La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Accorder mémoire et souvenirs pour composer une nouvelle mélodie réconciliatrice

"Un mardi en novembre", Théâtre Le Guichet Montparnasse, Paris

Reprise ! Sur le fil tendu de l'émotion distillée par les nombreux questionnements sur nos chemins de vie et sur la volatilité de l'éther des souvenirs qui en émane, Julien Séchaud, après "Aimez-vous la nuit ?", nous offre un nouveau texte délicat et d'une toujours même profondeur : "Un mardi en novembre". Dans cette pièce mise en scène par Annie Vergne, l'absence et la mémoire sont les problématiques qui aideront à ressouder une famille désunie.



© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.
Au départ, une famille dont les membres ne communiquent plus, en souffrance, presque banale si ce n'est le choix du métier de chacun : Eva, la mère, est comédienne mais vient de stopper brutalement sa carrière ; Aurélien, le fils ainé, est un pianiste de renom qui, lui, arrête de donner des concerts. Lisa, la nièce, est le personnage altruiste, "l'infirmière" qui aimerait panser les maux, celle qui pense aux autres avant de penser à elle ; quant à Samuel, le petit dernier, est "différent" et addict aux jeux vidéos.

Deux évènements donnent le "La" aux situations qui vont se construire, évoluer au fil de la partition écrite par Julien Séchaud : la mort de l'enfant "différent" et la maladie d'Alzheimer dont est atteinte la mère. Deux drames survenant au cœur d'une famille déconstruite qui, interrogeant les définitions de la mémoire, de l'existence et de l'entretien des souvenirs, va petit à petit aller vers la reconstruction, retrouver l'accord au diapason, de celui qui fait que la mélodie au piano redevient audible et agréable.

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.
Comme pour son précédent texte, l'auteur pose les éléments du puzzle relationnel par petites touches, subtiles et sensibles, harmonieuses... Comme une petite cantate qui s'écrirait sur un papier à musique où les portées ne sont pas encore dessinées. Seule, comme une rythmique suggérée, cadence percussive des souvenirs, la voix off d'une journaliste (ingénieuse idée de mise en scène d'Annie Vergne), interprétée par Isabelle Delage, relate les évènements importants, vus de l'extérieur, bons ou mauvais, mais tissant pour le spectateur la trame de l'histoire.

Malgré les caractères bien affirmés de chacun, les actions vont se dérouler sans violence. Les non-dits, les rancœurs, les douleurs vont apparaître et se dissoudre au fil de l'évolution de la maladie d'Alzheimer d'Eva et de l'acception de la disparition de Samuel, le jeune frère. L'élaboration d'un nouveau chemin de vie et la réalisation du deuil passera par l'amour familial retrouvé et la reconnaissance de l'importance de la vie. Cela ne pouvant se réaliser que par l'entretien, l'échange des souvenirs et de la mémoire du disparu.

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.
Une nouvelle fois, Annie Vergne nous offre une mise en scène au cordeau, d'une délicatesse inouïe et d'une grande humilité. Au service de la pièce de Julien Séchaud, elle orchestre la mise en espace avec souplesse et élégance... Et excelle à amplifier la profondeur et la densité du texte tout en laissant une impression de fluidité aérienne.

Elle est en cela parfaitement secondée par une distribution où l'on retrouve le jeu tout en finesse et équilibre de Ghislain Geiger, donnant au fils ainé la consistance émotionnelle nécessaire et parfaitement graduée devant aller du fils rancunier, en colère, à celui découvrant l'amour maternel. Juliette Stevez apporte sa chaleur et son enthousiasme au personnage de Lisa, entre renonciation sincère au début pour finir avec la joie de l'épanouissement.

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.
Annie Vergne interprète le rôle d'Eva, la mère comédienne, donnant toute l'intensité, la maîtrise émotionnelle et la pudeur contrôlée indispensables à ce rôle dont les certitudes et la force de caractère vont petit à petit se déliter sous l'emprise de la maladie. Et si la maladie d'Alzheimer devient inexorablement présente, l'auteur sait l'arrêter au seuil de l'espoir. Quand à Julien Séchaud, son interprétation de l'enfant disparu, joueur, aux apparitions rieuses, presque joyeuses, est suffisamment intelligente et toute en retenue pour être crédible et donner une présence enfantine... presque étrange.

Au final, une belle création traitant de sujets délicats et sensibles où l'on retrouve déjà la "patte" d'un jeune auteur qui confirme nos bonnes impressions lors de la création de son premier texte et la permanence talentueuse d'une compagnie qui mériterait de se retrouver, avec "Un mardi en novembre", sur un plateau de théâtre plus conséquent lui donnant une visibilité encore plus accrue, à la hauteur de la qualité de ses productions.

À noter la création musicale originale de Nicolas Van Melle donnant, selon la méthode du contrepoint, une réplique pertinente aux dialogues. Ainsi, cette partition au piano distille des notes colorant les différentes émotions des personnages.

"Un mardi en novembre"

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.
Texte : Julien Séchaud.
Mise en scène : Annie Vergne, assistée de Isabelle Delage.
Rôle additionnel de la journaliste : : Annie Vergne (conception) et Isabelle Delage (écriture).
Avec : Ghislain Geiger, Julien Séchaud, Juliette Stevez, Annie Vergne et la participation de Isabelle Delage.
Musique originale : Nicolas Van Melle.
Bande son : Benoît Pommerolle.

Succès - Prolongations !
Du 2 septembre au 17 décembre 2016.
Vendredi et samedi à 19 h.
Théâtre Le Guichet Montparnasse, Paris 14e, 01 43 27 88 61.
>> guichetmontparnasse.com

Du 4 septembre au 19 décembre 2015.
Vendredi et samedi à 19 h.
Toujours au Guichet Montparnasse.

Du 5 septembre au 20 décembre 2014.
Vendredi et samedi à 19 h.

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.

© Séverine Lacroix.
© Séverine Lacroix.

Gil Chauveau
Mardi 25 Novembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019