La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Besame mucho" Frida

"Frida Kahlo", Musée de l’Orangerie, Paris

En ce moment, au Musée de l’Orangerie, se déroule la très belle exposition "Frida Kahlo/Diego Rivera. L’art en fusion". À cette occasion est jouée, par le Panta-théâtre, ce que les organisateurs nomment une "déambulation théâtrale" autour de la figure de Frida Kahlo. La pièce reprend des extraits de son "Journal" et de sa correspondance traduits par Rauda Jamis. La comédienne Véro Dahuron incarne avec superbe l’histoire de ce peintre devenu au fil des ans un véritable personnage.



Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Le spectateur est debout ; il piétine… Aux portes de l’exposition, il n’a pas encore idée du voyage qui l’attend. La comédienne tarde un peu à faire son entrée. En attendant, il observe… de chaque côté, quelques toiles de Diego Riviera, et surtout dans le fond, ce grand mur bleu. S’agit-il de celui de "la casa azúl", la fameuse maison de Diego et Frida ? De cette expo couplée à un spectacle, va-t-on réussir à nous immerger dans l’œuvre et nous faire pénétrer à ce point l’univers de Frida Kahlo ? Vu le personnage, l’entreprise est de taille.

Tu te balances de droite à gauche avec ton masque mortuaire. Ainsi as-tu décidé de faire ton entrée... "Besame mucho", Dis-tu ? Tu connais. Forcément, l’air est si connu.
N’est-ce pas une de tes spécialités ? Rire et danser avec la mort. À quoi d’ailleurs cela sert-il de la pleurer, la mort ?
En tutoyant de cette façon une Frida forte, une Frida drôle, une Frida tendre et sensible, tu honores avec beaucoup de justesse et d’intelligence sa mémoire. Ainsi, Guy Delamotte, avec tes choix de mise en scène, tu fais entrer de plain-pied le spectateur dans l’œuvre de ce peintre. Véro Dahuron, nous ne sommes qu’au début de la déambulation, et l’émotion est déjà forte.

Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Cahin caha poursuivons…
Une planche, trois bouts de ficelle et un corset. Il nous enserre la poitrine, nous entraîne dans sa marche bringuebalante, mais nous poursuivons. Le rire fuse (parfois), le sourire reste (souvent), même si un sanglot nous étrangle (aussi). Pourtant Frida, on connaît bien ton histoire, mais voilà, il faut que je t’avoue, je me suis laissée une fois de plus avoir. Surtout avec ta diatribe finale. Pourtant tes nombreux autoportraits où est peint à chaque fois ton regard fier et droit me disaient bien de ne pas succomber.

Ah oui mais… ce jour-là tu as laissé tout le monde coi. Est-ce le lieu ? Il forme à lui seul comme un petit écrin. La disposition choisie des tableaux est une jolie mise en abyme de la relation Diego avec Frida… "L’éléphant" qui continue à garder jusqu’au bout en son sein la "colombe". L’hommage est touchant.
Est-ce aussi le privilège de pouvoir jouer au milieu des œuvres de l’artiste ? C’est sûr, ta parole et ton jeu prennent là une dimension et une résonance particulières.
Pour le spectateur… l’expérience est singulière.

Ici pas de larmoiement. Les morceaux choisis du journal montrent à la fois la force et la faiblesse de cette femme. Toute l’antinomie qui n’a cessé de la poursuivre.
Un peu à la façon de cet air connu joué au début, cette Frida interprétée par Véro Dahuron a ce quelque chose que tout le monde reconnaît. Elle est ce tout un chacun quelque peu extraordinaire capable d’émouvoir et de surmonter bien des peines…

Danse, danse "Fridichita", même sur une jambe, peu importe, mais continue à nous hanter encore longtemps dans nos cœurs.

"Frida Kahlo"

Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Véro Dahuron © Panta théâtre D.R.
Texte : D’après le "Journal" et des extraits de la correspondance de Frida Kahlo,
traduits par Rauda Jamis.
Mise en scène : Guy Delamotte.
Avec : Véro Dahuron (conception et jeu).
Costumes : Cidalia Da Costa.
Lumières : Philippe Hérail et Fabrice Fontal.
Régie : Kévin Paniez.
Accessoires : Olivier Thiebault.

Encore une seule représentation au Musée de l’Orangerie :
15 novembre 2013 à 19 h.
Musée de l’Orangerie, Paris 1er, 01 44 50 43 01.
(Accès libre, sur réservation)
>> musee-orangerie.fr

Spectacle joué à Caen, au Panta-théâtre.
>> pantatheatre.net

Jeudi 14 Novembre 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020