La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Appeler la mémoire pour questionner nos résignations et leurs conséquences

"Femme non-rééducable", Théâtre de L'atelier, Paris

Le 7 octobre 2006, Anna Politkovskaïa rentre des courses et décharge ses sacs de provisions. Elle a l'habitude de les monter en deux fois et a déjà effectué un premier voyage... Elle est découverte morte dans sa cage d'escalier, un pistolet et 4 balles à ses côtés... et le restant de ses courses renversé près d'elle. 4 balles dont une à la tête...



© DR.
© DR.
Un an avant, Vladislav Sourkov, le très puissant secrétaire de Vladimir Poutine, signe une circulaire dans laquelle il établit que les ennemis de l'État se divisent en deux catégories : ceux avec qui on peut raisonner et les autres, nommés "non-rééducables". Anna Politkovskaïa, journaliste ayant couvert - plus de quarante fois sur le terrain - les évènements de Tchétchénie, fut sans conteste classée définitivement dans cette catégorie.

Le texte de Stefano Massini, sous titré "Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa", mis en scène par Arnaud Meunier, est un témoignage sur la vie de cette femme qui ne cessa de relater les exactions des camps russes et tchétchènes par une description objective, concrète, des situations et des actes commis.

Par le choix de moments clés et effrayants - prise d'otages d'enfants à Beslan ou celle des spectateurs au théâtre Doubrovka -, de situations fortes - les "veuves noires" prêtes à se faire exploser en direct à la télévision -, de souvenirs dramatiques, Stefano Massini retrace le parcours d'une journaliste qui fera son métier jusqu'au bout, comme la vingtaine d'autres tués en Russie depuis 2000, année de l'élection de Poutine. Aujourd’hui comme hier, il n'est pas bon d'être journaliste en Russie. Anna Politkovskaïa en a payer le prix... cher et définitif.

© DR.
© DR.
Mais ici, pas de pathos, pas d'affects, des faits, rien que des faits... Pas de mise en scène spectaculaire, pas d'effets vidéos ou numériques à la mode, mais de la sobriété, une forme de pudeur pour dire le travail simple, courageux mais risqué d'une journaliste qui revendique ses convictions - la défense des droits humains - et sa volonté du "faire savoir"... et qui se considérait comme une femme ordinaire : "deux yeux et un stylo" pour informer, éclairer les opinions publiques.

Anne Alvaro, dans le rôle de Politkovskaïa, nous offre une interprétation remarquable de justesse, d'intensité maîtrisée, à la fois pleine de retenue et de crudité descriptive, à la limite du documentaire, mais avec l'énergie nécessaire, savamment dosée, pour nous faire sentir l'odeur âcre de la poudre associée à une sensation imaginée de la moiteur gluante du sang répandu partout par les soldats russes, les milices mais aussi les rebelles. Car, ici - et c'était le point d'honneur d'Anna - pas de prises de position... l'atroce violence des événements s'imposent à nous et ceux-ci contiennent en eux leur propre jugement...

© DR.
© DR.
Régis Royer apporte, avec beaucoup de maestria, un contrepoint équilibré à la stature superbe et quasi totémique d'Anne Alvaro en donnant vie aux personnages masculins ayant fait ou pu faire partie de la vie d'Anna : un jeune militaire, un médecin, le fils d'Anna, un colonel, etc. Et troisième "acteur", le violoniste Régis Huby propose en directe ses compositions musicales, agissant comme un générateur d'univers sonores apaisants ou envoûtants, habillant le récit d'atmosphères imaginaires accentuant ou atténuant les émotions ressenties.

Le décor est dans le même esprit, minimaliste, épuré... Une simple matérialisation d'un no man's land , un entre-deux où se trouve Anna, coincée en Russes et Tchétchènes... Et un tapis de bris de verre comme pour marquer des jours et des jours de vitres soufflées par les explosions.

Par le choix du jeu, plein de retenue, et d'une mise en scène habile et intelligente, Arnaud Meunier permet au théâtre de désamorcer ici la violence des propos, permettant la prise de recul pour faire revivre les évènements, faire revivre Anna Politkovskaïa, pour lui donner la possibilité d'une (re)prise de parole... Faire office de mémorandum pour se souvenir... Et, dans le contexte actuel où la Russie reste au cœur des questions géopolitiques, le texte de Stefano Massini est plus que jamais une invitation à un questionnement collectif sur nos résignations - petites ou grandes - et à leurs conséquences.

"Femme non-rééducable"

Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa.
Texte : Stefano Massini.
Traduction de Pietro Pizzuti.
Mise en scène : Arnaud Meunier.
Assistante à la mise en scène : Charlotte Lagrange.
Avec : Anne Alvaro, Régis Royer et Régis Huby.
Création sonore et musicien : Régis Huby (violon).
Lumière et scénographie : Nicolas Marie.
Costumes : Ouria Dahmani-Khouhli.
Durée : 1 h 30.

Du 13 mars au 28 mai 2014.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h.
Théâtre de L'atelier, Paris 18e, 01 46 06 49 24.
>> theatre-atelier.com

Gil Chauveau
Vendredi 11 Avril 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019