La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Grands Prix Sacem 2018 : Angèle, prix Francis Lemarque de la révélation  27/10/2018

Angèle © DR.
La Sacem honorera le 10 décembre prochain le travail d'écriture, de composition et d'édition de ses membres en décernant ses "Grands Prix" lors d'une cérémonie exceptionnelle à la salle Pleyel. Décernés chaque année, à l'issue d'un vote du Conseil d'administration, ceux-ci distinguent un parcours prometteur, la carrière de celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création dans tous les répertoires représentés par la Sacem. Ils reflètent aussi la vitalité et la grande diversité de la scène musicale.

Palmarès 2018
Angèle - Prix Francis Lemarque de la révélation.
"Basique" - Orelsan - Prix Rolf Marbot de la chanson de l'année.
Auteur : Orelsan ; Compositeur : Skread ; Éditeurs : 7th Magnitude, Warner Chappell Music France.
Pierre-Dominique Burgaud - Grand Prix de la chanson française (créateur).
"Chocolat" - Lartiste - Grand Prix de la SDRM.
Auteurs : Lartiste, Awa Imani ; Compositeurs : Joe Rafaa, Samuel Rafalimanana, Yannick Rafalimanana ; Éditeurs : Zayn Corp, Eclipse Time Ltd, Jizamo, Art 57, Awa Imani, Hr Prod aka Purple Money. Réalisateur du clip : Cédrick Cayla.
Jérôme Commandeur - Grand Prix de l'humour.
Étienne de Crécy - Grand Prix des musiques électroniques.
Michel Duval - Because Éditions - Grand Prix de l'édition musicale.
Michel Gondry - Grand Prix de l'auteur-réalisateur de l'audiovisuel.
Imany - Grand Prix du répertoire Sacem à l'export.
MC Solaar - Grand Prix des musiques urbaines.
Pascal Parisot - Grand Prix du répertoire jeune public.
Renaud - Prix Spécial de la Sacem.
Colin Roche - Grand Prix de la musique symphonique (jeune compositeur).
Philippe Rombi - Grand Prix de la musique pour l'image.
Calypso Rose - Grand Prix des musiques du monde.
"Shape Of You" - Ed Sheeran - Prix de l'œuvre internationale de l'année.
Interprète: Ed Sheeran ; Auteurs-compositeurs : Steve Mac, Johnny McDaid, Ed Sheeran ; Éditeurs : Rokstone Music, Spirit B-Unique Polar Patrol, Sony ATV Music Publishing Limited UK ; Sous-éditeurs : Universal Music Publishing, Sony ATV Music Publishing France.
Contient également un sample de "No Scrubs". Interprètes TLC ; Auteurs-compositeurs : Kevin Briggs, Kandi Burruss, Tameka D Cottle ; Éditeurs : Shak Em Down Music, Hitco Music, Pepper Drive Music, Tony Mercedes Music, EMI April Music Inc, Air Control Music, Kandacy Music, Tiny Tam Music ; Sous-éditeurs : BMG Rights Management France, Warner Chappell Music France, EMI Music Publishing France.

Philippe Schoeller - Grand Prix de la musique symphonique (carrière).
Nicola Sirkis - Indochine - Grand Prix de la chanson française (créateur-interprète).
Laurent de Wilde - Grand Prix du jazz.

La cérémonie de la remise des prix aura lieu le lundi 10 décembre à la salle Pleyel (Paris 8e) et sera présentée par Vincent Dedienne.

À propos de la Sacem :
>> sacem.fr
La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) a pour vocation de représenter et défendre les intérêts de ses membres en vue de promouvoir la création musicale sous toutes ses formes (de la musique contemporaine au jazz, rap, hip-hop, chanson française, musique de films, musique à l'image, etc.) mais également d'autres répertoires (jeune public, humour, poésie, doublage-sous titrage...).

Sa mission essentielle est de collecter les droits d'auteur et de les répartir aux auteurs, compositeurs et éditeurs dont les œuvres ont été diffusées ou reproduites. Organisme privé, la Sacem est une société à but non lucratif gérée par les créateurs et les éditeurs de musique qui composent son Conseil d'administration.

Elle compte 164 840 membres dont 20 012 créateurs étrangers issus de 166 nationalités (3 830 nouveaux membres en 2017) et représente plus de 121 millions d'œuvres du répertoire mondial.

Elle compte 500 000 clients qui diffusent de la musique en public : commerces, bars, discothèques, organisateurs de concerts ou d'événements en musique.

En 2017, la Sacem a réparti des droits à 300 000 auteurs, compositeurs et éditeurs dans le monde, au titre de 2,4 millions d'œuvres.

La Rédaction

Nouveau commentaire :



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018