La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

"Africapitales"… De Paris à Cotonou, un rythme fou !

C'est la 3ᵉ édition du festival Africapitales qui se déroule du 8 au 31 mars sur Paris. Sont présentés cette année trente artistes du Bénin à travers les huit disciplines artistiques que sont le cinéma, le théâtre, la danse, le stand-up comédie, la musique, la mode, les arts visuels et le design. Dans notre excursion, place au théâtre et à la musique avec respectivement Kimpa Vita, Folly Romain et le Bénin International Musical vu lors des deux soirées d'ouverture.



Benin International Musical © Danielle Fourchaud.
Benin International Musical © Danielle Fourchaud.
Africapitales a été créé dans une approche artistique pour permettre l'émergence d'opportunités entre des villes, des territoires et des sociétés civiles de France et d'Afrique et dans une dynamique, selon l'un de ses fondateurs, Khalil Tamer," durable et solidaire". Il vise ainsi à une mise en lumière d'un pays, cette année le Bénin, pour créer et s'enrichir entre Paris et Cotonou de liens culturels de cohésion. Est programmée, un mois après celle de Paris, une édition du festival dans la ville de Cotonou.

L'ouverture du festival démarre avec Kimpa Vita, en résidence, dans une dynamique douce avec une sonorité vocale un peu grave accompagnée à la basse par Benoît Lugué. Les voix se font entendre et se superposent comme un voile qui couvre tout l'espace phonique. On y découvre une femme, Dina Mialinelina, habillée d'une robe rouge, courant, par intermittence, sur toute la scène comme à la fuite de quelque chose ou de quelqu'un. Elle regarde le public de façon presque étonnée et étourdie de sa course. Puis, elle démarre un chant parlé où Dieu est perçu, à travers elle, au travers d'une image féminine, qui plus est noire. Elle effectue des interpellations vocales à connotation théâtrale vers le public pour questionner.

© Dominique Jouxtel.
© Dominique Jouxtel.
Dieu représenté en femme noire ? Pourquoi pas puisqu'en Occident et ailleurs, Dieu a la peau blanche comme ses vainqueurs de l'Histoire qui donnent leur couleur à toutes leurs représentations ? C'est autour de ce renversement de perspective que la trame dansée s'articule dans une chorégraphie de Delavallet Biodiefono.

La ligne de basse a des accords de plus en plus rythmés, symbolisés sur scène par Florence Gnarigo, en solo, qui danse la tête penchée, presque à l'horizontale, faisant tournoyer ses nattes, ses membres supérieurs faisant une gestuelle ample, regardant le public intensément, comme possédée. Cette fixité du regard, nous la retrouvons ainsi dans le chant et la danse, comme un élément scopique de vérité et de persuasion. Le regard est celui qui nomme et qui dit. Le corps semble être habité par celui-ci qui devient autant intérieur qu'extérieur, comme pour fouiller chaque spectateur dans son âme. C'est très physique, les nattes devenant l'élément le plus libre des gestiques, en mouvement continuel quand le corps paraît, dans ses gestuelles amples et en tension, frôler une ligne horizontale imaginaire à hauteur de taille.

Le spectacle est autant créatif qu'engagé et gagnerait à se prolonger dans la durée dans ses excursions dansées et théâtrales.

Place ensuite à la musique avec Folly Romain, en première partie du groupe BIM (Bénin International Music). Assis tranquillement avec son ukulélé, ses percussions électroniques à côté, il démarre avec sa superbe voix, très puissante qui lui permet de porter les notes à des octaves très élevées ou très basses. En écho, elle se fait entendre via son clavier électronique en répétition dans une courte cascade. Ce sont des chansons, avec une musique dénudée, portées souvent par un seul instrument à la tonalité douce et mélodique.

Romain Folly sort son premier album "Adovi" en 2023. Chanteur, compositeur, percussionniste et danseur béninois, il possède une voix androgyne exceptionnelle qui lui permet d'étendre sa puissance vocale sur des compositions autant intimistes que moins confidentielles. Avec sa percussion, il entonne, entre autres, un chant sur les revenants dans un canevas typiquement traditionnel.

Puis c'est au Bénin International Musical (BIM) d'apparaître sur scène. Le groupe a été créé à Cotonou en 2016 avec un seul album haut en couleurs "Bim#1" (2018), puis quelques singles ont suivi.

© Dominique Jouxtel.
© Dominique Jouxtel.
Le tempo est très rythmé avec une richesse de composition qui allie le son chaud des terres et des rives du Bénin et son enthousiasme ensoleillé avec les percussions de Resnikpa (Totin Emile), la ligne mélodique à la basse de Lionel (Boni Obinti) et Amessiamey (Brigitte KITI) et Nayel Hoxo (Yelouassi Nadège) en chanteuses de tête et quand elles sont en chœur très en appui de Jimmyl Belah (Jimmyl Tchegnon), le batteur/chanteur, avec sa voix forte. Ça transporte, c'est gai, joyeux, expansif, contagieux avec, entre autres, "Benin Tovilê", "The Benin Atmosphere" ainsi que "L'Aube Nouvelle", l'hymne du Bénin, "façon BIM" comme rappelé par Jimmyl Belah. La dernière chanson "Téoun Téoun" est dans une trame musicale et chantée beaucoup plus en douceur, à la manière du Gospel.

Le groupe puise sa particularité en chantant leur culture dans des tempos et rythmes de Rock Vaudou, le Vaudou étant encore largement répandu au Bénin et au Togo. Ce style de musique est un mariage entre instruments traditionnels comme, entre autres, pour BIM, des percussions telles que le kpézin, le gangan, le sacla ou le Ogbon et la guitare, la batterie, voire les castagnettes. Et c'est terriblement efficace !

"Africapitales"
Du 8 au 31 mars 2024.
Quartier de la Goutte-d'Or.
Lavoir Moderne Parisien, Paris 18ᵉ, 01 46 06 08 05.
>> lavoirmoderneparisien.com

Safidin Alouache
Vendredi 15 Mars 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024