La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Au Monde" dans le Purgatoire de la folie

Création française du dernier opéra de Philippe Boesmans, "Au Monde", sur un livret du dramaturge Joël Pommerat à l'Opéra Comique - que la maison de Jérôme Deschamps a coproduit avec le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Avec une distribution presque identique à celle de la création mondiale en Belgique en 2014, c'est l'opéra qu'il faut absolument voir en ce moment à Paris.



© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Le livret, réécrit par Joël Pommerat à partir de sa pièce "Au Monde", met en scène des personnages qui appartiennent à ces grandes familles de l'acier qui ont donné plusieurs patrons au CNPF, ancêtre du Medef. Ils sont puissants, monstrueux mais gardant leur part d'énigme. Ils évoluent comme des fantômes dans leur immense hôtel particulier qui tient du caveau familial et du palais antique rempli de ténèbres après dix ans de guerre de Troie. Vingt tableaux plutôt brefs se succèdent liés par un fondu au noir magique grâce au magnifique travail aux décors et aux lumières d'Éric Soyer dans une mise en scène de Pommerat lui-même.

Les membres de cette famille de magnats du fer évoluent d'une pièce à l'autre alors qu'ils s'apprêtent à fêter le retour du fils prodigue Ori à l'occasion de l'anniversaire de la dernière de ses trois sœurs. Les perspectives changent d'une scène à l'autre entre lumière raréfiée et ténèbres mouvantes, au fur et à mesure que les rapports familiaux se précisent en un théâtre visuellement fulgurant. La tragédie advient à partir de ses deux nœuds vipérins habituels : l'hubris de ceux à qui la puissance échappe déjà et la famille, vrai purgatoire de la folie.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
On pense irrésistiblement aux "Damnés" de Luchino Visconti avec ce crépuscule d'une dynastie rongée par sa propre corruption et ses aspirations contradictoires, mais "Au Monde" est bien une œuvre d'aujourd'hui. De celles qui nous hantent sitôt qu'on a quitté le théâtre parce qu'elles nous parlent de nous, de notre monde et de l'universelle forme de notre (in)humanité. Un père terrible - grandiose Frode Olsen - en passe de perdre la main et la tête organise avec son fils aîné la passation de ses pouvoirs quand son beau-fils réussit son OPA sur le consortium et la famille, personnage superbement défendu par le ténor Yann Beuron, l'inquiétant mari de la fille aînée. Cette dernière - la mezzo mystérieuse et élégante Charlotte Hellekant - est perpétuellement enceinte, on ne sait trop de qui – sans doute du monstre à venir. Serait-ce le cadet Ori, peut-être meurtrier et bientôt aveugle pressenti pour succéder à son père, ou un enfant issu de l'inceste ?

Ces nouveaux Labdacides réunis autour d'un éternel Œdipe sont plongés dans un cauchemar où l'argent, le pouvoir sur des milliers de gens, les aspirations en déliquescence et l'inceste tapi dans les non-dits forment des noces monstrueuses et se matérialisent dans les apparitions d'une "femme étrangère" - tel l'ange de "Théorème" - qu'a imposée le beau-fils. La mise en scène admirable avec ses espaces vastes mais murés, ses ombres portées et ses rares ouvertures vers l'extérieur parvient à donner aux spectateurs une impression d'étouffement sans jamais renoncer à une vision grandiose.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Parmi les sœurs, il y a la présentatrice de télévision - média omniprésent pour les personnages comme un mensonge perpétuel - et c'est l'excellente Patricia Petibon qui éclaire de sa flamme cet enfer jusqu'à son effondrement final. Notons aussi la prise de rôle du baryton-basse Philippe Sly dans le rôle d'Ori (ou Oreste ?) dont le charisme vocal n'a d'égal que le talent dans le jeu, cette façon de s'absenter "Au Monde".

Enfin, si l'opéra parvient à nous enchaîner dans sa fascinante leçon de ténèbres, c'est aussi grâce à la musique du compositeur belge Philippe Boesmans. Avec un instrumentarium moderne (dont les percussions, les timbales, les claviers et l'accordéon) en renfort des pupitres habituels, le Philharmonique de Radio-France dirigé par le chef Patrick Davin (déjà à la baguette à la Monnaie en 2014) rend justice à une orchestration riche de couleurs chatoyantes et de timbres qui s'inscrit dans le lointain héritage d'un Richard Strauss mais aussi dans une écriture tonale plus contemporaine. Avec le livret de Pommerat, l'invention de l'écriture vocale à partir de la délicate prosodie française évoque aussi un Debussy. Poésie particulière qui nous emmène loin aux rivages de la folie, aux bords du "Monde".

Spectacle vu le 20 février 2015.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Prochaines représentations :
22 février à 15 h, les 24, 26 et 27 février 2015 à 20 h.
Opéra Comique, 0825 01 01 23.
Place Boieldieu 75002.
>> opera-comique.com

"Au Monde" (2014).
Musique : Philippe Boesmans.
Livret : Joël Pommerat.
Durée : 2 h sans entracte.

Patrick Davin, direction musicale.
Joël Pommerat, mise en scène.
Éric Soyer, décors et lumières.
Isabelle Deffin, costumes.
Christian Longchamp, dramaturgie.
Frédéric Calendreau, chef de chant.

Frode Olsen, Le père.
Werner Van Mechelsen, Le fils aîné.
Philippe Sly, Ori.
Charlotte Hellekant, La fille aînée.
Patricia Petibon, La seconde fille.
Fflur Wyn, La plus jeune fille.
Yann Beuron, Le mari de la fille aînée.
Ruth Olaizola, La femme étrangère.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.

Ce spectacle sera diffusé sur France Musique le 14 mars 2015 à 19 h dans "Samedi soir à l'opéra", présenté par Judith Chaine.
Puis disponible à la réécoute pendant un mois sur francemusique.fr

Christine Ducq
Lundi 23 Février 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022