La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Azor" est un trésor, léger comme une plume, cahotique et frénétique comme la vie

"Azor", Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Paris

Quand un commissaire de police d'Auteuil, un gars de la Rousse, reçoit le surnom d'un toutou à sa mémère, Azor, quand il est poursuivi des assiduités des unes et des autres, quand il se rêve en cador (qu'adorent les femmes), se découvre enjôleur plutôt qu'engeôleur, rimeur et frimeur…



© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Quand une fille de ministre a une âme de gigolette, quand les gens de la Haute fricotent avec les marlous, quand tout est sens dessus-dessous, sans dessus et sans dessous, quand le magicien de music-hall brille dans le fric-frac, quand tout est pourri, quand malgré tout, Amour rime avec Toujours et Désir avec Plaisir, alors il faut faire comme dans "Azor", dans cette comédie des erreurs où toutes les apparences sont trompeuses sauf pour le public. Il faut Aimer, Vivre, Rire, Danser et Chanter. Même si c'est sur un volcan, ce que tout le monde comprend.

Stéphane Druet met en scène "Azor". Cette œuvre oubliée des années trente créée par un sextuor aux talents conjugués immenses. Pour le livret Albert Willemetz, Max Eddy, Raoul Praxy. Pour la musique Gaston Gabaroche, Pierre Chagnon, Fred Pearly. À eux six, des milliers de rengaines dans la tête. Azor est un trésor caché au fond du jardin secret de chacun.

Et l'on ne peut discerner qui, du livret, du jeu, de la musique ou de la danse, entraine l'autre. Tant les pratiques de la scène se fondent et s'épaulent.

© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Le livret déroule un catalogue de sous-entendus, de métaphores, de quiproquos, d'imbroglios. Allant du graveleux au précieux, il avance dans le son et le rythme du vaudeville, du caf'conc', du music-hall, de l'opérette. Tout cela swingue, tout cela chaloupe. Autant de clins d’œil. Les lyrics produisent les effets de la scène et réciproquement.

Stéphane Druet a la bonne idée de déplacer la société interlope des années trente dans celle des années psychédéliques, plus proches de la mémoire collective. Ce qui évite une reconstitution hasardeuse (les allusions au monde environnant ayant quelque peu changé depuis quatre-vingts ans). Mais cet angle offre une liberté de ton et de traitement, un tissu de références partagées.

Les arrangements d'Emmanuel Bex, sur la base d'un orgue électronique, d'une guitare et d'une batterie, offrent un voyage musical qui, mine de rien, dans l'énergie et la finesse, croise les demoiselles de Rochefort ou Janis Joplin. Les chorégraphies vont des girls à Michael Jackson en passant par le balloche ou la biguine…

© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Dans ce festival de citations, le spectateur assiste à une comédie musicale aboutie, modèle. Les chansons, les duos, les solos apparaissent dans la solidité et la beauté de leur composition initiale. Les comédiens chanteurs, appuyant les caractères, offrent des moments d'âme à chaque personnage. Les enchainements sont tenus, maitrisés, précis et virtuoses.

Cette présentation est respectueuse de l'œuvre. Elle constitue une véritable transposition et accompagne la liberté et la créativité de l'original de Willemetz, Gabaroche et leurs confrères.

Le spectateur éprouve la gaité qui lui est communiquée par tous les angles d'un plateau devenu virevoltant. Assurément "Azor" est un Trésor. Léger comme une plume, chaotique et frénétique comme la vie, fêlé comme une trompette de la renommée. Tatata taaa tataâ.

"Azor"

© Matthias Plantard.
© Matthias Plantard.
Opérette en trois actes.
À la création, 16 septembre 1932.
Musique : Gaston Gabaroche.
Airs additionnels : Pierre Chagnon, Fred Pearly.
Livret : Raoul Praxy.
Lyrics : Albert Willemetz, Max Eddy.

Aujourd'hui.
Mise en scène : Stéphan Druet.
Direction musicale et arrangements : Emmanuel Bex.
Conception : Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud, Pierre Méchanick.
Avec : Julien Alluguette, Gilles Bugeaud, Fanny Fourquez, Pauline Gardel, Quentin Gibelin, Emmanuelle Goizé, Estelle Kaïque, Pierre Méchanick.
Guitare : Antonin Fresson.
Batterie : Tristan Bex.
Orgue Hammond : Emmanuel Bex.
Chorégraphie : Alma de Villalobos.
Lumière : Christelle Toussine.
Scénographie : Emmanuelle Goizé.
Costumes : Denis Evrard.
Cie Quand On Est Trois.

Du 20 décembre 2018 au 13 janvier 2019.
Du mercredi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h, mardi 8 janvier à 19 h.
Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Grande Salle, Paris 9e, 01 53 05 19 19.
>> athenee-theatre.com

Jean Grapin
Lundi 24 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019