La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

"Alice et autres merveilles"… Le parcours d'une fillette moderne et contemporaine vers le monde adulte

"Alice et autres merveilles", Espace Cardin, Paris

Avec son bomber jaune pétard et sa jupe tutu, Alice a la gouaille précoce et effrontée. Comme qui dirait, Alice se jette à l'eau pour ne pas se mouiller. Car Alice est inquiète, car Alice grandit, grandit trop vite et se sent bien seule.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Avec "Alice et autres merveilles", Emmanuel Demarcy-Mota emmène l'héroïne de Lewis Carroll* dans une aventure ébouriffante. La trame et les personnages de l'œuvre de Lewis Carroll sont conservés mais le traitement prend ouvertement la dimension d'un conte, d'un théâtre total qui privilégie le spectacle au récit.

Tout paraît sans dessus dessous. Alice est à l'unisson de son public. C'est que le personnage apparaît à ce moment clef où l'on est trop petit pour être grand, trop grand pour être petit. Où l'enfance n'a plus le même attrait, où l'on sent que c'est passé. Tout s'agrandit et se rétrécit dans un aller retour incessant. La poupée Barbie, le petit chaperon rouge, le méchant loup prennent des allures plus ambiguës. Le monde des adultes devient étrange, insensé. Voire inquiétant.

Dans ce spectacle, tout se mélange dans un cahotant méli-mélo à la fantaisie effrénée. Alice découvre les pouvoirs de l'imagination. Alice en apprend le jeu, découvre l'humour et, dans l'entrain, une certaine manière de transformer, de créer le monde. Dans cette version, Alice, dans une petite robe noire, invente la comédie musicale.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
La scène exploite toutes les ressources de la scénographie, des plus anciennes aux plus contemporaines. Dans tous les cas, la cage de scène est un lieu de surprise, de rythme, d'entrées et de sorties. L'avant-scène de transgression. L'ensemble de la troupe est irréprochable et Suzanne Aubert ( qui joue Alice) étonnante. Dans "Alice et autres merveilles" est montré le parcours d'une fillette moderne et contemporaine vers le monde adulte.

Le spectacle fait s'écarquiller les yeux de surprises. Les enfants s'émeuvent, rient, interrogent à haute voix. Et Alice, assurément qui se sentait seule, découvre la présence d'un public acquis. En partage de merveilles. En communication des secrets. Le manteau d'Arlequin mérite bien son nom.

*"Alice au pays des merveilles" est l'œuvre d'un mathématicien logicien de son vrai nom Charles Lutwige Dodgson et celle-ci a une dimension pédagogique, d'apprentissage amusant de certaines règles.

"Alice et autres merveilles"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte : Fabrice Melquiot (L'Arche éditeur).
D'après Lewis Carroll.
Mise en scène : Emmanuel Demarcy-Mota.
Assistant à la mise en scène : Christophe Lemaire.
Deuxième assistante à la mise en scène : Julie Peigné.
Avec : Jauris Casanova, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Sarah Karbasnikoff, Stéphane Krahenbühl, Gérald Maillet, Walter N’guyen, Isis Ravel.
Scénographie : Yves Collet.
Costumes : Fanny Brouste.
Lumières : Yves Collet et Christophe Lemaire, assistés de Thomas Falinower.
Son : David Lesser.
Vidéo : Matthieu Mullot.
Masques : Anne Leray.
Maquillages : Catherine Nicolas.
Objets de scène : Audrey Veyrac.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Conseiller artistique : François Regnault.
Travail Vocal : Maryse Martines.
Training Physique : Nina Dipla.
Construction Décor : Espace Et Compagnie.
Durée : 1 h 15.
Compagnie Troupe du Théâtre de la Ville.

Reprise du 18 au 27 décembre 2018.
Mardi, mercredi, vendredi à 19 h 30, jeudi à 14 h 30, samedi, dimanche et jeudi 27 à 15 h.
Espace Cardin (Théâtre de la Ville Hors les Murs), Paris 8e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Première publication le jeudi 21 décembre 2017.


Jean Grapin
Mercredi 19 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019