La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Cion"… Un génial Boléro !

Autour de cinquante-cinq représentations, vingt-huit propositions artistiques et trois semaines de danse, de théâtre, de performances, de cinéma et de musique, le festival de Marseille, pour sa vingt-quatrième édition, démarre très fort avec un Boléro de Ravel revisité par le chorégraphe Grégory Maqoma dans une trame prônant un art total autour du théâtre, de la danse, de la chanson, de la musique et des claquettes pour faire valoir un message de lutte contre l'oppression.



© Siphosihle Mkhwanazi.
© Siphosihle Mkhwanazi.
Il s'est passé quelque chose ce vendredi 14 juin au théâtre de la Criée à Marseille. Un événement comme il y en a peu dans le domaine artistique avec le Boléro de Ravel repris par le chorégraphe sud-africain Grégory Maqoma.

Le plateau est baigné d'obscurité. Un homme avance en pleurant, geignant comme si le malheur du monde venait de s'abattre sur ses épaules. C'est pire que le malheur du monde, c'est celui de la détresse d'un esclave. Les pleurs sont musicalement bien orchestrés comme une mélopée de tristesse, une tragédie presque chantée. Maqoma a été attiré par le personnage nommé "Toloki", le pleureur dans le roman "Ways of dying" (1995) et de "Cion" (2007) de l'écrivain sud-africain Zakes Mda relatant le parcours des esclaves en fuite.

Le zoulou et l'anglais sont liés dans une réminiscence historique où le saut peut être de quelques années avec l'Apartheid qui a sévi en Afrique du Sud (1948-1991) et un peu plus loin avec l'esclavage, deux cousins très proches de la souffrance et de l'indignité humaine. C'est dans une forme de poésie autant orale que corporelle que la représentation déploie toute sa gamme artistique.

© Siphosihle Mkhwanazi.
© Siphosihle Mkhwanazi.
Les chants accompagnent superbement tout le spectacle avec des claquements de mains telles des percussions donnant à ceux-ci de la résonance. Les chorégraphies sont sur deux axes et se complètent dans une synchronisation mêlant des mouvements amples vers le haut via les membres supérieurs quand le corps, pour un autre groupe, va vers le bas dans une gestique plus ramassée.

Le plateau est découpé en trois espaces avec leur pré carré spécifique de danse, de musique et de chants. Côté jardin et en arrière-scène, nous retrouvons ceux-ci en canon ou en chœur dans des tessitures graves, quand se joue côté cour ou en milieu de scène une chorégraphie théâtralisée où les répliques, essentiellement en zoulou, sont lancées dans un rythme musical, appuyé par le corps et les déplacements.

L'isicathamiya, chant a cappella provenant des zoulous d'Afrique du Sud, porte le Boléro de Ravel dans des accents de lutte et de religiosité, presque gospel. Bruitages vocaux apparaissent aussi par intermittence pour donner du tempo au spectacle. La voix devient ainsi le porte-drapeau d'une revendication, celui contre une oppression inhumaine et pour la liberté des consciences.

Des percussions autour du Boléro de Ravel (1928) débutent le spectacle et sont reprises par intermittence tout du long. Comme un refrain, de façon dépouillée, simple, presque artisanale avec un tambourin et ses deux baguettes. Le filtre sonore est chaleureux, avec des accents de lutte et de communion. Une scène très physique nous fait voir des interprètes tapant de toute leur force au sol un voile marron, comme un instrument de travail et d'oppression, à la fois outil pour battre le blé et fouet pour battre le corps.

C'est superbe de rythme et de poésie. Cela finit par des claquettes, les pieds décollant à peine des planches, les effleurant autant par le bruit que par la tape, comme un dernier murmure qui s'éteint après les embrasements vocaux et dansés. Ensuite des applaudissements à tout rompre secouent la salle dans une standing ovation unanime. Cela se passait à Marseille, ville de toutes les cultures et, ce soir-là, de tous les talents.

"Cion : le requiem du Boléro de Ravel"

© Siphosihle Mkhwanazi.
© Siphosihle Mkhwanazi.
Compagnie Vuyani Dance.
Conception et chorégraphie : Gregory Maqoma.
Assistant à la chorégraphie et à la dramaturgie : Shanell Winlock.
Assistant aux répétitions : Lulu Mlangeni.
Direction musicale et composition : Nhlanhla Mahlangu.
Aide à la composition : Xolisile Bongwana.
Costumes : BlackCoffee.
Scénographie et direction technique : Oliver Hauser.
Création lumière : Mannie Manim.
Accessoires : Wesley Mabizela.
Création sonore : Ntuthuko Mbuyazi.
Régie son : Katleho Mokgothu.
Danseurs : Otto Andile Nhlapo, Roseline Wilkens, Thabang Mojapelo, Smangaliso Ngwenya, Katleho Lekhula, Itumeleng Tsoeu, Lungile Mahlangu, Ernest Balene, Nathan Botha.
Musiciens : Thabang Mkhwanazi, Sbusiso Shozi, Simphiwe Bonongo, Xolisile Bongwana.

Festival de Marseille
Du 14 juin au 6 juillet 2019.
36-38, rue de la République Marseille 1er.
Réservation : 04 91 99 02 50
>> Programmation complète
>> Les lieux du festival

Cion en tournée
21 et 22 juin 2019 : Holland Festival, Amsterdam.
Dates à confirmer : Dance Umbrella Festival, Londres.
14 au 18 janvier 2020 : Prototype Festival, New York.
24 et 25 janvier 2020 : Kennedy Centre, Washington.

Safidin Alouache
Mardi 18 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019