La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Zaragraf, les vagabonds du monde fantastique de la musique sans frontières

Ils sont quatre, musiciens/chanteurs du monde, atypiques, originaux et créatifs... vagabonds aériens virevoltants avec aisance, virtuosité, mais non sans fantaisie et humour, sur les traditions musicales de notre planète pour en concocter des élixirs uniques, inventifs et rafraîchissants. Ils ont réussi à marquer de leur style singulier le PMF (paysage musical français)... et sortent leur sixième album : "VagaMundo GaDjé".



© DR.
© DR.
Au départ, à la première écoute, c'est comme un choc... Une surprise explosive, inattendue, de celle qui vous laisse scotché à votre fauteuil ! Tout d'abord avec la voix de Mira... magique, étonnante, surprenante et prenante, comme sortie d'un dessin animé de Tex Avery, comme un 33 tours qu'on écouterait par distraction en 45 tours (à l'ère du mp3... un comble !)... Comme une mélodie enfantine... Ça surprend... Puis on s'habitue très rapidement, comme envoûté, subjugué et ensorcelé par cette voix hors du commun, à la présence quasi irréelle et fantastique...

Ensuite, avec le feu d'artifice de notes, de rythmes qui, dès le premier choc "vocal" passé, vous explose à la figure comme autant de bulles sonores et pétillantes... distillées par Emmanuel Waffler (guitares), Bruno Manjarres (guitare "flamenca", trompette) et Pepe Martinez (accordéon, tuba), les compagnons de route de Mira... qui tous forment Zaragraf (complété pour ce nouvel opus par Michel Altier à la contrebasse et Laurent Eulry aux saxophones alto et soprano).

© DR.
© DR.
Ensemble, ils élaborent une musique aux polyphonies du monde, à la croisée des chemins orchestraux, fantasques, festifs... Où règne l'alchimie intemporelle des mélanges mélodiques, tonales, stylistiques... sans frontières. Partitions transcontinentales d'un répertoire forgé par plus de quinze ans de voyages métissés... de l'univers musical chatoyant des Balkans au paysages hispaniques du flamenco, en passant par des escapades sonores latines, ou encore de subtiles complaintes réalistes... ou, plus énergiques, des riffs électriques aux accents rock et bluesy.

De ces vagabondages enthousiastes sur les portées multicolores des chants du monde, Zaragraf a déjà "gravé" 5 albums et offerts aux différents publics d'Europe des centaines d'étapes scéniques. "VagaMundo GaDjé" est donc leur sixième réalisation et l'occasion d'un nouveau spectacle "cabaret" bourré de surprises, d'émotions et de bonne humeur.


● Zaragraf "VagaMundo GaDjé".
Production : Mélodia.
Distribution : L'autre Distribution.
Sortie : 6 janvier 2014.

Mira Mrak : chant, violon, tambour.
Emmanuel Waffler : chant, guitares, computer.
Bruno Manjarres : chant, guitare "flamenca", trompette.
Pepe Martinez : chant, accordéon, tuba, cajon.
Invités
Michel Altier : contrebasse.
Laurent Eulry : saxophones alto et soprano.

Tournée
31 janvier 2014 : La Chapelle, Montpellier (30).
8 février 2014 : Théâtre Christian Liger, Nîmes (30).
1er mars 2014 : Salle des Capitelles, Poulx (30).
7 mars 2014 : La bergerie, Bouillargues (30).
21 mars 2014 : Théâtre municipal, Yssingeaux (43).
13 avril 2014 : Salle Polyvalente, Sernhac (30).
26 avril 2014 : Salle polyvalente, Caveirac (30).
14 juin 2014 : La Naute, Aubusson (23).
15 juin 2014 : Festival Swing 41, Salbris (41).
28 juin 2014 : Grand Place, Lédenon (30).
8 juillet 2014 : Festival de Thau, Montbazin (34).
18 juillet 2014 : Parvis des Arènes, Saint-Gilles (30).
26 juillet 2014 : Embrun (04).
15 novembre 2014 : Centre Culturel Le Dôme, Saint-Avé (56).

Gil Chauveau
Lundi 27 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021