La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire

La chronique d'Isa-belle L

"Il y a un spectacle Isabelle que tu devrais aller voir au Lucernaire. Le titre, c’est : Tabou. C’est mis en scène et écrit par Laurence Février. Je ne peux que t’inciter à y aller."



© Margot Simonney.
© Margot Simonney.
Voilà ce qui m’a été dit, voilà qui est fait. J’y suis allée. Mercredi 19 septembre, écouter et voir le travail de Laurence Février. Un spectacle "rondement" mené.

Tabou

Spontanément j’ai pensé au jeu de Société du même nom qui se prononce de la même façon aussi. Jeu auquel j’ai dû jouer deux fois dans ma vie. C’est dire à quel point mes soirées entre amis sont réussies. Inutile de se coltiner ce type de connerie. L’objectif de "Taboo", avec deux "o", et non un "o" et un "u", c’est de faire deviner un mot sans prononcer des mots "tabous", c’est-à-dire ne pas citer de mot se rapprochant trop près de celui qu’on cherche.

Un enfant de dix ans comprendra. Il aura peut-être demandé à sa maman ce que signifie le mot tabou dans la vie des grands et sa maman lui aura probablement répondu : "T’es trop petit" ! Et qui sait ? En rougissant.

Tabou "Ou ou ouh", ça fait peur, décidément ! Surtout aux parents.

Je reprends le cours de mon explication maintenant. Un exemple pour bien comprendre le jeu de société. Tabou jeu de société ? Ça se saurait.

Bref ! Nous sommes cinq participants. Jeu collectif, c’est plus marrant. Enfin, ça dépend à quoi on associe l’adjectif. Évidemment.

Laurence Février © Margot Simonney.
Laurence Février © Margot Simonney.
Un de nos coéquipiers tire le mot : Viol. Qui en réalité n’existe pas dans le jeu de Société puisque c’est un mot Tabou, comprenez-vous ? Je reprends. Il a une ou deux minutes, temps s’écoulant du sablier - objet limitant les tours de jeu.

L’objectif de notre camarade est donc de nous faire deviner le mot viol sans jamais prononcer, par exemple :
- Agression sexuelle, bâillonner, femme, violence, tournante…
Le sablier va rendre l’âme. Encore quelques secondes pour trouver. Allez !
- Aguicheuse, résille, mini-jupe ;
Personne ne voit. Encore un coup, pour voir :
- Cité, fille, vulgaire ;
Personne ne trouve.

Ce que c’est drôle bon sang ! On y prend goût à ce jeu. C’est marrant de biaiser. C’est le mot. Biaiser la vérité. Donner des indices complétement décalés.

Langue au chat. Perdu !

© Margot Simonney.
© Margot Simonney.
Le jeu s’arrête. Violer, avec ce qu’elle nous a laissé comme indices c’était foutu d’avance. Quelle idée ! Tous ces mots déballés n’ont aucun rapport avec la réalité.

Résultat : On se prend la tête, on se lance des vannes, le collectif s’individualise. On se rentre dedans. On se parle mal.

Foutu jeu ! C’était facile pourtant :
- Déshabiller, forcer, frapper, démolir. Souiller, marteler, harceler, mutiler. Crier.

Foutu jeu ! Je dis. Ignorer à ce point un fléau de notre société. Dans un jeu qui prétend en parler ! Tabou délie les langues finalement. Après la tempête de reproches, pointe enfin l’accalmie. Retour à la vie.

Tabou, rien du tout, oui.

Violer, c’est avoir agressé sexuellement une femme le plus souvent après l’avoir bâillonnée dans la majorité des cas, l’avoir forcée violemment.

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire
"Non c’est non ce n’est pas oui." Gisèle Halimi l’a répété. C’était en 1978. Lors de son immense, avec un grand I, plaidoirie.

Violer, c’est ordonner à autrui l’acte sexuel. Blesser. Anéantir la féminité. Briser la confiance pour toutes les années à venir. Violer, c’est interrompre injustement la vie.
Résister, c’est vouloir vivre. Briser le tabou, c’est avancer et se reconstruire.

Nous ne sommes plus en 1978 mais en 2012. Des chaises rouges, des visages de femmes d’âges différents. Je suis au théâtre. Il fait noir. J’attends qu’elles me disent, qu’elles racontent.

Le spectacle que j’ai vu hier soir, comme le jeu, s’appelle Tabou. Mais s’écrit O et U. C’est un fait de société dont on parle mais jamais assez. Un fait de société qui n’est pas un jeu, en effet. Difficile d’imaginer l’horreur que ces femmes, dont les histoires au théâtre nous sont contées, ont endurée.

Difficile aussi d’imaginer que, pendant toute la durée de ce spectacle d’une rare intensité, un couple de quarantenaire n’ait pu s’empêcher de se rouler des pelles et de se caresser. À croire que le viol fait encore fantasmer…

Tabou, au Lucernaire. Mon amie a bien fait de m’inciter à y aller.

"Tabou"

Briser le tabou... pour avancer et se reconstruire
Spectacle de Laurence Février.
Avec la plaidoirie de Gisèle Halimi à la Cour d'Assises d'Aix-en-Provence le 3 mai 1978.
Mise en scène : Laurence Février.
Assistante : Julie Simonney.
Avec : Véronique Ataly, Mia Delmaë, Laurence Février, Françoise Huguet, Carine Piazzi, Anne-Lise Sabouret.
Lumières : Jean-Yves Courcoux.
Illustration sonore et scénographie : Brigitte Dujardin.
Durée : 1 h 05.

Spectacle du 5 septembre au 21 octobre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 17 h.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Isabelle Lauriou
Lundi 24 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022