La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Azor" est un trésor, léger comme une plume, cahotique et frénétique comme la vie

"Azor", Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Paris

Quand un commissaire de police d'Auteuil, un gars de la Rousse, reçoit le surnom d'un toutou à sa mémère, Azor, quand il est poursuivi des assiduités des unes et des autres, quand il se rêve en cador (qu'adorent les femmes), se découvre enjôleur plutôt qu'engeôleur, rimeur et frimeur…



© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Quand une fille de ministre a une âme de gigolette, quand les gens de la Haute fricotent avec les marlous, quand tout est sens dessus-dessous, sans dessus et sans dessous, quand le magicien de music-hall brille dans le fric-frac, quand tout est pourri, quand malgré tout, Amour rime avec Toujours et Désir avec Plaisir, alors il faut faire comme dans "Azor", dans cette comédie des erreurs où toutes les apparences sont trompeuses sauf pour le public. Il faut Aimer, Vivre, Rire, Danser et Chanter. Même si c'est sur un volcan, ce que tout le monde comprend.

Stéphane Druet met en scène "Azor". Cette œuvre oubliée des années trente créée par un sextuor aux talents conjugués immenses. Pour le livret Albert Willemetz, Max Eddy, Raoul Praxy. Pour la musique Gaston Gabaroche, Pierre Chagnon, Fred Pearly. À eux six, des milliers de rengaines dans la tête. Azor est un trésor caché au fond du jardin secret de chacun.

Et l'on ne peut discerner qui, du livret, du jeu, de la musique ou de la danse, entraine l'autre. Tant les pratiques de la scène se fondent et s'épaulent.

© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Le livret déroule un catalogue de sous-entendus, de métaphores, de quiproquos, d'imbroglios. Allant du graveleux au précieux, il avance dans le son et le rythme du vaudeville, du caf'conc', du music-hall, de l'opérette. Tout cela swingue, tout cela chaloupe. Autant de clins d’œil. Les lyrics produisent les effets de la scène et réciproquement.

Stéphane Druet a la bonne idée de déplacer la société interlope des années trente dans celle des années psychédéliques, plus proches de la mémoire collective. Ce qui évite une reconstitution hasardeuse (les allusions au monde environnant ayant quelque peu changé depuis quatre-vingts ans). Mais cet angle offre une liberté de ton et de traitement, un tissu de références partagées.

Les arrangements d'Emmanuel Bex, sur la base d'un orgue électronique, d'une guitare et d'une batterie, offrent un voyage musical qui, mine de rien, dans l'énergie et la finesse, croise les demoiselles de Rochefort ou Janis Joplin. Les chorégraphies vont des girls à Michael Jackson en passant par le balloche ou la biguine…

© Nicolas Spanoudis.
© Nicolas Spanoudis.
Dans ce festival de citations, le spectateur assiste à une comédie musicale aboutie, modèle. Les chansons, les duos, les solos apparaissent dans la solidité et la beauté de leur composition initiale. Les comédiens chanteurs, appuyant les caractères, offrent des moments d'âme à chaque personnage. Les enchainements sont tenus, maitrisés, précis et virtuoses.

Cette présentation est respectueuse de l'œuvre. Elle constitue une véritable transposition et accompagne la liberté et la créativité de l'original de Willemetz, Gabaroche et leurs confrères.

Le spectateur éprouve la gaité qui lui est communiquée par tous les angles d'un plateau devenu virevoltant. Assurément "Azor" est un Trésor. Léger comme une plume, chaotique et frénétique comme la vie, fêlé comme une trompette de la renommée. Tatata taaa tataâ.

"Azor"

© Matthias Plantard.
© Matthias Plantard.
Opérette en trois actes.
À la création, 16 septembre 1932.
Musique : Gaston Gabaroche.
Airs additionnels : Pierre Chagnon, Fred Pearly.
Livret : Raoul Praxy.
Lyrics : Albert Willemetz, Max Eddy.

Aujourd'hui.
Mise en scène : Stéphan Druet.
Direction musicale et arrangements : Emmanuel Bex.
Conception : Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud, Pierre Méchanick.
Avec : Julien Alluguette, Gilles Bugeaud, Fanny Fourquez, Pauline Gardel, Quentin Gibelin, Emmanuelle Goizé, Estelle Kaïque, Pierre Méchanick.
Guitare : Antonin Fresson.
Batterie : Tristan Bex.
Orgue Hammond : Emmanuel Bex.
Chorégraphie : Alma de Villalobos.
Lumière : Christelle Toussine.
Scénographie : Emmanuelle Goizé.
Costumes : Denis Evrard.
Cie Quand On Est Trois.

Du 20 décembre 2018 au 13 janvier 2019.
Du mercredi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h, mardi 8 janvier à 19 h.
Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Grande Salle, Paris 9e, 01 53 05 19 19.
>> athenee-theatre.com

Jean Grapin
Lundi 24 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021