La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Zanarelli, distillateur de pop douce et rafraîchissante aux couleurs jaune citron

Après s'être révélé tout d'abord un homme de scène, avec plus de 350 concerts à son actif ces dernières années, Zanarelli passe en studio pour sortir son premier album, "L'Écho des vertiges"… Un état des lieux de ses trente premières années sur la Terre, douze chansons en forme de balades ponctuées d'envolées enthousiastes et de tendres murmures.



© DR.
© DR.
Cinq années de voyages à travers la France, de rencontres et de collaborations ont été utiles à cet auteur-compositeur-interprète - Lyonnais aux racines corse et italienne - pour écrire et composer "L'Écho des vertiges". Les nombreuses premières parties qu'il a effectuées lui ont permis de rencontrer Benjamin Tesquet (Grégory Lemarchal, Élisa Tovati, Élodie Frégé, etc.) et Rémi Durel (Pascal Obispo, Obsidienne Studio, etc.). Ce sont ces derniers qui ont réalisé et arrangé cet opus enregistré à l'Obsidienne Studio.

Dès les premières notes de la batterie introduisant le premier titre, le ton est donné et le chemin emprunté nous dévoile une pop distinguée, organique, très bien produite, d'une grande clarté orchestrale, avec des lignes instrumentales bien définies et pleines de relief.

Côté chant, on découvre un style marqué par une voix aussi efficace dans la douceur des murmures que dans les appuis marqués de toniques plus aiguës, plus énergiques ; et un phrasé limpide, sans contrainte quelle que soit la mesure imposée. Côté composition, ses textes démontrent son sens de la poétique des mots et un talent certain pour concocter des mélodies qui s'immisce avec gourmandise dans nos mémoires. Le tout est agrémenté d'un look d'une impertinente élégance, et d'un visage juvénile où se devine un regard espiègle sur le monde et ses sentiers tantôt amicaux tantôt amoureux.

© DR.
© DR.
"C'est en bien, et tout honneur, que tu me griffes le cœur"… nous dit Zanarelli dans "J'ai adoré"… Une première chanson comme l'essence d'une ritournelle entêtante et joyeuse, à la rythmique, syncopée, entraînante… voire entêtante, genre tube en puissance, bien ficelé et très bien produit. Mesures cadencées efficaces avec des breaks bien marqués et ligne mélodique aguicheuse pour une aventure amoureuse presque désabusée.

Puis petit coup de mou avec le charmant, tendre et presque nostalgique "Bormes-les-Mimosas", susurré à nos oreilles dans un duo avec la chanteuse et comédienne Alka Balbir, pour une promenade dans la belle cité balnéaire célèbre pour ses arbustes méditerranéens aux inflorescences jaune vif.

Solitude, espoir d'un monde meilleur, désespérance d'un amour qui fait naufrage sont quelques-uns des thèmes abordés dans "La nuit noire", avec une ambiance à la fois sombre et dérisoire, soutenue par des nappes de chœur et des arrangements un brin pompeux… mais l'ensemble est cohérent.

Le cinquième titre est une "Invitation" plus enjôleuse et enlevée… Toujours dédiée à la gent féminine… qui semble être la récurrente et louable préoccupation du trentenaire. Celui-ci semble guère apprécier la solitude ("Loin de toi") et préfère, comme tout bon latin, déclarer ses passions, ses ébats nocturnes ("J'aime") et multiplier les états d'âme.

Mais Zanarelli sait aussi nous emmener dans des balades plus géographiques, sur une plage corse ("Campomoro"), même si elles restent destinées à d'éventuelles amantes. Ou nous dévoiler "L'envers du décor" des tristes trahisons, celles ressenties à juste titre ou pas, après des amitiés perdues ou des amours à sens unique.

"L'Écho des vertiges" est l'album d'un homme qui fait les constats, voire le bilan, d'un premier bout de vie, d'où ressort les priorités données à l'amour et à l'amitié, avec aussi ce désir exprimé d'avancer ("J'oublie" et "Changer). Si le parcours est sinueux et pas toujours égal, il est néanmoins prometteur car Zanarelli a su marquer cet album d'une vraie griffe artistique et une possible écriture poétique plus dense est sous-jacente.

● Zanarelli "L'écho des vertiges".
Label : Anakor.
Distribution : Socadisc.
Sortie : 6 octobre 2017.


Gil Chauveau
Jeudi 9 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020