La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Cent millions qui tombent"… et une piécette plus tard, le vaudeville bat la campagne

Le Collectif les Bâtards Dorés est connu pour son remarquable "Méduse" présenté à La Manufacture Atlantique de Bordeaux, avant de connaître les honneurs du Festival In d'Avignon en 2018. Là, changement de décor… Il ne s'agit plus du naufrage tragique immortalisé par le peintre Géricault, mais de celui ressassé en boucle par les bourgeois du siècle précédent qui s'esbaudissaient en retrouvant dans le théâtre de Feydeau leurs piètres "aventures" conjugales. Que viennent donc faire dans cette galère vaudevillesque les impétueux et talentueux jeunes acteurs des Bâtards ?



© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
Plus généralement, d'où vient la frénésie contemporaine de monter Feydeau, cet auteur de boulevard dont la renommée tient "ni à ses idées (puisqu'il n'en a pas), ni aux histoires de ses personnages (qui sont sottes)" ? Ionesco, déjà, délivrait le secret de la fascination qu'il exerce, en poursuivant : "C'est cette folie, c'est ce mécanisme apparemment réglé mais qui se dérègle par sa progression et son accélération même".

Là, réside assurément la clé du mystère attractif de l'auteur de "Cent millions qui tombent". Suivant les lois de cette mécanique impeccablement rodée, le décor du salon bourgeois d'un kitsch à faire se pâmer les tenants d'une tradition immuable va connaître une métamorphose granguignolesque conduisant les tapisseries d'un rose suranné à se pulvériser sous les coups de folie des protagonistes. Plutôt que d'emprunter les portes - claquant et reclaquant à grand bruit - lorsque l'hystérie les submerge, notamment à l'annonce de la somme fabuleuse dont va hériter le valet, les personnages "explosent" les frêles cloisons s'effondrant comme des châteaux de cartes. Ainsi, autour de l'argent roi, se font et défont les amours bourgeoises.

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
Tout commence comme un spectacle de cabaret populaire où un homme en liquette lance à la foule, d'une voix de fausset, une adresse enjouée, alors que la tête des trois autres protagonistes surgit des plis des lourds rideaux de velours rouge. Plus ringard - joyeusement assumé - tu meurs… Et, à un rythme que rien ne viendra plus perturber, se succèdent les facéties, volontairement surjouées, liées aux quiproquos de la situation triangulaire femme - amant - mari. L'intérêt de ces situations usées jusqu'à la corde, c'est qu'elles offrent l'occasion de jeux en cascade révélant le plaisir des acteurs s'en saisissant pour les pousser à outrance…

… jusqu'à des scènes "culottées" dignes parfois des Chiens de Navarre où la cocotte en titre embrasse l'arrière-train du Monsieur déboutonné, fouette ses deux hémisphères fessiers, avant d'aller déposer chastement un baiser sur le museau de sa tête de phacochère, trophée qui lui sied à ravir. Le premier intermède - on est au cabaret - offre quant à lui un medley hilarant de chansons hétéroclites. Et le second donnera dans l'inanité de devinettes absolument nulles, à des "blagues" degré zéro dites avec la fraîcheur du second degré, le tout ponctué de pets du meilleur effet. Pures provocations adressées au public du théâtre bourgeois, lesquelles, en forçant le trait du texte original, ne font que projeter la vulgarité des récipiendaires : le bourgeois ne serait-il qu'un gros porc (qui s'ignore) ?

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
Jusque-là tout va (très) bien… On se dit que les Bâtards, tout Dorés qu'ils soient - héritiers de "bonnes familles" - en ont sous le pied et leur formidable énergie corrosive nous ravit… Là où ça se gâte (un peu), c'est lorsque, arguant de l'inachèvement de la pièce initiale, ils se piquent de "philosophie" en voulant y greffer les enseignements d'un film de science-fiction "Il est difficile d'être un dieu" d'Alexeï Guerman où une communauté moyenâgeuse n'ayant jamais connu les Lumières régirait selon ses normes obsolètes les rapports humains.

Alors, pour montrer combien l'homme reproduit à l'infini les mêmes comportements éculés dictés par le sempiternel désir de sexe et d'argent tentant - en pure perte - de masquer le vide de l'existence à remplir, les spectateurs médusés par une rupture spatio-temporelle relevant du pur arbitraire assistent à une reprise de l'action transposée dans un temps lent où la langue est l'ancien français (traduit en surimpression), le protagoniste un guerrier en armure fouraillant les entrailles de sa belle infidèle avant de s'en pourlécher les babines… Cerise sur le gâteau, l'éclairage aux bougies médiévales se mâtine ensuite de rayons lasers introduisant la concomitance d'époques disparates réunies ici par l'effet de la répétition du même.

La dissension de la réception par la salle de cette audace dramaturgique née d'une cogitation collective, où chacun est tour à tour acteur et metteur en scène, semble se doubler d'une dissension d'approches sur le plateau… Certes, ce serait aller contre l'ADN de ce Collectif que de regretter l'absence d'un œil extérieur capable de fédérer ses énergies bouillonnantes… Et pourtant, on serait prêt à le penser afin que la "perte de sens" prenne tout simplement sens.

"Cent millions qui tombent"

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
D'après l'œuvre de Georges Feydeau.
Texte, conception et mise en scène : Collectif Les Bâtards Dorés.
Avec : Romain Grard, Lisa Hours, Ferdinand Niquet-Rioux, Jules Sagot, Manuel Severi.
Son : John Kaced.
Lumière et scénographie : Lucien Valle.
Costumes : Marion Moinet.
Régie générale : Constantin Guisembert.
Durée : 2 h.
Production Collectif Les Bâtards Dorés.

Créé du 24 au 31 janvier 2020 au Théâtre de la Cité - CDN Toulouse Occitanie.
A été présenté du 18 au 22 février 2020 au TnBA, Grande salle Vitez, Bordeaux.

Tournée

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
28 février 2020 : Théâtre de Chelles, Chelles (77).
27 mars 2020 : Théâtre de l'Arsenal, Val-de-Reuil (27).

Yves Kafka
Mercredi 26 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022