La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Voix nouvelles au Festival de Royaumont

Du 2 septembre au 8 octobre, l'édition 2017 du Festival de Royaumont offre douze journées de musique et de danse en programmant trente-cinq spectacles dans la sublime abbaye cistercienne, sise au cœur du Parc naturel du Val d'Oise.



Clément Mao-Takacs, Secession Orchestra © DR.
Clément Mao-Takacs, Secession Orchestra © DR.
Parmi les six week-ends thématiques proposés, les 23 et 24 septembre seront consacrés à Vienne, capitale européenne de la musique au tournant des XIXe et XXe siècles. L'occasion de découvrir le Secession Orchestra, en résidence à Royaumont, et son directeur musical, Clément Mao-Takacs.

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre, le fougueux Clément Mao-Takacs a fondé en 2011 le Secession Orchestra (1). Entamant ainsi un exceptionnel parcours d'une cohérence sans faille, ce dynamique directeur musical - de longue date préoccupé par l'avenir du concert classique - ne pouvait que rencontrer le projet artistique de la Fondation Royaumont, désireuse de ne pas se cantonner au répertoire baroque. L'orchestre entame donc une résidence de trois ans tant au festival qu'à la Bibliothèque musicale Mahler (2), liée par un étroit partenariat avec la fondation.

Ouvrir davantage le festival aux répertoires de 1850 à nos jours, mais aussi faire entrer en résonance son travail sur l'insertion professionnelle de jeunes chanteurs - un cœur de mission tant pour Royaumont que pour l'orchestre de Clément Mao-Takacs - se déclinera en de multiples projets. En cette édition 2017 du festival, Secession Orchestra donnera un concert au titre évocateur, "Jardins d'amour", qui entend rendre hommage au lieu exceptionnel d'incubation des arts qu'est Royaumont et son abbaye, ce "vaisseau de pierre posé au milieu d'une si belle forêt" selon les propres mots du jeune chef.

Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Au programme, la très belle "Symphonie Lyrique" d'Alexander von Zemlinsky (1871-1942), compositeur autrichien post-wagnérien tout autant imprégné des influences de Gustav Mahler (la "lyrique" est un hommage aux "Chants de la Terre") que d'Arnold Schönberg.

Cette symphonie pour soprano et baryton, composée sur des poèmes (traduits en allemand) du poète indien Rabindranah Tagore, sera interprétée par l'excellent Stéphane Degout et la soprano Elsa Dreisig. On y tombera aussi sous le charme (au sens fort) de "L'Enchantement du Vendredi Saint", superbe pièce orchestrale extraite du "Parsifal" de Richard Wagner (3), et de "Blumine" (de G. Mahler) exaltant le Printemps sacré, ce "Ver Sacrum" cher aux Sécessionnistes viennois de la fin du XIXe siècle.

Durant la résidence de l'orchestre à la Fondation est prévu l'enregistrement d'un disque. Surtout, les projets à venir permettront de faire vivre les répertoires de la Sécession viennoise, de Richard Wagner, de Claude Debussy et de Richard Strauss, mais aussi de Benjamin Britten (entre autres)… sans oublier des œuvres contemporaines. Le partenariat avec la Bibliothèque musicale Mahler (fondée en 1986 par Maurice Fleuret et Henri-Louis de La Grange) induit également la valorisation par l'orchestre de son riche fonds - non exclusivement malhérien. Notons qu'après un premier concert en mars, un autre hommage sera rendu par Secession Orchestra à H.L. de La Grange (disparu en janvier dernier), le quatre octobre 2017 au Musée d'Orsay avec le grand baryton Thomas Hampson.

Clément Mao-Takacs © DR.
Clément Mao-Takacs © DR.
La résidence à Royaumont implique de surcroît une dimension pédagogique puisque l'orchestre de Clément Mao-Takacs donnera une série de concerts pour des publics d'enfants en éducation prioritaire dans le Val d'Oise. Une mission chère au cœur du jeune chef, toujours indigné par le fait qu'on n'enseigne pas en France la musique "de la maternelle au baccalauréat" pour tous.

Lui, qui aime entreprendre en veillant à jeter des passerelles entre les arts (il est fou de littérature), il se réjouit d'enrichir l'offre culturelle nationale avec la création de deux festivals dont il est directeur artistique : le Festival Intervalles dans le VIIIe arrondissement parisien (4) et le Festival Terraqué à Carnac en Bretagne (5).

Cette année, le Festival de Royaumont poursuit par ailleurs son œuvre d'ouverture avec (par exemple) des concerts consacrés aux "Voix Nouvelles" - ces compositeurs contemporains à faire connaître au grand public -, des journées axées sur "Le Piano romantique" et des spectacles de danse (avec le thème de "L'Abbaye en mouvement").

Si les grands noms de l'art lyrique reviennent à l'abbaye dans une série de récitals (là même où ils furent formés à leurs débuts), de nouveaux invités promettent d'écrire de belles pages du festival tels Christophe Rousset et ses Talens Lyriques. Nul doute cependant que les cinquante jeunes lauréats de la Fondation, distingués dans toutes les disciplines pour cette édition 2017, leur disputeront avec talent les faveurs du public.

(1) L'orchestre a adopté le nom du mouvement artistique de la fin du XIXe siècle, représenté notamment par Gustav Klimt, Egon Schiele ou Koloman Moser.
(2) La bibliothèque se situe au 11 bis, rue de Vézelay à Paris.
(3) Joué plus de soixante-dix fois par Secession Orchestra, "Karfreitag's Zauber" fait partie de "l'ADN de l'orchestre" (dixit C. Mao-Takacs).
(4) Le Festival Intervalles (du 11 au 16 septembre 2017) programme (entre autres) l'orchestre accompagné des deux jeunes chanteurs Edwin Fardini et Eléonore Pancrazi dans des lieder de Mahler.
(5) Le Festival de Terraqué (du 1er au 9 septembre 2017) revendique son identité wagnérienne et une variété de spectacles musicaux tant poétiques que théâtraux. Il programmera des opéras complets du compositeur d'ici cinq ans dans des lieux remarquables de Carnac.

Abbaye de Royaumont, façade © Jérôme Galland.
Abbaye de Royaumont, façade © Jérôme Galland.
Du 2 septembre au 8 octobre 2017.
Festival de Royaumont.
Fondation Royaumont,
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 59 00.
>> royaumont.com

Des navettes sont disponibles au départ de la gare d'Asnières-sur-Oise ou de Châtelet (Paris) à destination de l'abbaye.

>> secessionorchestra.com

Christine Ducq
Lundi 4 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019