La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

20 ans d'amitié et d'amour de la musique au Festival de Pâques de Deauville

Le Festival de Pâques de Deauville fête ses vingt ans depuis le 23 avril et jusqu'au 7 mai 2016. Vingt ans au service de la musique de chambre depuis cette première édition, parrainée par Maria Joào Pirès et Augustin Dumay, qui voyait débuter les solistes en vue d'aujourd'hui. Depuis lors, plusieurs générations se sont succédé pour une série de rencontres magiques entre aînés et jeunes héritiers.



Kossenko, Rondeau et Atelier de Musique © Claude Doaré.
Kossenko, Rondeau et Atelier de Musique © Claude Doaré.
Depuis la première édition du festival en 1997, dirigé avec passion par Yves Petit de Voize (1) et initié par quatre jeunes interprètes alors inconnus du public (Jérôme Pernoo, Jérôme Ducros, Nicolas Angelich et Renaud Capuçon), le public ne fait pas défaut. Tellement fidèle que le directeur artistique le connaît bien et l'accueille à l'entrée des concerts avec un petit mot pour chacun. Cette bienveillante complicité se retrouve aussi avec les musiciens, jeunes ou moins jeunes, qui se retrouvent avec bonheur pour jouer un large répertoire chambriste (de Bach à T. Escaich). Fidèles aussi les bénévoles d'année en année, ces chevilles ouvrières indispensables de la manifestation - et la marque assurée d'une convivialité joyeuse.

En ce week-end du mitan du festival (après un début brillant les 23 et 24 avril réunissant Augustin Dumay et Marc Minkowski pour la 5e symphonie de Franz Schubert, comme certains de ses solistes fondateurs pour Ernest Chausson), Bach, Mozart et Boccherini étaient à l'honneur le samedi 30 avril grâce à d'autres invités de marque. La fantaisie virtuose du jeune claveciniste Jean Rondeau faisait merveille, associée au talent du flûtiste Alexis Kossenko et du violoniste Julien Chauvin (2), dans le 5e Concerto brandebourgeois. Les musiciens du Quatuor Cambini (dont J. Chauvin) et l'Atelier de Musique accompagnaient (sur instruments anciens) le baryton Edwin Crossley-Mercer au chant intériorisé et beau dans la Cantate BWV 82 "Ich habe genug', donnée dans sa première version pour hautbois (génial Antoine Torunczyk) et cordes.

Margain, Bellom © Claude Doaré.
Margain, Bellom © Claude Doaré.
Après le Concerto pour piano n°17 de Mozart (Justin Taylor gracieux au pianoforte), les interprètes de la soirée livraient une "Casa del Diavolo' idéale. La quatrième des six symphonies opus 12 de Luigi Boccherini, ainsi transcendée par le feu de ses thuriféraires (avec le violon de J. Chauvin nous emportant dans sa fièvre dévorante), fut bien le clou de cette soirée avec son final étourdissant pastiché du ballet "Don Juan" (aux enfers) de Gluck… et une harmonie en état de grâce (toujours le hautbois impressionnant de A. Torunczyk et des cors admirables, ceux de Nicolas Chedmail et Cyrille Grenot).

Le lendemain brillait la jeune génération en trois configurations différentes pour un programme résolument contemporain. Après les onze miniatures extraites des neuf volumes des "Jàtèkok' du compositeur hongrois György Kurtàg (né en 1926), joueuses comme il se doit grâce aux quatre mains (sur un seul piano) de Guillaume Bellom et Ismaël Margain, en un duo aussi complice que fougueux, un trio composé du piano (G. Vincent), du violon (D. Petrlik), et du violoncelle (B. Philippe) redonnait vie aux "Lettres mêlées' de Thierry Escaich (né en 1965) avec ses lignes instrumentales complexes en une chorégraphie sonore savante.

Coeytaux, Gilles, Hennino et Julien-Laferrière © Claude Doaré.
Coeytaux, Gilles, Hennino et Julien-Laferrière © Claude Doaré.
Mais le choc musical nous était réservé par le (jeune) Quatuor Ulysse pour le second quatuor à cordes, "The Fourth Quarters', du compositeur anglais Thomas Adès (né en 1971). Pour avoir eu la chance d'admirer leur travail en répétition (pour une recherche patiente et obstinée des belles couleurs et de la vérité de l'œuvre) et son exécution magnifique en concert, nul étonnement d'apprendre que T. Adès leur a confié le soin de la créer au disque.

Convoquant l'héritage des œuvres de géniaux aînés (3), avec cette même radicalité irriguant pleinement un lyrisme tourmenté, mais faisant aussi appel aux techniques les plus modernes de jeu comme à une recherche de sonorités inouïes, les quatre mouvements du quatuor imposaient leurs climats diurne ou nocturne, si intenses et expressifs. Amaury Coeytaux et Perceval Gilles au violon, Léa Hennino à l'alto et Victor Julien-Laferrière au violoncelle ont porté haut, en cet après-midi de dimanche à Deauville, le risque et la vie incandescente de la musique que nous aimons.

(1) Yves Petit de Voize est un acteur incontournable de la vie musicale française par son action inlassable à la Fondation Singer-Polignac (qui a accueilli et soutenu plus de quatre cents jeunes musiciens à ce jour) - entre nombreuses autres activités.
(2) Julien Chauvin a créé en 2015 le Concert de la Loge (orchestre injustement persécuté par un comité tristement célèbre - car gangrené par la corruption - pour l'avoir initialement voulu "Olympique' dans la tradition du XVIIIe siècle).
(3) Debussy, Ravel, Bartok…

Atelier de musique © Claude Doaré.
Atelier de musique © Claude Doaré.
Concerts à réécouter sur le site de la chaîne Culturebox de France Télévisions.

Prochains concerts :
5, 6 et 7 mai 2016.

Programme complet :
>> musiqueadeauville.com

Festival de Pâques de Deauville.
Salle Élie de Brignac.
32, avenue Hocquart de Turtot, Deauville (14).
Tél. : 02 31 14 40 00 ou 02 31 14 14 74.

Christine Ducq
Mercredi 4 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020