La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

Avignon Off 2021 aura lieu… mais dans quelles conditions ?

Mardi, l'association Avignon Festival & Compagnies (AF&C) - représentée par son président Sébastien Benedetto et son directeur délégué, Nikson Pitaqaj, entre autres - présentait lors d'une première conférence de presse les contours de ce que pourrait être le festival Off avignonnais qui se déroulera du 7 au 31 juillet 2021.



Arrière-plan : Le 11 • Avignon, l'un des lieux emblématiques du Off, une soirée en 2018 © Le 11 • Avignon. Affiche © AF&C.
Arrière-plan : Le 11 • Avignon, l'un des lieux emblématiques du Off, une soirée en 2018 © Le 11 • Avignon. Affiche © AF&C.
Annonce - officiel ! - espérée, attendue… oui… le Off 2021 aura bien lieu ! Si, en réalité, cette affirmation n'est pas un scoop, il s'agissait surtout pour l'association AF&C de rassurer, autant que faire se peut, les compagnies ayant pris la décision d'y participer et les théâtres prenant le risque - ou pas - de les accueillir ; et leur donner une meilleure visibilité concernant les contraintes qui seront appliquées en juillet, notamment pour ce qui touchera aux jauges des salles - quel pourcentage ? -, aux mesures sanitaires et restrictions de circulations obligatoires, celles-ci pouvant avoir un impact sur la convivialité et l'aspect festif d'un festival singulier tel que le Off d'Avignon.

Au-delà de la publication du calendrier du "déconfinement" par le gouvernement, les professionnels(les) et les artistes attendent également des réponses concrètes d'AF&C pour tout ce qui touche à l'organisation et à la philosophie du festival, cela allant des mesures d’accompagnement pour les compagnies et les théâtres… aux nouvelles - ou pas - modalités de communication, affichage, tractage, etc.

© AF&C.
© AF&C.
"Aujourd'hui, avec les éléments que nous avons, nous pouvons nous projeter et dire qu'il y aura un Off 2021. Suite aux récentes annonces du président de la République, mais aussi en tenant compte des nombreuses réunions que nous avons eues ces derniers mois avec les collectivités territoriales et la préfecture, se sont dessinés petit à petit un protocole sanitaire et un accompagnement qui devraient permettre aux théâtres de s'organiser. Bien sûr, tout n'est pas parfait… et pour les salles, les structures, les compagnies pour lesquelles ce n'est pas encore fait, nous les accompagnerons pour rendre possible leur participation. À noter que nous avons repoussé l'inscription au programme papier jusqu'au 17 mai", indique en préambule Sébastien Benedetto, président de l’AF&C.

Inscription au programme papier possible jusqu'au 17 mai.

Mais la mise en œuvre des gestes barrières et surtout de la distanciation sociale ne va pas être facile tant les infos données par Emmanuel Macron ne sont pas claires pour l'instant, notamment concernant les jauges "autorisées" dans les espaces clos. Sur ce point, Sébastien Benedetto se base sur une hypothèse a minima d'un taux de remplissage allant de 60 à 70 %… même s'il est annoncé pour le 30 juin à la fois la levée des limites de jauge, "selon la situation sanitaire locale", dans les établissements recevant du public et le maintien de la distanciation sociale (!).

Côté programmation, ce sont les créneaux horaires qui soulevaient de nombreux débats entre les professionnels, les différentes parties concernées, avec la question récurrente de savoir combien de spectacles accueillir dans une même salle sans réduire le temps nécessaire à la désinfection et à l'aération obligatoire des lieux. Sur décision concertée du préfet, de la DRAC et du ministère de la Culture, il a été retenu une durée minimale de 40 à 45 minutes de battement entre chaque représentation.

Parallèlement, en accompagnement de ces mesures qui vont forcément avoir une influence sur l'économie du festival et aussi pour apporter une aide aux compagnies encore en souffrance, le ministère de la Culture s’est engagé à soutenir financièrement les équipes artistiques présentes à Avignon en créant une aide sur l'emploi qui pourrait se concrétiser par une augmentation du Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (FONPEPS). Et les lieux avignonnais - quelles que soient leur forme juridique, leur capacité, etc. - pourraient obtenir, dans le cas de difficultés financières du fait d'une baisse du nombre de spectacles programmés, un "accompagnement au déficit". Malheureusement, ces dispositifs ne sont pas encore clairement définis, ni définitivement actés, et on ne sait pas quelles seront les modalités et démarches d'obtention.

Côté chiffres, ils sont pour l'instant provisoires et non représentatifs de ce que pourra être la réalité. Donc, à simple titre indicatif, à la date du 4 mai :
- 586 compagnies inscrites,
- 108 lieux participants contre 129 en 2019,
- 345 accréditations professionnelles dont 76 "presse" (sachant que l'ouverture de celles-ci s'est faite beaucoup plus tard et que leur clôture est fixée au 2 juillet).

Si on extrapole sur la base des moyennes des années précédentes à dates équivalentes et en prenant en compte les restrictions imposées par la crise sanitaire, le chiffre final devrait être autour de 1 000 spectacles à plus ou moins 100… Mais cela sous toute réserve…

Deuxième partie à suivre…

Gil Chauveau
Vendredi 7 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Le Souffleur" Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
09/12/2021
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques, musicales et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
23/12/2021
Spectacle à la Une

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
21/12/2021