La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Nomination de Richard Brunel à la direction de l'Opéra national de Lyon  23/10/2019

© Opéra national de Lyon.
Franck Riester, ministre de la Culture, agrée la candidature de Richard Brunel à la direction générale de l'Opéra national de Lyon, sur proposition de Gérard Collomb, maire de Lyon, et en accord avec Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, le conseil d'administration de l'Opéra national de Lyon sous la Présidence de Rémy Weber. Richard Brunel prendra ses fonctions à compter du 1er septembre 2021.

Richard Brunel dirige actuellement le Centre Dramatique National de Valence dont il a fait un lieu majeur de production en France. Formé à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris auprès de Robert Wilson, Krystian Lupa, Peter Stein et Patrice Chéreau, c'est en 2005 à l'Opéra national de Lyon que Richard Brunel crée sa première mise en scène d'œuvre lyrique. Il a depuis mis en scène de nombreuses productions tant d'œuvres du répertoire (Mozart, Donizetti, Berlioz, Poulenc, etc.), que de créations (Philip Glass, Thierry Escaich, Marco Stroppa…) en France et en Europe.

Il est notamment invité à plusieurs reprises au Festival d'Aix-en-Provence ("L'infedeltà delusa" de Haydn, "Les Noces de Figaro" de Mozart), à l'Opéra de Lille ("Le Trouvère" de Verdi), à l'Opéra-Comique ("Albert Herring" de Britten). "Le Cercle de craie" de Zemlinsky est sa dernière création à l'Opéra national de Lyon. Il a notamment travaillé avec Susanna Mälkki, Lothar Koenigs, Roberto Rizzi Brignoli, Jérémie Rhorer, Alexander Soddy…

Avec toutes les forces vives de l'Opéra national de Lyon, il développera un projet lyrique et chorégraphique ambitieux mêlant de grandes oeuvres du répertoire, des redécouvertes d’œuvres rares et des créations contemporaines. Fort de son expérience, et avec la complicité du chef principal Daniele Rustioni, il veillera à prolonger le rayonnement international et régional de l'institution. Il explorera de nouveaux processus de création qui permettront aux compositeurs, aux chefs d'orchestre, aux metteurs en scène et chorégraphes de la nouvelle génération de faire œuvre à Lyon aux côtés des grands noms d'aujourd'hui. Il portera une grande attention à la jeunesse, à la diversité et à l'accessibilité de tous les publics à l'Opéra national de Lyon, en dialogue permanent avec la cité.

Avant de prendre la direction en septembre 2021, Richard Brunel aura deux ans pour préparer ses premières programmations et assurer une liaison cohérente et efficiente avec Serge Dorny, l'actuel directeur général.

Franck Riester tient à saluer l'action de Serge Dorny, qui a su marquer de manière durable et remarquable la direction de l'Opéra national de Lyon, et déployer avec audace et innovation une programmation rythmée entre répertoire et créations, en attirant des interprètes, metteurs en scène et chorégraphes de tous les horizons.

Serge Dorny a également ouvert l'opéra sur la Ville et le territoire, en tissant des coproductions et tournées et en menant des actions culturelles de haute qualité. Serge Dorny a enfin considérablement développé les ressources propres, de mécénat et de coproduction pour l'opéra. Son travail a été reconnu par de nombreuses récompenses internationales, qui font aujourd'hui de l'Opéra national de Lyon une référence incontestable dans le monde lyrique européen.

Franck Riester salue l'engagement absolu de Serge Dorny au service du rayonnement de l'art lyrique dans un projet ambitieux de partage avec toutes et tous".
La Rédaction

Nouveau commentaire :



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020