La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Anne (Rouge)manoff, le rouge qui lui convient le mieux… l’amarante…

"Anne [Rouge]manoff !", Théâtre du Palais-Royal, Paris

Dans ce nouveau spectacle, la pétillante femme en rouge revient plus mordante que jamais pour croquer à pleines dents dans l’actualité. Rien n’échappe à son regard acéré : la crise de la dette, les stagiaires, la quête du bonheur, les smartphones, les diktats alimentaires… Elle sait raconter mieux que personne l’égoïsme et la superficialité de notre époque. Pourtant, on ressort de son spectacle le cœur léger car elle parvient avec finesse et humanité, à nous faire sourire de tout ce qui nous angoisse.



© DR.
© DR.
Cette fois, Anne Roumanoff affiche la couleur dans le titre même de son spectacle. "Rouge", ça va être rouge. On connaît son attachement indéfectible à sa couleur fétiche mais, non contente de se parer de vermillon, elle franchit un palier en en fardant ses propos. Christophe a chanté les "Mots bleus", elle, elle balance les "Mots rouges". Pour Rimbaud, le rouge correspond à la voyelle "i". Pourquoi pas. C’est son droit de poète à l’Arthur. Anne se contente d’y mettre les points (les poings ?) sur les "i". Jamais un de ses shows n’a été aussi saignant. Le rouge est mis ! Le doux rouge-gorge s’est fait carnassier, et ça lui va bien.

Il n’y a que pour le début du spectacle qu’elle n’est pas dans le rouge. Elle commence pile à l’heure. Par respect. C’est assez rare pour que ça puisse être relevé…

Pour son entrée en scène, elle a choisi la dérision. Sachant qu’elle n’est pas une sylphide, elle prend néanmoins le risque de se présenter en accomplissant une chorégraphie. Approximative, certes, mais une chorégraphie. Et son sourire pas dupe coupe court à toute velléité de critique. Elle met d’emblée dans sa poche un public déjà complètement acquis à sa cause. Mais encore faut-il pouvoir le garder dans cet état extatique, ce cher public. Et pendant une heure et demie !

© DR.
© DR.
Une fois encore, Anne Roumanoff force l’admiration par sa faculté à se renouveler. Où puise-t-elle ses ressources pour écrite un spectacle intégralement neuf si peu de temps après le précédent, quand on sait toutes ses activités annexes (radio, presse écrite, etc.) ? C’est une formidable bosseuse.

Revêtue d’une petite robe rouge toute simple, déambulant sur un plateau ton sur ton, elle débute son récital - car c’en est un - par du stand-up, une discipline qu’elle a peu abordée auparavant. C’est une sorte de fourre-tout habile dans lequel elle peut passer allègrement du coq à l’Anne, parler aussi bien de politique que de Facebook, de son sang mêlé russo-marocain, de la quête du bonheur aux psys… Devant son irrésistible don de souligner ses propos avec des mimiques ô combien expressives, le public part au quart de tour… Passé ce tour de chauffe, Anne revient à ses fondamentaux, les sketchs. On retrouve avec bonheur la célèbre bouchère, mame Lemontu et son Jean-Claude de mari. Ce qui est bien avec un tel personnage qu’elle peut arroser tous azimuts. Avec son bon sens et sa dent dure, elle parle aussi bien de l’actualité (la Grèce, la crise, l’Europe, Angela Merkel, etc.) que de ses problèmes personnels entre autres avec sa banque. Dans son discours sont distillées ça et là quelques perles absolument savoureuses.

© DR.
© DR.
Le troisième sketch repose sur une idée géniale : un cours de morale dans une petite classe dont les élèves seraient nos hommes et femmes politiques quand ils étaient enfants. C’est une superbe trouvaille, si ingénieuse que je me suis senti frustré qu’elle ne la développe pas un peu plus. C’est une mine… Ensuite, place à l’ado. Elle aussi est un personnage qui revient en fil (évidemment) rouge dans ses différents spectacles. Cette fois, elle soumet à sa mère un exposé qu’elle a dû rédiger toute seule sans avoir accès à Wikipédia sur la guerre 14-18. Transposition caricaturale de ce que pourrait être la vie roumanovienne avec interventions intempestives de la petite sœur. C’est plein d’autodérision mais ça se termine sur un précepte qui donne à méditer : la pensée, la parole et l’action… On n’a à peine le temps de se prendre la tête qu’Anne nous reçoit dans son repaire, Radio Bistro. C’est son évangile cathodique, sa messe dominicale récitée sous le regard bienveillant du Père Michel, moment sacrosaint qui a fait venir vers elle des milliers de fidèles. Un guéridon, un ballon de "rouge" à demi-plein, une diction hésitante mais des vannes qui ne le sont pas, c’est devenu un classique. Elle ne peut plus ne plus y sacrifier. Ce serait un sacrilège… C’est une discussion de bar émaillée de très bons jeux de mots, des brèves de comptoir où tout est passé en revue, de DSK à la prolifération de vieux, du prix de l’essence à la dette…

Radio Bistro, c’est le tube incontournable. Pour en sortir, Anne revient à l’intime pour nous parler sans retenue de son sempiternel combat contre le poids et de ses aventures avec les différents régimes. Derrière l’ironie et les pirouettes, les échappatoires et l’apologie des dodues du XVIIe siècle, on sent malgré tout poindre une certaine souffrance… Très vite, Anne revient à la gaudriole avec l’accent québécois de Marie-Hélène en prime. Coach de bien-être intérieur, la jeune femme nous explique par spectateur-cobaye interposé comment évacuer ses toxines…

© DR.
© DR.
On croit qu’Anne a pris son rythme de croisière, et bien non. La suite nous prouve le contraire. Elle réussit à hausser encore le niveau de sa prestation en enchaînant trois merveilles de sketchs. C’est pour moi le passage le plus fort du spectacle. Rien que pour ces trois moments de grâce, il faut courir au théâtre du Palais-Royal. Je ne les raconterai pas. Il faut les découvrir pour en goûter tout le suc… Le premier est une fable aussi intelligente que drôle, un magnifique exercice de style, une idée magistrale… Le deuxième est une savoureuse manif’ à l’envers d’une finesse redoutable… Et le troisième est une saynète cocasse sur la fonction de stagiaire, efficace et rudement bien écrite…

Après cette parenthèse enchantée, la Roumanoff nous propose le seul sketch qui ne soit pas inédit, une sorte de parodie de "Toute une histoire" avec Sophie Davant. Quand on a vu le spectacle précédent, on en connaît le thème. Tout le sel est dans la prestation des spectateurs arbitrairement appelés à "témoigner ». Le public adore ce concept, surtout quand il n’en est pas la victime… Et voici madame Lemontu de retour ! Cette fois, elle célèbre ses trente-cinq ans de mariage avec Jean-Claude, ce qui l’amène tout naturellement à parler de vie de couple avec sa fille et sa mère. Trois générations de femmes qui, évidemment, n’en ont pas la même conception et la même pratique. Là encore, il faut souligner la qualité de la chute… Le spectacle ne pouvait pas finir sans un petit crochet par Radio-Bistro où, là aussi, les bonnes formules et les gimmicks font florès.

Une fois de plus, Anne Roumanoff a fait du bon travail. C’est du solide, elle ne se moque pas du monde. En parlant beaucoup plus de politique, tradition française oblige, elle a élargi son public. Son spectacle est bien construit, parfaitement équilibré. On ne peut lui reprocher quelques facilités en utilisant des blagues que l’on connaît déjà, mais elle a l’art de les placer dans un contexte où elles font quand même leur petit effet… Donc, en résumé, on passe en compagnie de La Dame en Rouge, une heure et demie de drôlerie, sans temps mort, avec tout plein de bonnes trouvailles. Elle assure vraiment !

Finalement, la couleur rouge qui lui convient le mieux, c’est… l’amarante…

"Anne [Rouge]manoff !"

Spectacle écrit et interprété par Anne Roumanoff.
Collaboration artistique : Gilles Galliot.
Création lumière : Sébastien Debant.
Décor : Yves Valente.
Musique : Mario Santangeli.

Spectacle du 2 août 2012 au 6 janvier 2013.
Du mardi au samedi à 21 h.
À partir du 23 septembre 2012, représentations supplémentaires les dimanches à 15 h.
Théâtre du Palais-Royal, Paris 1er, 01 42 97 40 00.
>> theatrepalaisroyal.com

Article publié en partenariat avec >> critikator

Gilbert Jouin
Lundi 20 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022