La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Nomination de Gustavo Dudamel directeur musical de l'Opéra national de Paris  16/04/2021

Gustavo Dudamel © Julien Mignot/OnP.
L'Opéra national de Paris et son directeur général Alexander Neef sont heureux d'annoncer l'arrivée de Gustavo Dudamel au poste de directeur musical à partir du 1er août 2021, pour six saisons.

"Je suis très heureux que Gustavo Dudamel ait répondu à l'invitation qui lui a été faite de rejoindre l'Opéra national de Paris comme directeur musical. Il compte parmi les chefs les plus talentueux et prestigieux du monde.

Mon choix s'est d'emblée porté sur ce chef d'exception, fasciné dès son plus jeune âge par le monde de l'opéra, et qui a dirigé de nombreux ouvrages lyriques avec tant d'intelligence musicale. En effet depuis une dizaine d'années, j'ai eu la chance de l'entendre aussi bien dans la trilogie Mozart/Da Ponte à la tête du Los Angeles Philharmonic que dans des oeuvres de John Adams et plus récemment dans "Otello" de Verdi au Metropolitan Opera de New York, ou encore au Liceu de Barcelone. J'ai été conquis par sa direction musicale tout comme l'a été son public. À travers nos nombreux échanges, j'ai mesuré à quel point il était celui qui pourrait faire partager et transmettre au plus grand nombre son amour pour l'art lyrique.

Sa nomination s'inscrit dans cette volonté d'ouverture et d'engagement et témoigne d'un projet ambitieux pour continuer de faire rayonner notre institution à travers les productions lyriques et chorégraphiques, les concerts symphoniques programmés dans nos théâtres mais aussi hors les murs, dans un répertoire qui s'étend du classique au contemporain. Son investissement connu dans les projets artistiques et éducatifs, sa conviction qu'il faut rendre la culture accessible à tous, sauront insuffler un nouvel élan et nous accompagner dans notre mission."

Alexander Neef.

"Dès la première note, mon expérience avec les artistes de l'Opéra de Paris a tout simplement été magnifique. Les sensations que j'ai immédiatement ressenties lors de cette rencontre décisive - sentiments de confiance, affinité, musicalité, vision commune - sont nées de cette première rencontre en 2017. Le niveau exceptionnel des musiciens de l'Orchestre et des artistes du Chœur, le lien fort que nous avons pu tisser ensemble lors des répétitions et des représentations de La Bohème sont ce qui m'a fait accepter la proposition d'Alexander Neef.

L'orchestre est un microcosme de la société : beaucoup de gens y jouent des rôles différents pour aboutir à une création commune. L'opéra est un monde en soi, qui contient la totalité de ce dont l'esprit humain est capable en termes de création. Tout en poursuivant ma collaboration avec l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles ainsi qu'avec mes chers musiciens d'El Sistema au Venezuela et dans le monde entier, je veux consacrer, au moins pour les six prochaines saisons, toute mon énergie à créer des moments musicaux d'exception pour notre public, et rendre l'Opéra de Paris toujours plus connecté à l'âme de la ville et du pays qui l'entourent."

Gustavo Dudamel.

Gustavo Dudamel a toujours été soutenu par la croyance que la musique a le pouvoir de transformer les vies, d'inspirer et de changer le monde. Par sa présence sur le podium et son inlassable engagement pour l'éducation artistique, il a introduit la musique classique auprès d'un public nouveau dans le monde entier et a contribué à donner aux populations défavorisées un accès à l'art.

Il a dirigé plus de trente productions d'opéras - en version scénique, semi-scénique ou concertante - sur les scènes lyriques internationales majeures, dont cinq à la Scala de Milan et treize à Los Angeles avec le LA Phil et le LA Opera, dans un répertoire qui s'étend de "Così fan tutte" à "Carmen", d'"Otello" à "Tannhäuser", de "West Side Story" aux opéras contemporains de compositeurs comme John Adams ou Oliver Knussen. Il a fait ses débuts à l'Opéra national de Paris avec "La Bohème" en 2017.

Depuis 2009, Gustavo Dudamel est directeur musical et artistique du Los Angeles Philharmonic. À la tête de cet orchestre, il a dirigé de nombreuses créations de John Adams, Philip Glass, Bryce Dessner, Arvo Pärt, Sofia Gubaidulina, Kaija Saariaho, Gabriela Ortiz, Arturo Márquez ou Esteban Benzecry. Influencé par la philosophie du programme El Sistema, le Los Angeles Philharmonic étend la portée de son programme d'approche communautaire, notamment avec la création en 2007 du Youth Orchestra Los Angeles (YOLA). Au cours de la saison 2020/2021, le YOLA ouvre son propre centre à Inglewood : The Judith and Thomas L. Beckmen YOLA Center, conçu par l'architecte Frank Gehry.

Gustavo Dudamel a enregistré de nombreux albums et DVD qui ont été distingués par trois Grammy Awards, dont le dernier cette année, dans la catégorie "Prestation orchestrale classique", pour son enregistrement de l'intégrale des symphonies de Charles Ives. En 2009, il a été nommé Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres. En 2019, il s'est vu attribuer une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, rejoignant ainsi des personnalités du monde musical comme Leonard Bernstein, Duke Ellington ou Arturo Toscanini.

Gustavo Dudamel est né en 1981 à Barquisimeto (Venezuela). Il est diplômé du programme d'éducation vénézuélien El Sistema fondé en 1975 à l'initiative de José Antonio Abreu et qui encourage le développement social à travers la musique. À l'âge de 18 ans, il est nommé directeur musical de l'Orchestre Symphonique Simón Bolívar du Venezuela. En 2004, vainqueur du premier Concours de direction d'orchestre Gustav Mahler initié par le Bamberger Symphoniker, il voit sa carrière prendre un essor international et il est nommé, de 2007 à 2012, directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Göteborg.

Gustavo Dudamel vit aujourd'hui à Los Angeles et Madrid et considère le Venezuela, les États-Unis et l'Espagne comme ses trois foyers - auxquels viendra bientôt s'ajouter la France.

Communiqué de presse de l'OnP de ce jour.

Photo : Gustavo Dudamel © Julien Mignot/OnP.
La Rédaction

Nouveau commentaire :





Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022