La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Au Monde" dans le Purgatoire de la folie

Création française du dernier opéra de Philippe Boesmans, "Au Monde", sur un livret du dramaturge Joël Pommerat à l'Opéra Comique - que la maison de Jérôme Deschamps a coproduit avec le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Avec une distribution presque identique à celle de la création mondiale en Belgique en 2014, c'est l'opéra qu'il faut absolument voir en ce moment à Paris.



© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Le livret, réécrit par Joël Pommerat à partir de sa pièce "Au Monde", met en scène des personnages qui appartiennent à ces grandes familles de l'acier qui ont donné plusieurs patrons au CNPF, ancêtre du Medef. Ils sont puissants, monstrueux mais gardant leur part d'énigme. Ils évoluent comme des fantômes dans leur immense hôtel particulier qui tient du caveau familial et du palais antique rempli de ténèbres après dix ans de guerre de Troie. Vingt tableaux plutôt brefs se succèdent liés par un fondu au noir magique grâce au magnifique travail aux décors et aux lumières d'Éric Soyer dans une mise en scène de Pommerat lui-même.

Les membres de cette famille de magnats du fer évoluent d'une pièce à l'autre alors qu'ils s'apprêtent à fêter le retour du fils prodigue Ori à l'occasion de l'anniversaire de la dernière de ses trois sœurs. Les perspectives changent d'une scène à l'autre entre lumière raréfiée et ténèbres mouvantes, au fur et à mesure que les rapports familiaux se précisent en un théâtre visuellement fulgurant. La tragédie advient à partir de ses deux nœuds vipérins habituels : l'hubris de ceux à qui la puissance échappe déjà et la famille, vrai purgatoire de la folie.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
On pense irrésistiblement aux "Damnés" de Luchino Visconti avec ce crépuscule d'une dynastie rongée par sa propre corruption et ses aspirations contradictoires, mais "Au Monde" est bien une œuvre d'aujourd'hui. De celles qui nous hantent sitôt qu'on a quitté le théâtre parce qu'elles nous parlent de nous, de notre monde et de l'universelle forme de notre (in)humanité. Un père terrible - grandiose Frode Olsen - en passe de perdre la main et la tête organise avec son fils aîné la passation de ses pouvoirs quand son beau-fils réussit son OPA sur le consortium et la famille, personnage superbement défendu par le ténor Yann Beuron, l'inquiétant mari de la fille aînée. Cette dernière - la mezzo mystérieuse et élégante Charlotte Hellekant - est perpétuellement enceinte, on ne sait trop de qui – sans doute du monstre à venir. Serait-ce le cadet Ori, peut-être meurtrier et bientôt aveugle pressenti pour succéder à son père, ou un enfant issu de l'inceste ?

Ces nouveaux Labdacides réunis autour d'un éternel Œdipe sont plongés dans un cauchemar où l'argent, le pouvoir sur des milliers de gens, les aspirations en déliquescence et l'inceste tapi dans les non-dits forment des noces monstrueuses et se matérialisent dans les apparitions d'une "femme étrangère" - tel l'ange de "Théorème" - qu'a imposée le beau-fils. La mise en scène admirable avec ses espaces vastes mais murés, ses ombres portées et ses rares ouvertures vers l'extérieur parvient à donner aux spectateurs une impression d'étouffement sans jamais renoncer à une vision grandiose.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Parmi les sœurs, il y a la présentatrice de télévision - média omniprésent pour les personnages comme un mensonge perpétuel - et c'est l'excellente Patricia Petibon qui éclaire de sa flamme cet enfer jusqu'à son effondrement final. Notons aussi la prise de rôle du baryton-basse Philippe Sly dans le rôle d'Ori (ou Oreste ?) dont le charisme vocal n'a d'égal que le talent dans le jeu, cette façon de s'absenter "Au Monde".

Enfin, si l'opéra parvient à nous enchaîner dans sa fascinante leçon de ténèbres, c'est aussi grâce à la musique du compositeur belge Philippe Boesmans. Avec un instrumentarium moderne (dont les percussions, les timbales, les claviers et l'accordéon) en renfort des pupitres habituels, le Philharmonique de Radio-France dirigé par le chef Patrick Davin (déjà à la baguette à la Monnaie en 2014) rend justice à une orchestration riche de couleurs chatoyantes et de timbres qui s'inscrit dans le lointain héritage d'un Richard Strauss mais aussi dans une écriture tonale plus contemporaine. Avec le livret de Pommerat, l'invention de l'écriture vocale à partir de la délicate prosodie française évoque aussi un Debussy. Poésie particulière qui nous emmène loin aux rivages de la folie, aux bords du "Monde".

Spectacle vu le 20 février 2015.

© E. Carecchio.
© E. Carecchio.
Prochaines représentations :
22 février à 15 h, les 24, 26 et 27 février 2015 à 20 h.
Opéra Comique, 0825 01 01 23.
Place Boieldieu 75002.
>> opera-comique.com

"Au Monde" (2014).
Musique : Philippe Boesmans.
Livret : Joël Pommerat.
Durée : 2 h sans entracte.

Patrick Davin, direction musicale.
Joël Pommerat, mise en scène.
Éric Soyer, décors et lumières.
Isabelle Deffin, costumes.
Christian Longchamp, dramaturgie.
Frédéric Calendreau, chef de chant.

Frode Olsen, Le père.
Werner Van Mechelsen, Le fils aîné.
Philippe Sly, Ori.
Charlotte Hellekant, La fille aînée.
Patricia Petibon, La seconde fille.
Fflur Wyn, La plus jeune fille.
Yann Beuron, Le mari de la fille aînée.
Ruth Olaizola, La femme étrangère.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.

Ce spectacle sera diffusé sur France Musique le 14 mars 2015 à 19 h dans "Samedi soir à l'opéra", présenté par Judith Chaine.
Puis disponible à la réécoute pendant un mois sur francemusique.fr

Christine Ducq
Lundi 23 Février 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021