La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Benjamin Bernheim, le héraut du chant français

Rencontre avec le nouveau Rodolfo à l'Opéra Bastille dès le 18 décembre. Le ténor qui brille dans des répertoires très différents (italien, allemand et russe) est avant tout un défenseur de la langue et du chant français.



© Richard Boll.
© Richard Boll.
Affable et détendu, Benjamin Bernheim nous accueille dans une de ces loges modernes et sans beaucoup d'âme destinée aux interviews à l'Opéra Bastille. En dépit d'un lundi froid et gris, le ténor entretient par ses propos résolus la flamme du chant idéal. Le public français n'a pas oublié sa superbe incarnation de Flamand dans le "Capriccio" de Robert Carsen (qui ne l'était pas moins) à Paris en 2015. Depuis, la carrière solo du chanteur s'est envolée après les années de troupe à l'Opéra de Zurich, et il s'impose désormais sur toutes les scènes.

Outre le rôle de Rodolfo dans "La Bohème" qu'il chante à partir du 18 décembre à Paris, et qu'il reprendra au Royal Opera House à Covent Garden en juillet 2018, il a de nombreux projets et sera notamment le Faust de Charles Gounod au Lyric Opera de Chicago, sans oublier Nemorino dans Donizetti au Staatsoper de Vienne. Pas moins de trois concerts sont par ailleurs prévus en France (à Paris et à Bordeaux), qui viendront couronner la réputation du ténor lyrique au timbre admirable.

Christine Ducq - Benjamin Bernheim, êtes-vous un ténor suisse, français ou franco-suisse ?

Benjamin Bernheim - Je suis né à Paris et j'ai grandi entre Paris et Genève dans une famille française. Je réside à Zurich depuis mes années de troupe. Donc vous pouvez écrire que je suis français ou franco-suisse. Le français est ma langue et je suis proche avant tout de cette culture française.

© Richard Boll.
© Richard Boll.
Vous allez reprendre le rôle de Rodolfo que vous chantez depuis 2015. Votre approche de celui-ci a-t-elle évolué ?

Benjamin Bernheim - Rodolfo est aujourd'hui pour moi mon meilleur ambassadeur auprès du public. Il me permet de montrer toutes les couleurs de ma voix sur scène - du pianissimo au mezza di voce. C'est même le seul qui me permette de le faire autant. Je peux et je veux défendre toutes les facettes de ce jeune premier romantique.

J'ai chanté depuis 2015 dans quatre productions de "La Bohème" dont trois étaient nouvelles. Parmi celles-ci, je pense à celle dans laquelle je viens de chanter à Londres dans la production de Richard Jones ou à celle de Claus Guth ici, à Paris. C'est une chance de pouvoir bénéficier de nombreuses répétitions et de participer pleinement au processus créatif.
Évidemment, les choses ont changé depuis que je l'ai chanté pour la première fois à Zurich. Aujourd'hui ont disparu l'angoisse de ne rien oublier des particularités de la partition, la peur de ne pas être à la hauteur des attentes du public.

Quand je chante un rôle pour la sixième fois, il m'habite et fait partie de mon corps. Mon plaisir est de fait de plus en plus intense et je me sens libre de prendre davantage de risques chaque soir.

Benjamin Bernheim à La Scala de Milan © DR.
Benjamin Bernheim à La Scala de Milan © DR.
Vous vous sentez à votre aise dans l'art puccinien du "parlar cantando" ? (1)

Benjamin Bernheim - En effet. Dans "La Bohème", nous assistons à un dialogue, qui ne relève pas de l'habituelle succession de récitatifs et de cabalettes de l'opéra italien. Entre les quatre amis intimes, qui n'ont pas besoin de se parler pour se comprendre, la discussion semble des plus naturelles. Il est évidemment deux ou trois passages particuliers, tels que Puccini les a écrits : le fameux air de l'acte I ("Che gelida manina") qui demande beaucoup de flexibilité et de couleurs ; au deuxième acte beaucoup plus vivant dominent les petites phrases. Le troisième acte est le plus difficile vocalement et le rôle de Rodolfo lorgne vers des personnages plus lourds à chanter, tels Caravadossi ("Tosca") et Pinkerton ("Madame Butterfly"). La ligne vocale demande alors force et puissance. De ce point de vue le quatrième acte est plus léger en terme de vocalité.

Depuis trois ans, j'ai en tout cas pris du recul et j'espère en restituer quelque chose de plus personnel avec les possibilités qu'offre ma voix. Et chaque distribution est une nouvelle aventure.

J'ai connu quatre Mimi aux voix très différentes, ce qui m'a permis d'évoluer. Avec Nicole Car, ma Mimi londonienne et parisienne, nous nous entendons parfaitement et nos voix s'harmonisent merveilleusement bien.

"La Bohème" © Bernd Uhlig/OnP.
"La Bohème" © Bernd Uhlig/OnP.
Dans la production parisienne de Claus Guth (très polémique), avez-vous l'occasion de partager votre conception du rôle ou êtes-vous obligé de vous couler entièrement dans sa vision ?

Benjamin Bernheim - Les deux, je pense. Claus Guth nous a demandé dès la première répétition une "Bohème" conceptuelle, transposant largement la narration écrite du livret. Sa lecture présente plusieurs niveaux et il nous a conseillé de voir le "Solaris" de Steven Soderbergh. Dans sa mise en scène, se retrouvent les thèmes de la solitude, de l'angoisse et du manque qui adviennent après plusieurs mois de voyage spatial.

C'est bien ce que l'on voit dans sa "Bohème" : quatre amis ayant perdu tout contact avec la terre et sa gravité, avec la réalité vont être hantés par leurs souvenirs. Des souvenirs de leur jeunesse qu'ils aimeraient modifier, tel Rodolfo avec son amour perdu. Il devient fou, il a des visions, il est hanté, mais il ne peut changer le passé. C'est une vision très poétique. Bien que je comprenne que cette lecture soit un peu ardue pour le public, je trouve que la musique se marie très bien avec ces images qui nourrissent notre imaginaire - celui de l'espace.

N'est-ce pas inconfortable de chanter en combinaison d'astronaute au quatrième acte ?

Benjamin Bernheim - Cette production est très confortable vocalement. Les décors permettent à la voix d'être très bien projetée, et ce, dans une des plus grandes salles au monde. C'est pour nous très agréable de chanter souvent à l'avant-scène (surtout au troisième et quatrième tableau). Claus Guth respecte énormément notre travail. Honnêtement, j'ai participé à de nombreuses productions et j'ai vécu bien pire que de devoir chanter en combinaison de spationaute !

Pourquoi avez-vous fait le choix d'un répertoire uniquement français pour vos récitals à venir ?

Benjamin Bernheim - Il me semble que ce répertoire est celui dans lequel j'ai le plus à apporter. Bien plus que dans une énième "Donna e mobile" ("Rigoletto") ou une énième "Una furtiva lagrima" ("L'élixir d'amour"), qu'on a entendus dix mille fois.

© Richard Boll.
© Richard Boll.
Je me place dans le sillage de Roberto Alagna, qui a révolutionné la façon de chanter le répertoire français en termes de diction ces dernières années. Je veux explorer les rôles de jeunes premiers romantiques français (2) en ayant en tête ses performances d'une grande modernité et intelligence. En tant que chanteur de langue française, je voudrais ajouter ma pierre à cet édifice.

(1) Le "parlar cantando" est ce chant issu du récitatif mêlé à la grande phrase lyrique du bel canto.
(2) Outre le "Faust" à Chicago, Benjamin Bernheim participe en 2018 à un Gala Gounod sur les ondes de Radio France. À l'Opéra de Bordeaux (18 janvier 2018), il interprétera des mélodies de Duparc, Gounod et Fauré, ainsi que des extraits d'œuvres de Massenet, de Bizet, d'Offenbach.


Interview réalisée le 11 décembre 2017.

"La Bohème" de Giacomo Puccini (1896).
Du 18 au 31 décembre 2017.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 14 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022