La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Casadesus, Buniatishvili et le Philharmonique de Saint-Pétersbourg illuminent l'Annecy Classic Festival

Concert de très grande qualité mardi dernier pour l’ouverture de la quatrième édition de l’Annecy Classic Festival. Réunissant, à l’invitation de ses deux directeurs artistiques Pascale Escande et le soliste russe Denis Matsuev, une pianiste en état de grâce, Khatia Buniatishvili, un chef généreux et juvénile, Jean-Claude Casadesus, et un orchestre légendaire, le Philharmonique de Saint-Pétersbourg !



Jean-Claude Casadesus, Khatia Buniatishvili et le Philharmonique de Saint-Pétersbourg © Yannick Perrin.
Jean-Claude Casadesus, Khatia Buniatishvili et le Philharmonique de Saint-Pétersbourg © Yannick Perrin.
Une soirée émouvante à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle a permis à votre estimée reporter de retrouver Jean-Claude Casadesus, un chef d’orchestre qu’elle adore depuis longtemps, en fidèle de l’Orchestre National de Lille (se rappelant avoir essuyé les plâtres de l’Auditorium du Nouveau Siècle dans la capitale des Flandres…). Un chef toujours jeune à près de quatre-vingts ans et qui réussit évidemment à se faire aimer de l’orchestre russe en quelques rencontres et deux concerts, on le sent bien. Le programme est taillé sur mesure pour mettre en avant la spécificité et les qualités du Philharmonique saint-pétersbourgeois (plutôt jeune dans sa composition) : le "Prélude et la Mort d’Isolde" de Richard Wagner, vrais poèmes symphoniques luxuriants extraits du "Tristan", et le fameux "Boléro" de Maurice Ravel. Pour le dialogue avec un soliste, c’est avec la jeune géorgienne Khatia Buniatishvili que sera interprété l’un des deux Concertos pour piano de Frédéric Chopin, le deuxième en fa mineur.

Sans aucune pitié pour l’auditoire nombreux du festival, la soirée commence avec une plongée dans l’eau noire du Léthé, le puissant philtre orchestral wagnérien du Prélude de "Tristan et Isolde" avec un son dense et profond des cordes et des bois de l’orchestre. Nous voilà plongés dans les mystères du désir et prisonniers des liens ténébreux de la Volonté* à coup de cascades chromatiques. Jean-Claude Casadesus le dirige avec sa battue racée et enveloppante jusqu’au Liebestod orgiaque, et l’auditeur est bien sûr en larmes bien avant l’accord parfait final en si majeur, sa délivrance. N’est-ce pas épuiser toutes ses cartouches dès le début du concert avec une phalange de plus de cent musiciens - tout l’orchestre étant en résidence pour dix jours à Annecy ? Non.

Khatia Buniatishvili © Yannick Perrin.
Khatia Buniatishvili © Yannick Perrin.
Arrive alors la gracieuse Khatia Buniatishvili pour le deuxième Concerto de Frédéric Chopin, écrit à dix neuf ans par un jeune compositeur qui ne tardera pas à émigrer à Paris, dans le pays de son père. Cette jeune pianiste, qui fait sensation depuis son arrivée en France, n’a pas volé sa réputation. Avec un toucher soyeux, souple, aérien, une grande musicalité, une virtuosité sans ostentation, tout son art sert les nuances délicates du concerto de Chopin, débarrassé du folklore romantique qu’on nous sert parfois. La pianiste est une coloriste, telle une nouvelle Martha Argerich (qui l’a prise sous son aile). L’enfant prodige, qui joue depuis ses six ans, sait garder un calme olympien entre deux orages intérieurs avec son beau sourire de Joconde. Elle nous offre successivement des forte passionnés comme des pianissimi hypnotiques. Une belle émotion, soutenue par un orchestre à l’effectif réduit, très complice de sa talentueuse partenaire.

L’orchestre est à nouveau au complet pour la seconde œuvre au programme de Maurice Ravel : "La Pavane pour une infante défunte", puis le "Boléro", composé en 1928. Mettre au programme le "Boléro" pour un chef d’orchestre, c’est malin : les pupitres entrent un à un dans le rythme irrésistible de la caisse claire pour un seul thème et dans un crescendo démentiel. On peut juger sur pièce. "Mon Boléro devrait porter en exergue : Enfoncez vous bien cela dans la tête", écrit Ravel. C’est un fait. Et la texture orchestrale s’enrichit inexorablement : c’est fascinant d’observer la façon dont les musiciens du Philharmonique de Saint-Pétersbourg entrent dans la transe jusqu’à l’explosion finale. Casadesus les dirige avec joie, comme on accélère de plus en plus fort pour entendre vrombir le moteur d’un bolide. L’Orchestre Philharmonique nous a montré ce mardi qu’il faut toujours compter avec lui dans la saga des formations internationales, et avec de la musique française, s’il vous plaît ! Ne manquez pas leur concert de clôture le 30 août.

Jean-Claude Casadesus © Yannick Perrin.
Jean-Claude Casadesus © Yannick Perrin.
Note :
* Cf. "Le Monde comme Volonté et comme Représentation", Arthur Schopenhauer.

Concert entendu le mardi 20 août 2013.
En multi rediffusions sur medici-tv.

Khatia Buniatishvili, piano.
Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg.
Jean-Claude Casadesus, direction.

Richard Wagner (1813 – 1883).
"Prélude et Liebestod", extraits de "Tristan und Isolde" (1859-1865).
Frédéric Chopin (1810 – 1849).
Concerto n°2 pour piano et orchestre.
Maurice Ravel (1875 – 1937).
"Pavane pour une infante défunte" (1910).
"Boléro" (1928).

Du 20 au 30 août 2013.
Annecy Classic Festival,
3 place du Château, Annecy (74).
+33 (0)4 50 51 67 67 (tickets).
+33 (0)4 50 51 35 14 (administration).
>> annecyclassicfestival.com

Tous les concerts du festival sont diffusés en direct sur medici-tv.

Christine Ducq
Vendredi 23 Août 2013

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020