La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Attention ! Artistes distillateurs de chansons vivantes aux saveurs poétiques et pétillantes

"Lili Cros et Thierry Chazelle fêtent leurs dix ans", Olympia, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, vont fêter les dix ans de leur duo de music-hall, caractérisé par une poétique, charmeuse et vivifiante fraîcheur.



© Éric Vernazobres.
© Éric Vernazobres.
Pour cette soirée unique à l'Olympia, plus de soixante d'invités sont attendus, mêlant ainsi musique, chant, émotion et humour dans une mise en scène inédite. Pour prendre part à ce moment exceptionnel, tous les artistes qui ont croisé la route de nos deux inséparables depuis 10 ans, revisiteront les chansons les plus connues de Lili et Thierry… mais également des titres originaux. Parmi ces rencontres exceptionnelles, le clown Vulcano, le siffleur Fred Radix, le duo d'interprètes Bonbon Vodou, l'harmoniciste virtuose Diabolo, un violoncelliste surdoué, une chorale chevronnée, etc.

Il y a un an, nous avions découvert leur nouveau spectacle "Peau neuve" au Ciné XIII Théâtre, devenu depuis le Théâtre Lepic… Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

© Stella K.
© Stella K.
C'est tout à fait remarquable, notamment avec une petite comptine enfantine à la pointe d'humour acide en forme d'avertissements aux parents… "Les petits ça pousse"… Eh oui, "ça pousse tellement qu'à la fin t'es plus qu'un p'tit père ou une petite mère".

Cela donne à l'ensemble du spectacle une incroyable dynamique, une réelle fraîcheur et une ambiance souriante, joyeusement impertinente, et d'une insolente jeunesse. Les influences musicales jouent la transversalité et puisent sans vergogne mais de manière jouissive dans la country, le rock, le blues, le folk, le flamenco, etc., ce qui n'est pas sans rappeler avec bonheur une façon de jouer et de chanter (chaleureuse et communicative) développée par nos amis québécois, cette dernière étant souvent flagrante vocalement chez Lili ; qui pratique également la podorythmie (ou le foot tapping)*.

Sur le plateau, pas de décor, pour une sobriété allant à l'épure. Seules deux planches posées au sol pour le foot tapping et une création lumière audacieuse et élégante, créant les univers adaptés à chacune des chansons, que ce soit des balades ou des compositions puissantes agrémentées de riffs rock très efficaces.

© Stella K.
© Stella K.
Sur cette base, le spectacle se construit avec originalité sur les échanges, parfois vifs et humoristiques, parfois complices et riches de la faconde du conteur, des deux artistes dont l'intelligente entente (et intimité) réjouit le spectateur.

Ainsi quelques intermèdes et petits numéros ponctuent le concert comme une version épicée de l'histoire des Trois Baudets - ou comment le sex-shop Érotika est redevenu la célèbre salle de spectacle créée originellement par Jacques Canetti -, un délicieux dévergondage en mode bon-enfant, ou le solo de Lili façon trompette ou encore une prestation de choriste "allumée" aux érotiques vocalises…

"Peau neuve" est le résultat de la parfaite union de deux artistes aux talents multiples, tout deux auteurs compositeurs interprètes et musiciens hors pair, Thierry Chazelle virtuose de la mandoline et de la guitare, Lili Cros à la basse. Le tout agrémenté d'une exceptionnelle pratique de percussions effectuées sur le corps ou au pied. En résumé, un spectacle-concert jouissif, remède anti-dépressif, qui rend le spectateur heureux et rechargé à l'énergie festive, qui ressort radieux et épanoui.

* Podorythmie : mot inventé par Alain Lamontagne, musicien conteur québécois, reconnu comme en étant le spécialiste.

"Lili Cros et Thierry Chazelle fêtent leurs dix ans"

© Stella K.
© Stella K.
De et avec : Lili Cros et Thierry Chazelle.
Paroles et musiques : Lili Cros et Thierry Chazelle.

Samedi 18 mai 2019 à 20 h.
Olympia, Paris 9e.
Réservations sur le site de la salle

Tournée

© Stella K.
© Stella K.
18 juin 2019 : Espace Culturel Capellia (pour la présentation de saison), La Chapelle-sur-Erdre (44).
25 janvier 2020 : Centre Culturel Le Sémaphore, Trébeurden (22).
31 janvier 2020 : Espace Culturel Capellia, La Chapelle-sur-Erdre (44).


Gil Chauveau
Samedi 27 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Le Souffleur" Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
09/12/2021
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques, musicales et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
23/12/2021
Spectacle à la Une

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
21/12/2021