La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

À écouter : Grandeur et découvertes du Festival Theatro a Corte (épisode 1)

Trois jours, trois rendez-vous, pour vous présenter le Festival Theatro a Corte qui se déroule chaque année à Turin depuis 11 ans. Le Festival est à présent terminé, mais voici un voyage à prévoir l’année prochaine... qui vaut largement le détour.



Interview de Beppe Navello © Vanessa Vidal
Interview de Beppe Navello © Vanessa Vidal
Le Festival existe depuis 2001. Les manifestations (des troupes invitées pour l'essentiel) se produisent un peu partout dans la ville de Turin et dans ses extérieurs proches. De la part du gouvernement, l’objectif est entre autres de mettre en valeur le beau patrimoine turinois par une collaboration artistique. Mais le Festival n’a cessé de croître : de "Teatro Europeo", il est passé sous l’appellation de "Fondazione Teatro Piemonte Europa", élargissant alors ses frontières au Piémont, en touchant les demeures royales de la Savoie. Depuis 2007, il a été rebaptisé : "Theatro a Corte" qui signifie "théâtre de la cour du roi". Si les Français peuvent avoir du mal à comprendre une telle appellation, pour Beppe Navello, il n’y pas de doute, le Festival n'a qu'une seule limite : l’Europe, comme seule frontière imposée.
Places, palais, châteaux et théâtres sont donc investis près de trois semaines. La balade est superbe, le Festival d’une grande qualité.

Cette année, son directeur a de quoi se faire du souci. La situation en Italie étant ce qu’elle est, la culture n’est plus la première préoccupation de la région. Les subventions du Festival sont passées de deux millions d’euros à un million cette année. Le budget peut paraître conséquent, mais pas tant que ça si l’on garde une vue d’ensemble du Festival : y sont invitées une trentaine de compagnies d’une dizaine de pays. Se produisent aussi 19 premières nationales, 6 créations in situ, 2 créations, 5 coproductions, 2 journées de rencontres internationales - dans 12 lieux et dans 8 communes, dont 7 demeures et sites royaux de Savoie.

À ce jour, le Festival ne semble pas pour autant remis en question. Mais au moment de notre départ, nous apprenions que son directeur n’avait pas encore reçu toutes les subventions attendues pour l’édition 2011…

Pour mieux comprendre l’esprit du Festival, nous avons précisément choisi d’interviewer Beppe Navello.
beppe_navello,_interview,_episode_1_1_.mp3 BEPPE Navello, interview, épisode 1(1).mp3  (4.56 Mo)


Générique de l'interview composé et interprété par Pierre-Yves Plat.

En quelques lignes sa bio…
Si Beppe Navello est italien, tout au long de sa carrière il montrera un attachement certain à la France, signant des mises en scènes tant en France qu’en Italie. Il a notamment souvent collaboré avec son ami le metteur en scène Jean-Claude Penchenat, qui a dirigé le théâtre du Campagnol à Arcueil.
Formé d’abord au Teatro Stabile de Turin comme metteur en scène, il se spécialise rapidement dans le théâtre de répertoire et le théâtre de narration populaire.
Approche pluridisciplinaire des arts du spectacle, professeur à l’École du Piccolo Teatro à Milan et enchaînant la direction de plusieurs théâtres en Italie, Beppe Navello est connu pour être un metteur en scène et directeur éclectique, plongé au cœur de la création contemporaine.
Son parcours professionnel se retrouve tout entier dans son festival Teatro a Corte, porteur d’un regard croisé entre les nations, les arts et les peuples.

Du 7 au 25 juillet 2011.
http://teatroacorte.it/

Toute la programmation :
Le programme en italien et en anglais version PDF

Mercredi 27 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020