La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Anne (Rouge)manoff, le rouge qui lui convient le mieux… l’amarante…

"Anne [Rouge]manoff !", Théâtre du Palais-Royal, Paris

Dans ce nouveau spectacle, la pétillante femme en rouge revient plus mordante que jamais pour croquer à pleines dents dans l’actualité. Rien n’échappe à son regard acéré : la crise de la dette, les stagiaires, la quête du bonheur, les smartphones, les diktats alimentaires… Elle sait raconter mieux que personne l’égoïsme et la superficialité de notre époque. Pourtant, on ressort de son spectacle le cœur léger car elle parvient avec finesse et humanité, à nous faire sourire de tout ce qui nous angoisse.



© DR.
© DR.
Cette fois, Anne Roumanoff affiche la couleur dans le titre même de son spectacle. "Rouge", ça va être rouge. On connaît son attachement indéfectible à sa couleur fétiche mais, non contente de se parer de vermillon, elle franchit un palier en en fardant ses propos. Christophe a chanté les "Mots bleus", elle, elle balance les "Mots rouges". Pour Rimbaud, le rouge correspond à la voyelle "i". Pourquoi pas. C’est son droit de poète à l’Arthur. Anne se contente d’y mettre les points (les poings ?) sur les "i". Jamais un de ses shows n’a été aussi saignant. Le rouge est mis ! Le doux rouge-gorge s’est fait carnassier, et ça lui va bien.

Il n’y a que pour le début du spectacle qu’elle n’est pas dans le rouge. Elle commence pile à l’heure. Par respect. C’est assez rare pour que ça puisse être relevé…

Pour son entrée en scène, elle a choisi la dérision. Sachant qu’elle n’est pas une sylphide, elle prend néanmoins le risque de se présenter en accomplissant une chorégraphie. Approximative, certes, mais une chorégraphie. Et son sourire pas dupe coupe court à toute velléité de critique. Elle met d’emblée dans sa poche un public déjà complètement acquis à sa cause. Mais encore faut-il pouvoir le garder dans cet état extatique, ce cher public. Et pendant une heure et demie !

© DR.
© DR.
Une fois encore, Anne Roumanoff force l’admiration par sa faculté à se renouveler. Où puise-t-elle ses ressources pour écrite un spectacle intégralement neuf si peu de temps après le précédent, quand on sait toutes ses activités annexes (radio, presse écrite, etc.) ? C’est une formidable bosseuse.

Revêtue d’une petite robe rouge toute simple, déambulant sur un plateau ton sur ton, elle débute son récital - car c’en est un - par du stand-up, une discipline qu’elle a peu abordée auparavant. C’est une sorte de fourre-tout habile dans lequel elle peut passer allègrement du coq à l’Anne, parler aussi bien de politique que de Facebook, de son sang mêlé russo-marocain, de la quête du bonheur aux psys… Devant son irrésistible don de souligner ses propos avec des mimiques ô combien expressives, le public part au quart de tour… Passé ce tour de chauffe, Anne revient à ses fondamentaux, les sketchs. On retrouve avec bonheur la célèbre bouchère, mame Lemontu et son Jean-Claude de mari. Ce qui est bien avec un tel personnage qu’elle peut arroser tous azimuts. Avec son bon sens et sa dent dure, elle parle aussi bien de l’actualité (la Grèce, la crise, l’Europe, Angela Merkel, etc.) que de ses problèmes personnels entre autres avec sa banque. Dans son discours sont distillées ça et là quelques perles absolument savoureuses.

© DR.
© DR.
Le troisième sketch repose sur une idée géniale : un cours de morale dans une petite classe dont les élèves seraient nos hommes et femmes politiques quand ils étaient enfants. C’est une superbe trouvaille, si ingénieuse que je me suis senti frustré qu’elle ne la développe pas un peu plus. C’est une mine… Ensuite, place à l’ado. Elle aussi est un personnage qui revient en fil (évidemment) rouge dans ses différents spectacles. Cette fois, elle soumet à sa mère un exposé qu’elle a dû rédiger toute seule sans avoir accès à Wikipédia sur la guerre 14-18. Transposition caricaturale de ce que pourrait être la vie roumanovienne avec interventions intempestives de la petite sœur. C’est plein d’autodérision mais ça se termine sur un précepte qui donne à méditer : la pensée, la parole et l’action… On n’a à peine le temps de se prendre la tête qu’Anne nous reçoit dans son repaire, Radio Bistro. C’est son évangile cathodique, sa messe dominicale récitée sous le regard bienveillant du Père Michel, moment sacrosaint qui a fait venir vers elle des milliers de fidèles. Un guéridon, un ballon de "rouge" à demi-plein, une diction hésitante mais des vannes qui ne le sont pas, c’est devenu un classique. Elle ne peut plus ne plus y sacrifier. Ce serait un sacrilège… C’est une discussion de bar émaillée de très bons jeux de mots, des brèves de comptoir où tout est passé en revue, de DSK à la prolifération de vieux, du prix de l’essence à la dette…

Radio Bistro, c’est le tube incontournable. Pour en sortir, Anne revient à l’intime pour nous parler sans retenue de son sempiternel combat contre le poids et de ses aventures avec les différents régimes. Derrière l’ironie et les pirouettes, les échappatoires et l’apologie des dodues du XVIIe siècle, on sent malgré tout poindre une certaine souffrance… Très vite, Anne revient à la gaudriole avec l’accent québécois de Marie-Hélène en prime. Coach de bien-être intérieur, la jeune femme nous explique par spectateur-cobaye interposé comment évacuer ses toxines…

© DR.
© DR.
On croit qu’Anne a pris son rythme de croisière, et bien non. La suite nous prouve le contraire. Elle réussit à hausser encore le niveau de sa prestation en enchaînant trois merveilles de sketchs. C’est pour moi le passage le plus fort du spectacle. Rien que pour ces trois moments de grâce, il faut courir au théâtre du Palais-Royal. Je ne les raconterai pas. Il faut les découvrir pour en goûter tout le suc… Le premier est une fable aussi intelligente que drôle, un magnifique exercice de style, une idée magistrale… Le deuxième est une savoureuse manif’ à l’envers d’une finesse redoutable… Et le troisième est une saynète cocasse sur la fonction de stagiaire, efficace et rudement bien écrite…

Après cette parenthèse enchantée, la Roumanoff nous propose le seul sketch qui ne soit pas inédit, une sorte de parodie de "Toute une histoire" avec Sophie Davant. Quand on a vu le spectacle précédent, on en connaît le thème. Tout le sel est dans la prestation des spectateurs arbitrairement appelés à "témoigner ». Le public adore ce concept, surtout quand il n’en est pas la victime… Et voici madame Lemontu de retour ! Cette fois, elle célèbre ses trente-cinq ans de mariage avec Jean-Claude, ce qui l’amène tout naturellement à parler de vie de couple avec sa fille et sa mère. Trois générations de femmes qui, évidemment, n’en ont pas la même conception et la même pratique. Là encore, il faut souligner la qualité de la chute… Le spectacle ne pouvait pas finir sans un petit crochet par Radio-Bistro où, là aussi, les bonnes formules et les gimmicks font florès.

Une fois de plus, Anne Roumanoff a fait du bon travail. C’est du solide, elle ne se moque pas du monde. En parlant beaucoup plus de politique, tradition française oblige, elle a élargi son public. Son spectacle est bien construit, parfaitement équilibré. On ne peut lui reprocher quelques facilités en utilisant des blagues que l’on connaît déjà, mais elle a l’art de les placer dans un contexte où elles font quand même leur petit effet… Donc, en résumé, on passe en compagnie de La Dame en Rouge, une heure et demie de drôlerie, sans temps mort, avec tout plein de bonnes trouvailles. Elle assure vraiment !

Finalement, la couleur rouge qui lui convient le mieux, c’est… l’amarante…

"Anne [Rouge]manoff !"

Spectacle écrit et interprété par Anne Roumanoff.
Collaboration artistique : Gilles Galliot.
Création lumière : Sébastien Debant.
Décor : Yves Valente.
Musique : Mario Santangeli.

Spectacle du 2 août 2012 au 6 janvier 2013.
Du mardi au samedi à 21 h.
À partir du 23 septembre 2012, représentations supplémentaires les dimanches à 15 h.
Théâtre du Palais-Royal, Paris 1er, 01 42 97 40 00.
>> theatrepalaisroyal.com

Article publié en partenariat avec >> critikator

Gilbert Jouin
Lundi 20 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021