La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Zanarelli, distillateur de pop douce et rafraîchissante aux couleurs jaune citron

Après s'être révélé tout d'abord un homme de scène, avec plus de 350 concerts à son actif ces dernières années, Zanarelli passe en studio pour sortir son premier album, "L'Écho des vertiges"… Un état des lieux de ses trente premières années sur la Terre, douze chansons en forme de balades ponctuées d'envolées enthousiastes et de tendres murmures.



© DR.
© DR.
Cinq années de voyages à travers la France, de rencontres et de collaborations ont été utiles à cet auteur-compositeur-interprète - Lyonnais aux racines corse et italienne - pour écrire et composer "L'Écho des vertiges". Les nombreuses premières parties qu'il a effectuées lui ont permis de rencontrer Benjamin Tesquet (Grégory Lemarchal, Élisa Tovati, Élodie Frégé, etc.) et Rémi Durel (Pascal Obispo, Obsidienne Studio, etc.). Ce sont ces derniers qui ont réalisé et arrangé cet opus enregistré à l'Obsidienne Studio.

Dès les premières notes de la batterie introduisant le premier titre, le ton est donné et le chemin emprunté nous dévoile une pop distinguée, organique, très bien produite, d'une grande clarté orchestrale, avec des lignes instrumentales bien définies et pleines de relief.

Côté chant, on découvre un style marqué par une voix aussi efficace dans la douceur des murmures que dans les appuis marqués de toniques plus aiguës, plus énergiques ; et un phrasé limpide, sans contrainte quelle que soit la mesure imposée. Côté composition, ses textes démontrent son sens de la poétique des mots et un talent certain pour concocter des mélodies qui s'immisce avec gourmandise dans nos mémoires. Le tout est agrémenté d'un look d'une impertinente élégance, et d'un visage juvénile où se devine un regard espiègle sur le monde et ses sentiers tantôt amicaux tantôt amoureux.

© DR.
© DR.
"C'est en bien, et tout honneur, que tu me griffes le cœur"… nous dit Zanarelli dans "J'ai adoré"… Une première chanson comme l'essence d'une ritournelle entêtante et joyeuse, à la rythmique, syncopée, entraînante… voire entêtante, genre tube en puissance, bien ficelé et très bien produit. Mesures cadencées efficaces avec des breaks bien marqués et ligne mélodique aguicheuse pour une aventure amoureuse presque désabusée.

Puis petit coup de mou avec le charmant, tendre et presque nostalgique "Bormes-les-Mimosas", susurré à nos oreilles dans un duo avec la chanteuse et comédienne Alka Balbir, pour une promenade dans la belle cité balnéaire célèbre pour ses arbustes méditerranéens aux inflorescences jaune vif.

Solitude, espoir d'un monde meilleur, désespérance d'un amour qui fait naufrage sont quelques-uns des thèmes abordés dans "La nuit noire", avec une ambiance à la fois sombre et dérisoire, soutenue par des nappes de chœur et des arrangements un brin pompeux… mais l'ensemble est cohérent.

Le cinquième titre est une "Invitation" plus enjôleuse et enlevée… Toujours dédiée à la gent féminine… qui semble être la récurrente et louable préoccupation du trentenaire. Celui-ci semble guère apprécier la solitude ("Loin de toi") et préfère, comme tout bon latin, déclarer ses passions, ses ébats nocturnes ("J'aime") et multiplier les états d'âme.

Mais Zanarelli sait aussi nous emmener dans des balades plus géographiques, sur une plage corse ("Campomoro"), même si elles restent destinées à d'éventuelles amantes. Ou nous dévoiler "L'envers du décor" des tristes trahisons, celles ressenties à juste titre ou pas, après des amitiés perdues ou des amours à sens unique.

"L'Écho des vertiges" est l'album d'un homme qui fait les constats, voire le bilan, d'un premier bout de vie, d'où ressort les priorités données à l'amour et à l'amitié, avec aussi ce désir exprimé d'avancer ("J'oublie" et "Changer). Si le parcours est sinueux et pas toujours égal, il est néanmoins prometteur car Zanarelli a su marquer cet album d'une vraie griffe artistique et une possible écriture poétique plus dense est sous-jacente.

● Zanarelli "L'écho des vertiges".
Label : Anakor.
Distribution : Socadisc.
Sortie : 6 octobre 2017.


Gil Chauveau
Jeudi 9 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018