La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Aux poings… Talent et talons au point !

Le sport dans le théâtre est encore rarement traité. Dans "Aux poings", Alix Andréani et Julie Duval utilisent leur passion commune, le Muay Thaï, pour porter un regard d'introspection, sous couvert d'humour, sur une jeunesse parfois en manque de rêves et d'ambition. Véritable manifeste de combat sur soi, elles revendiquent une parole féministe d'espoir.



© DR.
© DR.
Des spectacles autour du sport, il y en a peu. Pourtant, il est devenu un élément d'épanouissement personnel et social grâce à Coubertin (1863-1937) et, depuis plusieurs années, un objet trop souvent politique. C'est dans le cadre de l'atteinte d'un dépassement de soi que se pose la création de la compagnie Flamant noir. Une création originale qui se joue dans un endroit qui l'est tout autant.

Nous sommes dans les vestiaires et cela démarre par une discussion entre deux copines boxeuses. Elles saluent, avec humour, les spectateurs par des "Monsieur" et des "Madame", marquant une distance entre la scène et le spectateur pour le faire entrer dans l'univers du sport et de ses coulisses. Celles-ci sont un élément important car elles instaurent rapidement un rapport intime avec le public. Selon les tableaux, le spectateur est appréhendé dans son individualité, dans un cadre générique qui est celui d'un auditoire et dans la confidence.

La pièce a une portée particulièrement féministe. Les comédiennes et metteures en scène Alix Andréani et Julie Duval avaient comme idée de base "les filles du sud, la jeunesse populaire, les cagoles, ces jeunes filles qui parlent haut et fort" pour ensuite "s'intéresser à toutes les femmes" avec aussi un "questionnement sur leurs rêves" ou de leur incapacité à rêver autrement que par "le fait d'avoir une famille, des enfants, un mari, une maison" sans avoir "l'envie de partir, de s'accomplir, de se réaliser (…) avec l'ignorance de ses propres capacités, des choses que l'on peut accomplir". Ce sont sur ces axes principaux que la création a été montée au travers d'une recherche de figures féminines marquantes qui ont mené des combats dans leur vie.

© DR.
© DR.
L'effet de la scène a poussé le bouchon plus loin en utilisant aussi le Muay Thaï comme cadre dramaturgique. Les tableaux mettent en situation aussi bien les protagonistes que leur rapport aux mots, à la langue, faisant de celle-ci un élément plastique, modulable s'étirant du parler de rue aux envolées littéraires. Le ton a aussi différentes couleurs comme ceux de la confidence, de la combativité, de l'humour et du trop-sérieux-phagocyté-par-les-codes-de-la-société.

Plusieurs figures apparaissent dont celles de Marjolaine (Julie Duval), personnage attachant et agressif, et Éva (Alix Andréani), plus sereine et calme dans le propos et l'attitude. La figure sociale, "institutionnelle", est représentée par une conseillère d'orientation (Alix Andréani). Distante, guindée avec sa coiffure en chignon étirée vers le haut, en forme de tente, elle est aussi celle avec qui les premiers rapports ne sont pas aisés et qui permettent à Marjolaine de comprendre son décalage avec les codes de la société.

Il y a aussi une volonté de "casser les codes" autour de l'identité sexuelle de la boxe. Dans certaines scènes, les talons aiguilles, dans le cadre de cette création, sont utilisés avec les gants de boxe. Ce n'est pas un manifeste sportif féminin car nos artistes montrent que le sport, de combat entre autres, est aussi féminin. Il n'est pas exclusivement masculin. Le Muay Thaï, avec ses coups de poing, de coude, de pied, de genou, a son côté animus. Avec sa danse rituelle, le Wai Khru Ram Muay effectuée avant chaque combat et qu'Éva exécute, il a son côté anima.

Le spectacle est découpé en cinq parties. La première se joue aux vestiaires dans une discussion d'égal à égal. La deuxième est autour du sac à frappes (punching-ball) en combat avec soi-même et faisant le lien avec un autre hypothétique. La troisième est la partie esseulée, confidente dans une introspection nourrie par le vécu et les émotions de Marjolaine. La quatrième est la rencontre avec la société et ses codes autour de la figure de la conseillère d'orientation.

La cinquième enfin est la rencontre avec une autre personne, différente, sur qui, au final, une confiance peut être donnée. Sur ces cinq phases, différents protagonistes se rencontrent, se croisent, s'appuient ou se détournent. C'est dans ce cheminement existentiel que Marjolaine se découvre femme avec toutes ses potentialités, sans a priori, sans le regard de l'autre, sans ses rêves tués ou mis en hibernation dans le bas-côté. La partie moins intime et plus extérieure est jouée par Alix Andréani dans les différents personnages qu'elle incarne.

La trame dramaturgique est un positionnement social et d'identité grâce au Muy Thaï où le combat est avant tout contre soi-même, contre un punching-ball et face à un alter ego. Au final, les deux protagonistes se tombent dans les bras l'une de l'autre comme une victoire contre soi-même, ses peurs et ses inhibitions. Il y a aussi quelques jolis moments où la tendresse revendique son pré carré avec un regard perdu de Marjolaine.

Pièce intéressante à plus d'un titre qui décline, avec humour, une revendication politique et sociale d'un sport, le Muay Thaï, qui devrait faire de nouvelles (et de nouveaux !) émules.

"Aux poings"

© DR.
© DR.
Création d'Alix Andréani et Julie Duval.
Mise en scène : Alix Andréani et Julie Duval.
Conseil Artistique : Bruno Blairet.
Avec : Alix Andréani et Julie Duval.
Durée : 1 h.
Par la Compagnie du Flamant noir.

Du 8 au 25 octobre 2019.
Du mercredi au samedi à 20 h.
Le 100 ECS (Établissement Culturel Solidaire), Paris 12e, 01 46 28 80 94.
>> 100ecs.fr

Safidin Alouache
Vendredi 18 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020