La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Arrête avec tes mensonges" Barbezieux c'est fini, et dire que c'était la ville de mon premier amour…

Quand, citant Marguerite Duras – citant elle-même la chanson à succès d'Hervé Vilard "Capri c'est fini" –, l'acteur jouant P.B. adolescent chantera la détresse d'être quitté par son jeune amant, on se dit que certaines amours marquent à la vie, à la mort… Adaptant au plateau le roman éponyme de Philippe Besson mettant au jour sa propre histoire, Angélique Clairand et Éric Massé offrent une immersion polyphonique entremêlant les époques, les jeux dialogués, la "voix du dedans" en surimpression, et convoquant musiques et chants d'époque.



© Blandine Soulage.
© Blandine Soulage.
"Loin, très loin de Barbezieux, de sa langueur, de ses ciels plombés, de son horizon bouché", tel est le vœu secret nourri par le jeune Philippe vivant l'enfermement dans une bourgade charentaise des années quatre-vingt ; une époque et un lieu peu enclins à admettre que deux garçons puissent "naturellement" s'aimer… Pour porter jusqu'à nous cette histoire à la fois intime et exemplaire, les metteurs en scène distribuent les rôles entre un acteur, jouant Thomas l'amant "disparu" et son fils Lucas qui lui ressemble à s'y tromper, et deux autres comédiens interprétant le romancier aux âges de dix-sept et quarante ans accomplis.

La distribution des deux amants en trois interprètes "prend corps" dans un décor alternant lui-même différents lieux abritant leurs amours clandestines. En fond de scène, des vidéos de la campagne charentaise – avec, pour seul horizon d'attente, le vent qui l'anime – et en contrepoint des gros plans de l'amant souriant, complètent le dispositif immersif. À la fois récit éclaté d'un passé à recomposer pièce par pièce et éclairage philosophique de la question du "mauvais genre" abhorré par l'idéologie conservatrice veillant au grain d'une morale marquée au sceau de Sainte Mère l'Église, le jeu à multifacettes se déroule sans que l'énergie vitale qui le traverse de part en part ne vienne à faiblir.

© Blandine Soulage.
© Blandine Soulage.
L'interview liminaire du faux Philippe Besson par une fausse journaliste crée d'emblée un effet de réalité nous introduisant de plain-pied dans l'autofiction réelle du projet d'écriture d'une vie à dévoiler… Ainsi, à la question "Comment avez-vous découvert la littérature ?", le romancier répondra par des anecdotes personnelles mettant en scène le rôle endossé de l'élève exemplaire, fils d'un instituteur défenseur des valeurs morales et de l'ordre institué. Agi par les vœux d'un père insensible à l'orientation sexuelle de son fils, il a dû ruser avec la littérature élue comme viatique pour s'échapper d'une existence mortifère.

Ainsi, de la déliaison avec son jeune amant, est né le désir impérieux de rompre les amarres avec sa servitude dont le nom se confond à tout jamais avec celui d'une ville à fuir… Barbezieux, morne plaine et prison à l'air libre… Comme a pu l'être le parcours en école de commerce où "être de gauche était comme être atteint de la petite vérole chez le clergé"… Décidément jamais à sa place, seules l'Amérique et l'Europe libertaires pouvaient accueillir "sa différence" vécue comme motif de persécution. L'impérieux besoin de cacher son homosexualité ira se lover jusqu'en littérature où ce sont ses personnages qui disent de leur auteur ce que lui ne s'autorisait pas à dévoiler (cf. "Son frère", "Un garçon d'Italie", etc.).

Construit comme un oratorio païen, on suivra les personnages dialoguant passionnément, la voix intérieure de Philippe adulte servant de caisse de résonance à la découverte de l'homosexualité et des émotions bouleversantes l'accompagnant. Ainsi l'histoire personnelle de ce binoclard de dix-sept ans, tête à claques de premier de la classe, tombant sous le charme d'un jeune rebelle, fils de paysan, va prendre corps mettant en abyme la question essentielle d'être homosexuel dans une société marquée par l'héritage des pères de l'Église, des pères tout court…

© Blandine Soulage.
© Blandine Soulage.
Nous revient la réflexion de l'écrivain gay Jean-Louis Bory, pionnier dans les années soixante-dix du combat contre les tabous frappant les homosexuels et qui, dans "Ma moitié d'orange", reconnaissait volontiers qu'il était plus facile d'être homo dans la communauté branchée de l'élite parisienne, pour laquelle c'était même "une carte de visite", que dans un atelier des usines Renault ou au fin fond de la campagne.

Pour visualiser cette détestation du lieu où s'est noué, puis dénoué, cette rencontre capitale qui l'a révélé homme homo, un long travelling filmant des rails égrenant entre leurs traverses le nom des villes refuges (Rome, Londres, Barcelone, Lisbonne, Amsterdam et, sur d'autres continents, Johannesburg, Buenos Aires, Los Angeles…) est projeté en fond de scène, mettant en lumière les milliers de kilomètres parcourus "en tous sens" pour oublier l'amant perdu.

Avoir dix-sept ans dans les années sida… Et ne savoir rien des absences soudaines qui décimeront leur communauté… Car lui, Philippe adolescent, le drame qu'il vit alors dans sa chair, c'est la séparation… "Il est parti comme si rien n'avait existé"… Philippe, son aîné de trente ans, se saisit du micro pour dire la morsure du manque, la démence qui le gagnait à l'idée de la perte de soi au travers de l'absence de l'autre, l'aimé absent peuplant tout l'espace mental. Et quand les mots pour le dire viennent à leur tour à lui manquer, la mélopée de la chanteuse prendra le relai.

© Blandine Soulage.
© Blandine Soulage.
Venant trouer le drame vécu, des moments de grâce humoristique entre les deux Philippe… L'adulte se moquant gentiment de lui ado, affichant crânement le poster de Jean-Jacques Goldman pour draguer au lieu d'avoir choisi "Capri c'est fini", encensé par une certaine Marguerite Duras. L'ado rétorquant en imitant la voix suave et la gestuelle à nulle autre pareille de Fanny Ardant dans "La Femme d'à côté" évoquant les paroles de chansons disant la vérité de l'amour : "Ne me quitte pas… Je suis une maison vide sans toi… Laisse-moi devenir l'ombre de ton ombre… Ou encore, sans amour on n'est rien …".

Et puis le calendrier défile, de 1984 on passe à 2007… Date de l'apparition du sosie de Thomas sous les traits de son fils, à Bordeaux où le romancier est venu dédicacer… À travers lui, le fils "par accident" qui a tout compris des amours de son père, le temps retrouvé de l'absent, ses disparitions, abandons, envols, jusqu'à l'ultime disparition… Les lettres remises, dont la dernière datée d'août 84 et jamais envoyée éclaire les raisons d'une rupture…

La mise en jeu créative de ce roman d'apprentissage, fleurant bon la littérature populaire, a de quoi séduire… En effet outre l'intérêt d'exposer sous la lumière des projecteurs la lutte inaccomplie pour la reconnaissance pleine et entière du droit des homosexuels à s'aimer librement, elle rappelle un rôle essentiel du théâtre : donner à voir artistiquement le réel au travers de réalités "fictionnées", "dramatisées", recomposées à l'envi pour les réfléchir comme le ferait un miroir déformant.

Vu le mardi 28 mai 2024, Salle Vauthier du TnBA à Bordeaux.

"Arrête avec tes mensonges"

© Blandine Soulage.
© Blandine Soulage.
D'après le roman de Philippe Besson.
Adaptation et mise en scène : Angélique Clairand et Éric Massé.
Avec : Oscar Bonnet, Raphaël Defour, Étienne Galharague, Anna Walkenhorst.
Avec la participation de, Fabienne Gras.
Et, en alternance, Éric Massé et Angélique Clairand.
Jeu en LSF : Anthony Guyon.
Adaptation en LSF : Géraldine Berger, Anthony Guyon, Isabelle Voizeux.
Régie générale et plateau : Fabienne Gras.
Vidéo : Vincent Boujon.
Lumière : Juliette Romens.
Composition musicale : Bertrand Gaude.
Son : Anna Walkenhorst.
Coach vocale : Myriam Djemour.
Durée : 1 h 25.
Production Théâtre du Point du Jour et la Compagnie des Lumas.

Représenté du mardi 28 mai au vendredi 31 mai 2024 au TnBA de Bordeaux.
Représentation bilingue LSF Anthony Guyon/ Français suivie d'un bord de scène en présence de Philippe Besson traduit en LSF, le jeudi 30 mai.

Yves Kafka
Mercredi 5 Juin 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024