La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Nomination de Gustavo Dudamel directeur musical de l'Opéra national de Paris  16/04/2021

Gustavo Dudamel © Julien Mignot/OnP.
L'Opéra national de Paris et son directeur général Alexander Neef sont heureux d'annoncer l'arrivée de Gustavo Dudamel au poste de directeur musical à partir du 1er août 2021, pour six saisons.

"Je suis très heureux que Gustavo Dudamel ait répondu à l'invitation qui lui a été faite de rejoindre l'Opéra national de Paris comme directeur musical. Il compte parmi les chefs les plus talentueux et prestigieux du monde.

Mon choix s'est d'emblée porté sur ce chef d'exception, fasciné dès son plus jeune âge par le monde de l'opéra, et qui a dirigé de nombreux ouvrages lyriques avec tant d'intelligence musicale. En effet depuis une dizaine d'années, j'ai eu la chance de l'entendre aussi bien dans la trilogie Mozart/Da Ponte à la tête du Los Angeles Philharmonic que dans des oeuvres de John Adams et plus récemment dans "Otello" de Verdi au Metropolitan Opera de New York, ou encore au Liceu de Barcelone. J'ai été conquis par sa direction musicale tout comme l'a été son public. À travers nos nombreux échanges, j'ai mesuré à quel point il était celui qui pourrait faire partager et transmettre au plus grand nombre son amour pour l'art lyrique.

Sa nomination s'inscrit dans cette volonté d'ouverture et d'engagement et témoigne d'un projet ambitieux pour continuer de faire rayonner notre institution à travers les productions lyriques et chorégraphiques, les concerts symphoniques programmés dans nos théâtres mais aussi hors les murs, dans un répertoire qui s'étend du classique au contemporain. Son investissement connu dans les projets artistiques et éducatifs, sa conviction qu'il faut rendre la culture accessible à tous, sauront insuffler un nouvel élan et nous accompagner dans notre mission."

Alexander Neef.

"Dès la première note, mon expérience avec les artistes de l'Opéra de Paris a tout simplement été magnifique. Les sensations que j'ai immédiatement ressenties lors de cette rencontre décisive - sentiments de confiance, affinité, musicalité, vision commune - sont nées de cette première rencontre en 2017. Le niveau exceptionnel des musiciens de l'Orchestre et des artistes du Chœur, le lien fort que nous avons pu tisser ensemble lors des répétitions et des représentations de La Bohème sont ce qui m'a fait accepter la proposition d'Alexander Neef.

L'orchestre est un microcosme de la société : beaucoup de gens y jouent des rôles différents pour aboutir à une création commune. L'opéra est un monde en soi, qui contient la totalité de ce dont l'esprit humain est capable en termes de création. Tout en poursuivant ma collaboration avec l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles ainsi qu'avec mes chers musiciens d'El Sistema au Venezuela et dans le monde entier, je veux consacrer, au moins pour les six prochaines saisons, toute mon énergie à créer des moments musicaux d'exception pour notre public, et rendre l'Opéra de Paris toujours plus connecté à l'âme de la ville et du pays qui l'entourent."

Gustavo Dudamel.

Gustavo Dudamel a toujours été soutenu par la croyance que la musique a le pouvoir de transformer les vies, d'inspirer et de changer le monde. Par sa présence sur le podium et son inlassable engagement pour l'éducation artistique, il a introduit la musique classique auprès d'un public nouveau dans le monde entier et a contribué à donner aux populations défavorisées un accès à l'art.

Il a dirigé plus de trente productions d'opéras - en version scénique, semi-scénique ou concertante - sur les scènes lyriques internationales majeures, dont cinq à la Scala de Milan et treize à Los Angeles avec le LA Phil et le LA Opera, dans un répertoire qui s'étend de "Così fan tutte" à "Carmen", d'"Otello" à "Tannhäuser", de "West Side Story" aux opéras contemporains de compositeurs comme John Adams ou Oliver Knussen. Il a fait ses débuts à l'Opéra national de Paris avec "La Bohème" en 2017.

Depuis 2009, Gustavo Dudamel est directeur musical et artistique du Los Angeles Philharmonic. À la tête de cet orchestre, il a dirigé de nombreuses créations de John Adams, Philip Glass, Bryce Dessner, Arvo Pärt, Sofia Gubaidulina, Kaija Saariaho, Gabriela Ortiz, Arturo Márquez ou Esteban Benzecry. Influencé par la philosophie du programme El Sistema, le Los Angeles Philharmonic étend la portée de son programme d'approche communautaire, notamment avec la création en 2007 du Youth Orchestra Los Angeles (YOLA). Au cours de la saison 2020/2021, le YOLA ouvre son propre centre à Inglewood : The Judith and Thomas L. Beckmen YOLA Center, conçu par l'architecte Frank Gehry.

Gustavo Dudamel a enregistré de nombreux albums et DVD qui ont été distingués par trois Grammy Awards, dont le dernier cette année, dans la catégorie "Prestation orchestrale classique", pour son enregistrement de l'intégrale des symphonies de Charles Ives. En 2009, il a été nommé Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres. En 2019, il s'est vu attribuer une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, rejoignant ainsi des personnalités du monde musical comme Leonard Bernstein, Duke Ellington ou Arturo Toscanini.

Gustavo Dudamel est né en 1981 à Barquisimeto (Venezuela). Il est diplômé du programme d'éducation vénézuélien El Sistema fondé en 1975 à l'initiative de José Antonio Abreu et qui encourage le développement social à travers la musique. À l'âge de 18 ans, il est nommé directeur musical de l'Orchestre Symphonique Simón Bolívar du Venezuela. En 2004, vainqueur du premier Concours de direction d'orchestre Gustav Mahler initié par le Bamberger Symphoniker, il voit sa carrière prendre un essor international et il est nommé, de 2007 à 2012, directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Göteborg.

Gustavo Dudamel vit aujourd'hui à Los Angeles et Madrid et considère le Venezuela, les États-Unis et l'Espagne comme ses trois foyers - auxquels viendra bientôt s'ajouter la France.

Communiqué de presse de l'OnP de ce jour.

Photo : Gustavo Dudamel © Julien Mignot/OnP.
La Rédaction

Nouveau commentaire :





    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021