Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.



© Jérôme Verdier.
© Jérôme Verdier.
Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

© Jérôme Verdier.
© Jérôme Verdier.
De galère en galère et Bingo ! La voilà soudain catapultée reine d'un "soap opéra" aux répliques dignes d'une 4 589e saison des "Feux de l'amour". Rôle : Cassandra. On rit de ce que Dorothée Girot - la comédienne de la vraie vie - s'en donne de cœur et de parodie dans le rôle cette actrice de "soap". Sans excès, assez pour nous faire rire par la justesse de son jeu et la maîtrise d'un texte croustillant à souhait. Le succès pour la série, on le devine, Théodora, une fois tenues et perruque fantasques tombées, nous le raconte.

Ce "soap" qu'on nous sert à souper lui permet de manger elle aussi. Elle vit enfin de son métier et la célébrité forcément, s'invite aussi à tout moment de la journée. Tellement, qu'un jour, un sondage la propulse en tête des personnalités préférées et le monde autour d'elle l'imagine bien se présenter aux élections présidentielles.

Autre rôle, nouveau challenge. De taille cette fois. Théodora devient présidente et retrouve soudain la vie, la vraie. Plus d'écran. Et toujours, elle pressent… Ce don de prédire l'avenir, d'anticiper des catastrophes, n'est-il pas le meilleur moyen d'être suivie ? Appréciée ? Tous l'adorent mais, malgré l'exactitude de ses prédictions, personne ne semble la croire. Ne pas croire la vedette devenue présidente ? Ce rêve devenu réalité. Mais pour qui ? Puisque personne ne la croit, personne ne vote ses lois. Théodora va regretter Cassandra et moi, spectatrice, trouver un sens très singulier au message que fait passer l'auteur avec subtilité entre ce monde virtuel et fictif face à la réalité.

Il y a beaucoup de lectures dans ce spectacle. Beaucoup de profondeur. Ce n'est pas un énième seul(e) en scène où une comédienne vient raconter les contraintes d'un métier. Il y a de la cruauté, beaucoup de vérité et une infinie tendresse. Je prédis pour ce seul(e) en scène une longue et belle vie de Paris à Athènes, de la comédie Nation (accueil très chaleureux) à Avignon. La comédienne investit personnages et plateau, la mise en scène est légère sobre et parfaitement claire.

C'est une petite perle qui, comme d'autres, aurait pu disparaître dans la foule des spectacles que la capitale mais aussi ma boîte aux lettres proposent. Mon sort s'est donc jeté samedi dernier sur "Cassandra" sur laquelle j'ai dressé un C en lettre capitale à chaque recoin de mon billet ! Pour le prénom et le titre du spectacle… et surtout son indéniable qualité.

"Cassandra"

Texte : Rodolphe Corrion.
La pièce est édité à L'œil du Prince.
Mise en scène : Rodolphe Corrion.
Avec : Dorothée Girot.
Musique originale : Guy-Roger Duvert.
Création lumière : Jennifer Montesantos et François Luberne.
Par la Cie Théâtre de l'Épopée.
Durée : 1 h 10.

Samedis 16, 23 et 30 mars à 19h.
Dates supplémentaires :
18 et 23 mai 2019 à 19 h ; 28 mai 2019  à 20 h 30.
Comédie Nation, Paris 11e, 01 48 05 52 44.
>> comedienation.fr

Isabelle Lauriou
Mercredi 27 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020