La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

20 ans d'amitié et d'amour de la musique au Festival de Pâques de Deauville

Le Festival de Pâques de Deauville fête ses vingt ans depuis le 23 avril et jusqu'au 7 mai 2016. Vingt ans au service de la musique de chambre depuis cette première édition, parrainée par Maria Joào Pirès et Augustin Dumay, qui voyait débuter les solistes en vue d'aujourd'hui. Depuis lors, plusieurs générations se sont succédé pour une série de rencontres magiques entre aînés et jeunes héritiers.



Kossenko, Rondeau et Atelier de Musique © Claude Doaré.
Kossenko, Rondeau et Atelier de Musique © Claude Doaré.
Depuis la première édition du festival en 1997, dirigé avec passion par Yves Petit de Voize (1) et initié par quatre jeunes interprètes alors inconnus du public (Jérôme Pernoo, Jérôme Ducros, Nicolas Angelich et Renaud Capuçon), le public ne fait pas défaut. Tellement fidèle que le directeur artistique le connaît bien et l'accueille à l'entrée des concerts avec un petit mot pour chacun. Cette bienveillante complicité se retrouve aussi avec les musiciens, jeunes ou moins jeunes, qui se retrouvent avec bonheur pour jouer un large répertoire chambriste (de Bach à T. Escaich). Fidèles aussi les bénévoles d'année en année, ces chevilles ouvrières indispensables de la manifestation - et la marque assurée d'une convivialité joyeuse.

En ce week-end du mitan du festival (après un début brillant les 23 et 24 avril réunissant Augustin Dumay et Marc Minkowski pour la 5e symphonie de Franz Schubert, comme certains de ses solistes fondateurs pour Ernest Chausson), Bach, Mozart et Boccherini étaient à l'honneur le samedi 30 avril grâce à d'autres invités de marque. La fantaisie virtuose du jeune claveciniste Jean Rondeau faisait merveille, associée au talent du flûtiste Alexis Kossenko et du violoniste Julien Chauvin (2), dans le 5e Concerto brandebourgeois. Les musiciens du Quatuor Cambini (dont J. Chauvin) et l'Atelier de Musique accompagnaient (sur instruments anciens) le baryton Edwin Crossley-Mercer au chant intériorisé et beau dans la Cantate BWV 82 "Ich habe genug', donnée dans sa première version pour hautbois (génial Antoine Torunczyk) et cordes.

Margain, Bellom © Claude Doaré.
Margain, Bellom © Claude Doaré.
Après le Concerto pour piano n°17 de Mozart (Justin Taylor gracieux au pianoforte), les interprètes de la soirée livraient une "Casa del Diavolo' idéale. La quatrième des six symphonies opus 12 de Luigi Boccherini, ainsi transcendée par le feu de ses thuriféraires (avec le violon de J. Chauvin nous emportant dans sa fièvre dévorante), fut bien le clou de cette soirée avec son final étourdissant pastiché du ballet "Don Juan" (aux enfers) de Gluck… et une harmonie en état de grâce (toujours le hautbois impressionnant de A. Torunczyk et des cors admirables, ceux de Nicolas Chedmail et Cyrille Grenot).

Le lendemain brillait la jeune génération en trois configurations différentes pour un programme résolument contemporain. Après les onze miniatures extraites des neuf volumes des "Jàtèkok' du compositeur hongrois György Kurtàg (né en 1926), joueuses comme il se doit grâce aux quatre mains (sur un seul piano) de Guillaume Bellom et Ismaël Margain, en un duo aussi complice que fougueux, un trio composé du piano (G. Vincent), du violon (D. Petrlik), et du violoncelle (B. Philippe) redonnait vie aux "Lettres mêlées' de Thierry Escaich (né en 1965) avec ses lignes instrumentales complexes en une chorégraphie sonore savante.

Coeytaux, Gilles, Hennino et Julien-Laferrière © Claude Doaré.
Coeytaux, Gilles, Hennino et Julien-Laferrière © Claude Doaré.
Mais le choc musical nous était réservé par le (jeune) Quatuor Ulysse pour le second quatuor à cordes, "The Fourth Quarters', du compositeur anglais Thomas Adès (né en 1971). Pour avoir eu la chance d'admirer leur travail en répétition (pour une recherche patiente et obstinée des belles couleurs et de la vérité de l'œuvre) et son exécution magnifique en concert, nul étonnement d'apprendre que T. Adès leur a confié le soin de la créer au disque.

Convoquant l'héritage des œuvres de géniaux aînés (3), avec cette même radicalité irriguant pleinement un lyrisme tourmenté, mais faisant aussi appel aux techniques les plus modernes de jeu comme à une recherche de sonorités inouïes, les quatre mouvements du quatuor imposaient leurs climats diurne ou nocturne, si intenses et expressifs. Amaury Coeytaux et Perceval Gilles au violon, Léa Hennino à l'alto et Victor Julien-Laferrière au violoncelle ont porté haut, en cet après-midi de dimanche à Deauville, le risque et la vie incandescente de la musique que nous aimons.

(1) Yves Petit de Voize est un acteur incontournable de la vie musicale française par son action inlassable à la Fondation Singer-Polignac (qui a accueilli et soutenu plus de quatre cents jeunes musiciens à ce jour) - entre nombreuses autres activités.
(2) Julien Chauvin a créé en 2015 le Concert de la Loge (orchestre injustement persécuté par un comité tristement célèbre - car gangrené par la corruption - pour l'avoir initialement voulu "Olympique' dans la tradition du XVIIIe siècle).
(3) Debussy, Ravel, Bartok…

Atelier de musique © Claude Doaré.
Atelier de musique © Claude Doaré.
Concerts à réécouter sur le site de la chaîne Culturebox de France Télévisions.

Prochains concerts :
5, 6 et 7 mai 2016.

Programme complet :
>> musiqueadeauville.com

Festival de Pâques de Deauville.
Salle Élie de Brignac.
32, avenue Hocquart de Turtot, Deauville (14).
Tél. : 02 31 14 40 00 ou 02 31 14 14 74.

Christine Ducq
Mercredi 4 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022