La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Abbi Patrix, conteur néo trouvère, nous narre façon polar électro-conté les aventures du Poulpe

"Le Poulpe", L'étoile du nord Théâtre, Paris

"Une bière, mais pas de rhum"... Accoudé au bar, Gabriel Lecouvreur alias le poulpe découvre, en page intérieure de son journal préféré, le fait divers macabre du jour. Une tête d'homme aux oreilles coupées trouvée dans la halle aux poissons de Rungis. Il subodore un règlement de comptes lié à un univers du crime tentaculaire...



© Philippe Stisi.
© Philippe Stisi.
Il se lance aussitôt dans une enquête qui, de bagarres en crimes, de courses-poursuites dans des hangars en courses poursuites au travers de la foule ou à moto, de haltes en cérémonies secrètes, de courte nuit d'amour imprévue en longs séjours à fond de cale, suit la route des rumeurs et le conduit à la réunion et aux Kerguelen, entre rugissants et hurlants, avant de trouver la clé de l'énigme.

Celle d'une vieille légende dont la mémoire archaïque est réactivée par des esprits un peu faibles, un peu aliénés façon secte. Le fait divers de Rungis n'est qu'un maillon faible d'un crime organisé et de groupes terroristes au sein des échanges mondialisés… De Rungis à Rungis ou la surexploitation des ressources halieutiques.*

Abbi Patrix, accompagné de Phil Reptil à la guitare et de Vincent Mahey à la flûte, réalise avec son polar électro-conté une véritable performance qui dépasse, par sa qualité et son originalité, les catégories du conte, du théâtre ou du musical ; et lance au spectateur des bribes d'une véritable enquête journalistique.

© Philippe Stisi.
© Philippe Stisi.
Le Poulpe de prime abord paraît bien loufoque. Son mode de récit est nourri d'archétypes et de clichés. Tout en tiroirs, l'histoire avance, passe par des tours convenus, se révèle être un modèle de littérature populaire à l'esprit d'escalier bien appuyé.

Les signes de théâtralité sont minimaux et se résument à un accompagnement musical au relief très précis, une pesanteur de démarches, une légèreté d'allure, une modulation de la voix, un simple blouson, une capuche, voire au balancement d'un micro. À la fascination que pourrait avoir l'image léchée d'un film d'action et d'aventure en 3D technicolor, se substitue une puissance d'attention et d'écoute et d'imagination. Tant est forte la présence physique du conteur et son adresse à changer de rythme, à revenir au naturel neutre de la scène.

La performance est rythmée. C'est tout un art de la rhétorique qui, prenant au filet du plaisir et de la pédagogie le spectateur, nourrit son esprit et stimule son interrogation.

Assurément Abbi Patrix est un néo trouvère.

*Les marines française et australienne arraisonnent régulièrement des bateaux-usines pirates. Ainsi la légine (dissostichus eleginoides), objet du conte de Julien Tauber, est un poisson des profondeurs dont on connaît peu de choses et qui a failli disparaître. Elle fait l'objet de quotas de pêche extrêmement contraignants qui, pour ce qui concerne la France, sont surveillés par les autorités scientifiques du muséum d'histoire naturelle.

"Le Poulpe"

Polar électro-conté.
De Julien Tauber.
D’après le personnage créé par Jean-Bernard Pouy, avec l’aimable autorisation des éditions Baleine.
Texte original : Julien Tauber.
Adaptation pour la scène : Julien Tauber & Abbi Patrix.
Avec : Abbi Patrix (récit), Phil Reptil (guitare, steel log, lap top) et Vincent Mahey (flûte, lap top, electronics).
Composition sonore et musicale : Vincent Mahey & Phil Reptil.
Lumière et scénographie : Sam Mary & Laura Mingueza.
Compagnie du Cercle.
Durée : 1 h 30.

Du 10 février au 28 février 2015.
Mardi, mercredi et vendredi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, samedi à 17 h.
L'étoile du nord Théâtre, Paris 18e, 01 42 26 47 47.
>> etoiledunord-theatre.com

Jean Grapin
Vendredi 13 Février 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019