La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire

La chronique d'Isa-belle L

"Il y a un spectacle Isabelle que tu devrais aller voir au Lucernaire. Le titre, c’est : Tabou. C’est mis en scène et écrit par Laurence Février. Je ne peux que t’inciter à y aller."



© Margot Simonney.
© Margot Simonney.
Voilà ce qui m’a été dit, voilà qui est fait. J’y suis allée. Mercredi 19 septembre, écouter et voir le travail de Laurence Février. Un spectacle "rondement" mené.

Tabou

Spontanément j’ai pensé au jeu de Société du même nom qui se prononce de la même façon aussi. Jeu auquel j’ai dû jouer deux fois dans ma vie. C’est dire à quel point mes soirées entre amis sont réussies. Inutile de se coltiner ce type de connerie. L’objectif de "Taboo", avec deux "o", et non un "o" et un "u", c’est de faire deviner un mot sans prononcer des mots "tabous", c’est-à-dire ne pas citer de mot se rapprochant trop près de celui qu’on cherche.

Un enfant de dix ans comprendra. Il aura peut-être demandé à sa maman ce que signifie le mot tabou dans la vie des grands et sa maman lui aura probablement répondu : "T’es trop petit" ! Et qui sait ? En rougissant.

Tabou "Ou ou ouh", ça fait peur, décidément ! Surtout aux parents.

Je reprends le cours de mon explication maintenant. Un exemple pour bien comprendre le jeu de société. Tabou jeu de société ? Ça se saurait.

Bref ! Nous sommes cinq participants. Jeu collectif, c’est plus marrant. Enfin, ça dépend à quoi on associe l’adjectif. Évidemment.

Laurence Février © Margot Simonney.
Laurence Février © Margot Simonney.
Un de nos coéquipiers tire le mot : Viol. Qui en réalité n’existe pas dans le jeu de Société puisque c’est un mot Tabou, comprenez-vous ? Je reprends. Il a une ou deux minutes, temps s’écoulant du sablier - objet limitant les tours de jeu.

L’objectif de notre camarade est donc de nous faire deviner le mot viol sans jamais prononcer, par exemple :
- Agression sexuelle, bâillonner, femme, violence, tournante…
Le sablier va rendre l’âme. Encore quelques secondes pour trouver. Allez !
- Aguicheuse, résille, mini-jupe ;
Personne ne voit. Encore un coup, pour voir :
- Cité, fille, vulgaire ;
Personne ne trouve.

Ce que c’est drôle bon sang ! On y prend goût à ce jeu. C’est marrant de biaiser. C’est le mot. Biaiser la vérité. Donner des indices complétement décalés.

Langue au chat. Perdu !

© Margot Simonney.
© Margot Simonney.
Le jeu s’arrête. Violer, avec ce qu’elle nous a laissé comme indices c’était foutu d’avance. Quelle idée ! Tous ces mots déballés n’ont aucun rapport avec la réalité.

Résultat : On se prend la tête, on se lance des vannes, le collectif s’individualise. On se rentre dedans. On se parle mal.

Foutu jeu ! C’était facile pourtant :
- Déshabiller, forcer, frapper, démolir. Souiller, marteler, harceler, mutiler. Crier.

Foutu jeu ! Je dis. Ignorer à ce point un fléau de notre société. Dans un jeu qui prétend en parler ! Tabou délie les langues finalement. Après la tempête de reproches, pointe enfin l’accalmie. Retour à la vie.

Tabou, rien du tout, oui.

Violer, c’est avoir agressé sexuellement une femme le plus souvent après l’avoir bâillonnée dans la majorité des cas, l’avoir forcée violemment.

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire
"Non c’est non ce n’est pas oui." Gisèle Halimi l’a répété. C’était en 1978. Lors de son immense, avec un grand I, plaidoirie.

Violer, c’est ordonner à autrui l’acte sexuel. Blesser. Anéantir la féminité. Briser la confiance pour toutes les années à venir. Violer, c’est interrompre injustement la vie.
Résister, c’est vouloir vivre. Briser le tabou, c’est avancer et se reconstruire.

Nous ne sommes plus en 1978 mais en 2012. Des chaises rouges, des visages de femmes d’âges différents. Je suis au théâtre. Il fait noir. J’attends qu’elles me disent, qu’elles racontent.

Le spectacle que j’ai vu hier soir, comme le jeu, s’appelle Tabou. Mais s’écrit O et U. C’est un fait de société dont on parle mais jamais assez. Un fait de société qui n’est pas un jeu, en effet. Difficile d’imaginer l’horreur que ces femmes, dont les histoires au théâtre nous sont contées, ont endurée.

Difficile aussi d’imaginer que, pendant toute la durée de ce spectacle d’une rare intensité, un couple de quarantenaire n’ait pu s’empêcher de se rouler des pelles et de se caresser. À croire que le viol fait encore fantasmer…

Tabou, au Lucernaire. Mon amie a bien fait de m’inciter à y aller.

"Tabou"

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire
Spectacle de Laurence Février.
Avec la plaidoirie de Gisèle Halimi à la Cour d'Assises d'Aix-en-Provence le 3 mai 1978.
Mise en scène : Laurence Février.
Assistante : Julie Simonney.
Avec : Véronique Ataly, Mia Delmaë, Laurence Février, Françoise Huguet, Carine Piazzi, Anne-Lise Sabouret.
Lumières : Jean-Yves Courcoux.
Illustration sonore et scénographie : Brigitte Dujardin.
Durée : 1 h 05.

Spectacle du 5 septembre au 21 octobre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 17 h.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Isabelle Lauriou
Lundi 24 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019