La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.



© Jérôme Verdier.
© Jérôme Verdier.
Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

© Jérôme Verdier.
© Jérôme Verdier.
De galère en galère et Bingo ! La voilà soudain catapultée reine d'un "soap opéra" aux répliques dignes d'une 4 589e saison des "Feux de l'amour". Rôle : Cassandra. On rit de ce que Dorothée Girot - la comédienne de la vraie vie - s'en donne de cœur et de parodie dans le rôle cette actrice de "soap". Sans excès, assez pour nous faire rire par la justesse de son jeu et la maîtrise d'un texte croustillant à souhait. Le succès pour la série, on le devine, Théodora, une fois tenues et perruque fantasques tombées, nous le raconte.

Ce "soap" qu'on nous sert à souper lui permet de manger elle aussi. Elle vit enfin de son métier et la célébrité forcément, s'invite aussi à tout moment de la journée. Tellement, qu'un jour, un sondage la propulse en tête des personnalités préférées et le monde autour d'elle l'imagine bien se présenter aux élections présidentielles.

Autre rôle, nouveau challenge. De taille cette fois. Théodora devient présidente et retrouve soudain la vie, la vraie. Plus d'écran. Et toujours, elle pressent… Ce don de prédire l'avenir, d'anticiper des catastrophes, n'est-il pas le meilleur moyen d'être suivie ? Appréciée ? Tous l'adorent mais, malgré l'exactitude de ses prédictions, personne ne semble la croire. Ne pas croire la vedette devenue présidente ? Ce rêve devenu réalité. Mais pour qui ? Puisque personne ne la croit, personne ne vote ses lois. Théodora va regretter Cassandra et moi, spectatrice, trouver un sens très singulier au message que fait passer l'auteur avec subtilité entre ce monde virtuel et fictif face à la réalité.

Il y a beaucoup de lectures dans ce spectacle. Beaucoup de profondeur. Ce n'est pas un énième seul(e) en scène où une comédienne vient raconter les contraintes d'un métier. Il y a de la cruauté, beaucoup de vérité et une infinie tendresse. Je prédis pour ce seul(e) en scène une longue et belle vie de Paris à Athènes, de la comédie Nation (accueil très chaleureux) à Avignon. La comédienne investit personnages et plateau, la mise en scène est légère sobre et parfaitement claire.

C'est une petite perle qui, comme d'autres, aurait pu disparaître dans la foule des spectacles que la capitale mais aussi ma boîte aux lettres proposent. Mon sort s'est donc jeté samedi dernier sur "Cassandra" sur laquelle j'ai dressé un C en lettre capitale à chaque recoin de mon billet ! Pour le prénom et le titre du spectacle… et surtout son indéniable qualité.

"Cassandra"

Texte : Rodolphe Corrion.
La pièce est édité à L'œil du Prince.
Mise en scène : Rodolphe Corrion.
Avec : Dorothée Girot.
Musique originale : Guy-Roger Duvert.
Création lumière : Jennifer Montesantos et François Luberne.
Par la Cie Théâtre de l'Épopée.
Durée : 1 h 10.

Samedis 16, 23 et 30 mars à 19h.
Dates supplémentaires :
18 et 23 mai 2019 à 19 h ; 28 mai 2019  à 20 h 30.
Comédie Nation, Paris 11e, 01 48 05 52 44.
>> comedienation.fr

Isabelle Lauriou
Mercredi 27 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019