La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Carte blanche à Sirba Octet pour L'Autre Saison des Dissonances

Pour le 52e concert de L'Autre Saison des Dissonances, l'ensemble Sirba Octet a offert dans l'Église Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris un florilège de son répertoire plongeant "Au cœur de l'âme yiddish", au profit des sans-abris. Un moment de convivialité et de fraternité bercé par la joie et la nostalgie des traditions klezmer et tsigane de l'Europe orientale, revisitées par des musiciens classiques.



Sirba Octet © Bernard Martinez.
Sirba Octet © Bernard Martinez.
Rompre l'exclusion sociale et culturelle des sans-abris, c'est le projet de L'Autre Saison des Dissonances, cet orchestre sans chef - dont nous avions interviewé dans cette même rubrique le directeur artistique et violoniste David Grimal (1). Chaque mois depuis 2003, Les Dissonances et l'association Les Margéniaux (2) donnent carte blanche à des artistes et ensembles, partageant les mêmes valeurs de solidarité et de fraternité, pour jouer (gracieusement) devant un public varié. La participation est libre, les sommes ainsi récoltées permettant de financer des projets de réinsertion.

Dans l'Église Saint-Leu-Saint-Gilles, connue pour ses nombreuses actions sociales en faveur d'une population en très grande précarité, Sirba Octet était l'invité de ce mois de novembre. L'ensemble, créé en 2003 (lui aussi) par le violoniste Richard Schmoucler avec quelques amis de l'Orchestre de Paris, nous invitait à la danse en reprenant largement le programme de son dernier CD "Tantz !", paru en 2015.

Un concert tout aussi vivifiant que leur cinquième enregistrement, témoignant d'un projet aussi original que détonant pour ces musiciens presque tous issus de nos conservatoires et orchestres classiques : proposer de nouveaux arrangements propres à la musique dite savante des répertoires yiddish et tsigane - dont une large partie animait les réunions familiales de son fondateur. Rien moins que l'invention d'un genre, le "Classic World", selon Richard Schmoucler, qui a sélectionné quatorze morceaux, après en avoir écouté plus de huit mille issus des traditions tsigane, roumaine, hongroise et russe.

Renaud Guy-Rousseau, clarinette © Christine Ducq.
Renaud Guy-Rousseau, clarinette © Christine Ducq.
Rien de tel pour réchauffer cette soirée maussade et pluvieuse d'automne que l'énergie débordante de vie de ces danses, inspirées des làutari roumains ou moldaves et des klezmorim des shetls d'Europe de l'Est, entre rires et larmes, nostalgie de l'errance et joie des fêtes de la communauté. Si le violon était l'instrument par excellence du ghetto, facile à emporter pour fuir les pogroms (nous rappelait le grand Ivry Gitlis - qui dédicace le CD "Tantz !" - dans un "Grand Échiquier" de Jacques Chancel il y a longtemps) - les deux de l'ensemble (avec celui de Christian Brière) se marient depuis plus de dix ans à six autres instruments pour créer l'identité de Sirba Octet (3), avec ses mélodies souvent familières, ses couleurs évoquant le voyage et ses rythmes diaboliques ou déchirants.

Avec l'alto vif-argent de David Gaillard, le violoncelle de Claude Giron, la contrebasse de Bernard Cazauran, les sonorités piquantes du cymbalum de Iurie Morar, se joignent pour ce concert le piano de Christophe Henry (à la place de Yann Ollivo, un des arrangeurs du groupe avec Cyrille Lehn) et la clarinette épatante de Renaud Guy-Rousseau (4). Alors qu'ils jouent depuis une heure avec un bonheur collectif communicatif, quelques sans-abris s'approchent presque timidement, restés jusque-là un peu à l'écart. On se dit alors que certaines soirées sont plus précieuses que tout.

Sirba Octet © Bernard Martinez.
Sirba Octet © Bernard Martinez.
(1) Articles des 9 et 25 mai 2016.
(2) Les Margéniaux fonctionnent avec des bénévoles et des personnes en réinsertion en faveur de personnes marginalisées.
(3) Le "sirba" est une danse traditionnelle roumaine.
(4) Pour quelques concerts, le jeune clarinettiste de l'Orchestre national de France (et du groupe manouche "Les Tzingarelli") remplace Philippe Berrod.


● "Tantz ! Klezmer & Gipsy music".
Sirba Octet.
Label : La dolce Volta.
Distribution : harmonia mundi.
Sortie : septembre 2015.

Prochains concerts :
>> sirbaoctet.com

Richard Schmoucler, Christian Brière © Christine Ducq.
Richard Schmoucler, Christian Brière © Christine Ducq.
L'Autre Saison des Dissonances :
Église Saint-Leu-Saint-Gilles.
92 rue Saint-Denis, Paris (1er).

Prochain concert "Off de l'Orchestre de Paris, Concert de Noël",
16 décembre 2016 à 20 h.
Programme complet :
Tél. : 01 43 15 34 71.
>> les-dissonances.eu

Christine Ducq
Mardi 8 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020