La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"23 Fragments de ces derniers jours" L'art du cirque encore et toujours plus surprenant avec la dernière création de Maroussia Diaz Verbèke

Il y a des spectacles dont il est extrêmement difficile de rendre compte tant ils sont loin des normes. "23 Fragments de ces derniers jours" fait partie de ceux-là. Construction volontairement éclatée, multiplicité des disciplines, formes et contenus en constantes variations. Libertés de ton, des performances, des enjeux. Une mise en scène faussement simple, faussement improvisée, mais qui rend toujours sa part à la précision vitale que l'art du cirque impose à ses interprètes. Un spectacle qui déroule tout ensemble, de la pensée, de la poésie et de la bravoure circassienne et chorégraphique. Bref, une circographie(1) riche et performante.



André Oliveira DB et Marco Motta © João Saenger.
André Oliveira DB et Marco Motta © João Saenger.
La circographie : un joli terme que Maroussia Diaz Verbèke a inventé pour qualifier ses recherches sur le langage de l'art circassien. Et il trouve ici toute sa légitimité car tout ce qui se passe sur scène parle. Ce sont effectivement, comme le titre le précise, des fragments (23 à l'origine, mais qui se sont multipliés par deux à cause de l'allongement du temps de répétition). Des fragments éparpillés, un peu comme un carnet de notes de voyages dont les pages se seraient détachées, volées et envolées par un souffle d'air et retombées en désordre. Mais aussi un voyage à travers le temps sur les terres brésiliennes de 2018 jusqu'à ces "derniers jours".

Un immense cercle posé au sol (clin d'œil à la piste sous le chapiteau) sert d'espace de jeu aux six artistes pour cette série de performances qui s'enchaînent à vive allure, soutenues par une bande-son mais le plus souvent par des textes et des bruitages créés en direct. Dès les premières secondes, le ton est donné : ils sont amusés, goguenards, joyeux, rieurs. Ils vont être chacun tour à tour performeurs, acteurs ou régisseurs plateau, les uns pour les autres, les unes pour les autres. Courant en coulisses, ils rapportent tous les accessoires qui vont servir au spectacle. Bazar d'objets hétéroclites allant de dizaines de jouets pour enfants (ceux qui couinent lorsqu'on appuie dessus), des bouteilles en verre, des parapluies, des tabourets, des bacs entiers de tessons de bouteilles, des bâches de plastique à bulles, des ballons, des paillassons sur lesquels sont tatoués des messages, etc.

Béatrice Martins © João Saenger.
Béatrice Martins © João Saenger.
L'esprit de l'enfance semble être le moteur de cette troupe, un esprit ludique qui ne s'appesantit à aucun moment sur le grave, le triste ou le tragique. Pourtant, la gravité est bien là, et c'est toute la beauté du spectacle, portée par une sorte de joie solide et lumineuse. On retrouve étrangement dans cette dualité entre rire et tragique la philosophie du clown. Mais il y a surtout dans ce détachement apparent comme l'essence même du pays, le Brésil, une partie de l'âme du plus vaste pays d'Amérique du Sud où le spectacle a vu le jour, où l'on peut danser sur le malheur et lancer des chants et des musiques par-delà la misère, où l'on peut rire à la face de la mort.

Pour la conception de ce spectacle, la "circographe" (et sa compagnie Le Troisième Cirque) s'est appuyée sur une longue collaboration avec le collectif Instrumento De Ver. Une recherche initiée en 2018 par une résidence de recherche au Brésil qui s'est poursuivie par plusieurs sessions de travail durant les années qui suivent ; années difficiles pour le Brésil avec l'élection de Bolsonaro à la présidence, et difficiles pour le monde avec la Covid, tous ces bouleversements venant infuser dans le projet leur lot d'angoisse, d'incompréhension et de révolte. Trois danseurs de Rio, Recife et Salvador de Bahia sont venus enrichir ce plateau d'acrobates et de circassiennes.

Lucas Cabral Maciel © João Saenger.
Lucas Cabral Maciel © João Saenger.
Elles et ils sont gymnastes, acrobates, trapézistes, équilibristes, mais aussi danseurs de frévo, de funk, et, comme des réincarnations venues des origines du cirque populaire, contorsionniste et fakir. Mais ce qui touche, émeut et nourrit, c'est bien l'esprit de liberté, la joie et le pied-de-nez au risque que nous offre ce spectacle à dévorer.

((1) Circographie : néologisme de Maroussia Diaz Verbèke, datant de 2015, en open source.
Nom féminin désignant l'écriture spécifique/la mise en scène d'un spectacle de cirque.

"23 Fragments de ces derniers jours"

Julia Henning © João Saenger.
Julia Henning © João Saenger.
Bilingue brésilien/français.
Circographie : Maroussia Diaz Verbèke.
Assistante à la circographie : Élodie Royer.
Interprètes créateurs : Lucas Cabral Maciel, Julia Henning, Béatrice Martins, Maíra Moraes, Marco Motta et André Oliveira Db.
Régie générale : Thomas Roussel
Conception technologique : Bruno Trachsler.
Création lumière : Diego Bresani et Bruno Trachsler.
Recherche musicale : Loic Diaz Ronda et Cícero Fraga.
Recherche scénographie : Charlotte Masami Lavault.
Technique costumes : Emma Assaud.
Production et conception : Le Troisième Cirque (France) et Instrumento de Ver (Brésil).
Tout public dès 8 ans.
Durée estimée : 1 h 35.

A été représenté du 8 au 18 février 2023 au Monfort Théâtre, Paris 15e.

Tournée
2 mars 2023 : Cirque Jules Verne, Amiens (80).
Du 3 au 21 juin 2023 : CoOp, Maison des Métallos, Paris 11e.
Du 9 au 19 août 2023 : Festival Multipistes, Le Sirque, Nexon (87).

Bruno Fougniès
Mardi 21 Février 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023