La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"À vies contraires"... Un texte où les mots, comme les lacets des chaussures, s’envoient en l’air !

La chronique d'Isa-belle L

Au théâtre, il y a des auteurs, des textes, des acteurs, un ou plusieurs metteurs en scène, des scénographes, des régisseurs et il y a aussi l’affiche. On ne parle pas assez des affiches. J’ai entendu souvent qu’il était plus opportun de poser son minois sur un visuel pour appâter le spectateur, j’ai fait cette expérience et excepté dans ma région natale, ma photo n’intéressait guère...



© Camille.
© Camille.
Inutile de sortir son plus beau sourire, sa plus belle tenue, de masquer ses rides, de "photoshoper" les capitons. Non ! Inutile en effet. Comptons désormais sur les paires de chaussures. Des paires de chaussures dépareillées dont les lacets s’entremêlent. J’aime l’idée. Ça tombe bien ! C’est de ce spectacle dont je veux parler. Le flyer sur lequel mon regard s’est posé, après que son auteur, comédien et un peu metteur en scène, un soir d’avril… me l'ait laissé. "En avril ne te découvre pas d’un fil" et me voilà en mai à parler de lacet… C’est drôle non ?

Au théâtre, il y a des auteurs qui mettent en scène tout en apprenant le texte pour jouer en soirée et en continu s'il vous plaît, quel métier ! Je dis bravo.

Rendez-vous donc au Théâtre des Variétés avec le bien nommé : Julien Roullé-Neuville à qui on doit ce très réussi spectacle : "À vies contraires". Théâtre des Variétés sur les grands boulevards, première fois de ma vie que j’y mettais les pieds. Confort assuré. On y passerait la nuit… après un apéro servi sans maladresse par la joyeuse troupe de comédiens. Dans un décor sympa, stylé et branché. Mais pas trop. Juste ce qu’il faut. Le personnage qui ouvre le bal vient de se faire larguer, autant dire que son nid ex douillet n’est pas très bien rangé… On l’excuse, une rupture ce n’est pas simple à avaler et il n’est pas toujours aisé de trouver chaussure à son pied. Expression de saison.

© Camille.
© Camille.
Il est bon ce comédien. Celui qui se fait plaquer. Arno. Drôle à souhait sans jamais trop en rajouter. Et le texte qui lui est offert, comme un excellent "Jasnières" à l’apéro, contribue aux couleurs variées de son jeu dont se délectent sur plus d’une heure, les spectateurs.

Il se retrouve là, seul, au milieu de nous, voyeurs sympathiques, qui oscillons entre rires et empathie, jusqu’à l’arrivée de ses amis. De ses amis…vraiment ? Oui. Apparemment. C’est la femme qui déboule la première. "Débouler", ce n’est pas très beau mais la concernant c’est LE mot. Une boule d’énergie qui m’a rappelé Valérie Lemercier. Son allure, son port de tête, sa force comique. Elle nous fait tourner la tête, comme le manège de Piaf avec un corps tout aussi habité.

Puis arrive le mari. Julien Roullé-Neuville, encore lui. Toutes les casquettes je vous ai dit. Si la comédienne qui interprète sa femme, enfin, sa "chose" - parce qu’il est plus qu’un brin macho - est une boule d’énergie, lui, c’est une bombe à retardement qui explose toujours au bon moment. D’un naturel à couper le souffle malgré, paraît-il, un gros mal de dos, il en met plein la vue sur le plateau. Il est franchement réussi cet apéro. Prolongations !

On était bien avec eux. Les spectateurs ne se cachaient jamais pour rire. Au contraire. Et nous étions nombreux. Les répliquent fusent comme les tequilas frappent dans certains cafés. Les vannes, comme les lacets des chaussures, s’entrechoquent comme l’énième toast porté au cours d’une soirée. La chaleur monte au rythme de l’histoire comme sur une piste de danse inondée de déhanchés. Tous les ingrédients sont là. Un apéritif aussi varié, c’est l’été avant l’heure et le plaisir assuré.

© Camille.
© Camille.
Jusqu’au coup de théâtre. Il y en a un. Je récapitule pour ceux qui déjà, se seraient endormis… Arno s’est fait plaquer. Il est seul chez lui. Quelques minutes plus tard, par hasard… Vraiment ? Surgit le couple d’amis : Daniel et Sophie. Qui passait par là, par Paris…alors qu’ils vivent à ? 150 km. Quelle idée ! Quel instinct aussi.

Inutile de vous dire qu’Arno est dans tous ses états mais qu’en y songeant de plus près, Sophie n’est pas "mâle" non plus et Daniel… Et cela n’a rien à voir avec son mal de dos, nous en sert un sacré coup. D’états.

Le théâtre, ce n’est pas vraiment la vie réelle même si l’auteur explique qu’il s’est inspiré d’un événement personnel. Au théâtre, il y a des tas de détails qu’on ne relèverait pas dans la vie, des bons mots qu’on préfère taire au risque de perdre des amis.

Il y a… comme le chante si bien Vanessa Paradis, ce spectacle aussi : "À vies contraires". C’est une pièce de théâtre, un spectacle bien vivant et avant tout une troupe de comédiens extraordinaire servie par un texte où les mots, comme les lacets des chaussures, s’envoient en l’air.

On ne parle pas assez des affiches. Voilà qui est fait. Regardez-les ces chaussures aux styles et aux couleurs variés. Elles en disent long sur la qualité de ce spectacle d’auteur comédien passionné par son métier.

À vies… aux amateurs de bons mots et d’apéro, au moins, champagnisé !

"À vies contraires"

Texte : Julien Roullé-Neuville.
Mise en scène : Judith D’Aleazzo, assistée de Marine Montaut.
Avec : Marine Montaut ou Fabienne Galloux, Laetitia Giorda ou Céline Petit, Alexandre Texier, Julien Roullé-Neuville ou Vincent Varinier.
Lumière : Guillaume Bursztyn.
Bande son : Pierre Arnaud Briot.
Compagnie Namasté.
Durée : 1 h 20.

Du 14 janvier au 14 juin 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Théâtre des Variétés, Paris 2e, 01 42 33 09 92.
>> theatre-des-varietes.fr

Isabelle Lauriou
Mercredi 14 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com

Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021