux femmes et écuyères, tout en douceur, avec "L'amazone" de Gipsy Gruss. La plupart des séquences allient avec subtilité la force athlétique, une incroyable précision d'exécution à la complicité avec l'animal et à la poétique artistique.

Duo amoureux dans les airs et à cheval, Svetana Lobova et Firmin Gruss © Éloise Vene.
Duo amoureux dans les airs et à cheval, Svetana Lobova et Firmin Gruss © Éloise Vene.
La deuxième partie, quant à elle, effectue un retour en 2018. Nommée "Des racines et des ailes", celle-ci reprend les fondamentaux du cirque actuel dans des créations originales et nous fait découvrir les cavaliers Gruss comme des artistes ayant acquis de nombreuses aptitudes artistiques circasiennes et maîtrisant parfaitement, de manière virtuose, des techniques comme la roue allemande (Louis Gruss, l'un des petits-fils d'Alexis), le jonglage ("Funk/Soul jongleries", Joseph, Louis, Charles et Alexandre Gruss) avec un inattendu et réussi jeu dans un triangle de verre où les rebonds se font sur les parois.

La qualité de la compagnie Gruss vaut aussi par ses collaborations et son extraordinaire capacité à sélectionner et inclure des numéros hors du commun. On notera, sans tous les nommer, celui de Geoffrey Berhault, fildefériste, exécutant, sur deux fils en tension, en une succession harmonieuse, sauts chassés, sauts à la corde, équilibre sur une main, saut par-dessus l'autre fil plus haut, etc. ; la beauté gymnique des compositions de Desire Cardinali Chavez, équilibriste, contorsionniste et archère de charme.

Enfin, vaut aussi l'association toujours très talentueuse de l'art équestre et des disciplines circassiennes avec notamment le numéro de double sangle aérienne (couple Svetana Lobova et Firmin Gruss) qui est accompli dans un deuxième temps avec la participation de chevaux. Une exécution parfaite, sans sécurité mais maîtrisée. On est ici dans la nouvelle génération des numéros créés par la Cie Gruss.

Si la première partie du spectacle apporte un complément pédagogique à l'expression virtuose de l'art équestre "Gruss", la seconde nous prouve que cette famille du cirque est détentrice d'une tradition riche, toujours fertile, créative, et porteuse d'une évolution permanente... et d'une mutation qu'elle a elle-même initiée. Et, qualité exceptionnelle, il y a une forme d'exaltation naturelle, joyeuse, enthousiaste dans ce que nous offrent les nouvelles générations Gruss qui présagent un bel élan artistique toujours renouvelé pour les années à venir.

"Origines"

Geoffrey Berhault, fildefériste © Éloise Vene.
Geoffrey Berhault, fildefériste © Éloise Vene.
Cirque Alexis Gruss.
Cette création réunit sur la piste les 40 chevaux artistes de la cavalerie Alexis Gruss (tous des "entiers").
Mise en scène : Stephan Gruss.
Chorégraphies : Sandrine Diard.
Avec : Alexis et Gipsy Gruss, Firmin Gruss, Stephan Gruss, Svetlana Lobova, Alexandre Gruss, Charles Gruss, Romuald Bruneau, Louis Gruss, Joseph Gruss, Geoffrey Berhault, Desire Cardinali Chavez.
Musiques originales et arrangements : Sylvain Rolland, Pascal Balzano, Cyril Moret et Massimo Murgia.
Chanteuse et narratrice : Éva Poirieux.
Chef d'orchestre : Sylvain Rolland.
Musiciens : Christophe Gonnet (trombone), Ivan Kabok (guitare), Cyril Moret (saxo, flûte), Massimo Murgia (basse), Pascal Rioux-Balzano (trompette), Nicolas Sausseau, (trompette), Smaël Shérif (saxo, flûte), Julien Teissier (piano).

La roue allemande, Louis Gruss © Éloise Vene.
La roue allemande, Louis Gruss © Éloise Vene.
Création lumière : Jean-Charles Pfauwadel.
Costumes : Bruno Fatalot, confectionnés dans l'Atelier MBV Paris.
Durée : 2 h 30, avec entracte.

Du 13 octobre 2018 au 3 mars 2019.
Jours et horaires >> Voir agenda hiver 2018-2019 à Paris
Chapiteau, Porte de Passy, Paris 16e, 01 45 01 71 26.
>> alexis-gruss.com

Tournée 2019
Samedi 23 et dimanche 24 mars 2019 : Zénith, Toulouse.
Samedi 30 et dimanche 31 mars 2019 : Halle Tony Garnier, Lyon.
Samedi 6 et dimanche 7 avril 2019 : Arena, Bordeaux.
Samedi 13 et dimanche 14 avril 2019 : Zénith, Toulon.
Samedi 27 et dimanche 28 avril 2019 : Zénith, Strasbourg.
Samedi 4 et dimanche 5 mai 2019 : Zenith Arena, Lille.
Samedi 11 et dimanche 12 mai 2019 : Zénith, Caen.
Samedi 18 et dimanche 19 mai 2019 : Zénith, Nantes.
Samedi 25 et dimanche 26 mai 2019 : Zénith, Dijon.

Gil Chauveau
Dimanche 30 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018