La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Nomination de Gustavo Dudamel directeur musical de l'Opéra national de Paris  16/04/2021

L'Opéra national de Paris et son directeur général Alexander Neef sont heureux d'annoncer l'arrivée de Gustavo Dudamel au poste de directeur musical à partir du 1er août 2021, pour six saisons.

"Je suis très heureux que Gustavo Dudamel ait répondu à l'invitation qui lui a été faite de rejoindre l'Opéra national de Paris comme directeur musical. Il compte parmi les chefs les plus talentueux et prestigieux du monde.

Mon choix s'est d'emblée porté sur ce chef d'exception, fasciné dès son plus jeune âge par le monde de l'opéra, et qui a dirigé de nombreux ouvrages lyriques avec tant d'intelligence musicale. En effet depuis une dizaine d'années, j'ai eu la chance de l'entendre aussi bien dans la trilogie Mozart/Da Ponte à la tête du Los Angeles Philharmonic que dans des oeuvres de John Adams et plus récemment dans "Otello" de Verdi au Metropolitan Opera de New York, ou encore au Liceu de Barcelone. J'ai été conquis par sa direction musicale tout comme l'a été son public. À travers nos nombreux échanges, j'ai mesuré à quel point il était celui qui pourrait faire partager et transmettre au plus grand nombre son amour pour l'art lyrique.

Sa nomination s'inscrit dans cette volonté d'ouverture et d'engagement et témoigne d'un projet ambitieux pour continuer de faire rayonner notre institution à travers les productions lyriques et chorégraphiques, les concerts symphoniques programmés dans nos théâtres mais aussi hors les murs, dans un répertoire qui s'étend du classique au contemporain. Son investissement connu dans les projets artistiques et éducatifs, sa conviction qu'il faut rendre la culture accessible à tous, sauront insuffler un nouvel élan et nous accompagner dans notre mission."

Alexander Neef.

"Dès la première note, mon expérience avec les artistes de l'Opéra de Paris a tout simplement été magnifique. Les sensations que j'ai immédiatement ressenties lors de cette rencontre décisive - sentiments de confiance, affinité, musicalité, vision commune - sont nées de cette première rencontre en 2017. Le niveau exceptionnel des musiciens de l'Orchestre et des artistes du Chœur, le lien fort que nous avons pu tisser ensemble lors des répétitions et des représentations de La Bohème sont ce qui m'a fait accepter la proposition d'Alexander Neef.

L'orchestre est un microcosme de la société : beaucoup de gens y jouent des rôles différents pour aboutir à une création commune. L'opéra est un monde en soi, qui contient la totalité de ce dont l'esprit humain est capable en termes de création. Tout en poursuivant ma collaboration avec l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles ainsi qu'avec mes chers musiciens d'El Sistema au Venezuela et dans le monde entier, je veux consacrer, au moins pour les six prochaines saisons, toute mon énergie à créer des moments musicaux d'exception pour notre public, et rendre l'Opéra de Paris toujours plus connecté à l'âme de la ville et du pays qui l'entourent."

Gustavo Dudamel.

Gustavo Dudamel a toujours été soutenu par la croyance que la musique a le pouvoir de transformer les vies, d'inspirer et de changer le monde. Par sa présence sur le podium et son inlassable engagement pour l'éducation artistique, il a introduit la musique classique auprès d'un public nouveau dans le monde entier et a contribué à donner aux populations défavorisées un accès à l'art.

Il a dirigé plus de trente productions d'opéras - en version scénique, semi-scénique ou concertante - sur les scènes lyriques internationales majeures, dont cinq à la Scala de Milan et treize à Los Angeles avec le LA Phil et le LA Opera, dans un répertoire qui s'étend de "Così fan tutte" à "Carmen", d'"Otello" à "Tannhäuser", de "West Side Story" aux opéras contemporains de compositeurs comme John Adams ou Oliver Knussen. Il a fait ses débuts à l'Opéra national de Paris avec "La Bohème" en 2017.

Depuis 2009, Gustavo Dudamel est directeur musical et artistique du Los Angeles Philharmonic. À la tête de cet orchestre, il a dirigé de nombreuses créations de John Adams, Philip Glass, Bryce Dessner, Arvo Pärt, Sofia Gubaidulina, Kaija Saariaho, Gabriela Ortiz, Arturo Márquez ou Esteban Benzecry. Influencé par la philosophie du programme El Sistema, le Los Angeles Philharmonic étend la portée de son programme d'approche communautaire, notamment avec la création en 2007 du Youth Orchestra Los Angeles (YOLA). Au cours de la saison 2020/2021, le YOLA ouvre son propre centre à Inglewood : The Judith and Thomas L. Beckmen YOLA Center, conçu par l'architecte Frank Gehry.

Gustavo Dudamel a enregistré de nombreux albums et DVD qui ont été distingués par trois Grammy Awards, dont le dernier cette année, dans la catégorie "Prestation orchestrale classique", pour son enregistrement de l'intégrale des symphonies de Charles Ives. En 2009, il a été nommé Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres. En 2019, il s'est vu attribuer une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, rejoignant ainsi des personnalités du monde musical comme Leonard Bernstein, Duke Ellington ou Arturo Toscanini.

Gustavo Dudamel est né en 1981 à Barquisimeto (Venezuela). Il est diplômé du programme d'éducation vénézuélien El Sistema fondé en 1975 à l'initiative de José Antonio Abreu et qui encourage le développement social à travers la musique. À l'âge de 18 ans, il est nommé directeur musical de l'Orchestre Symphonique Simón Bolívar du Venezuela. En 2004, vainqueur du premier Concours de direction d'orchestre Gustav Mahler initié par le Bamberger Symphoniker, il voit sa carrière prendre un essor international et il est nommé, de 2007 à 2012, directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Göteborg.

Gustavo Dudamel vit aujourd'hui à Los Angeles et Madrid et considère le Venezuela, les États-Unis et l'Espagne comme ses trois foyers - auxquels viendra bientôt s'ajouter la France.

Communiqué de presse de l'OnP de ce jour.

Photo : Gustavo Dudamel © Julien Mignot/OnP.
La Rédaction

Nouveau commentaire :



Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022