La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Voix nouvelles au Festival de Royaumont

Du 2 septembre au 8 octobre, l'édition 2017 du Festival de Royaumont offre douze journées de musique et de danse en programmant trente-cinq spectacles dans la sublime abbaye cistercienne, sise au cœur du Parc naturel du Val d'Oise.



Clément Mao-Takacs, Secession Orchestra © DR.
Clément Mao-Takacs, Secession Orchestra © DR.
Parmi les six week-ends thématiques proposés, les 23 et 24 septembre seront consacrés à Vienne, capitale européenne de la musique au tournant des XIXe et XXe siècles. L'occasion de découvrir le Secession Orchestra, en résidence à Royaumont, et son directeur musical, Clément Mao-Takacs.

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre, le fougueux Clément Mao-Takacs a fondé en 2011 le Secession Orchestra (1). Entamant ainsi un exceptionnel parcours d'une cohérence sans faille, ce dynamique directeur musical - de longue date préoccupé par l'avenir du concert classique - ne pouvait que rencontrer le projet artistique de la Fondation Royaumont, désireuse de ne pas se cantonner au répertoire baroque. L'orchestre entame donc une résidence de trois ans tant au festival qu'à la Bibliothèque musicale Mahler (2), liée par un étroit partenariat avec la fondation.

Ouvrir davantage le festival aux répertoires de 1850 à nos jours, mais aussi faire entrer en résonance son travail sur l'insertion professionnelle de jeunes chanteurs - un cœur de mission tant pour Royaumont que pour l'orchestre de Clément Mao-Takacs - se déclinera en de multiples projets. En cette édition 2017 du festival, Secession Orchestra donnera un concert au titre évocateur, "Jardins d'amour", qui entend rendre hommage au lieu exceptionnel d'incubation des arts qu'est Royaumont et son abbaye, ce "vaisseau de pierre posé au milieu d'une si belle forêt" selon les propres mots du jeune chef.

Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Au programme, la très belle "Symphonie Lyrique" d'Alexander von Zemlinsky (1871-1942), compositeur autrichien post-wagnérien tout autant imprégné des influences de Gustav Mahler (la "lyrique" est un hommage aux "Chants de la Terre") que d'Arnold Schönberg.

Cette symphonie pour soprano et baryton, composée sur des poèmes (traduits en allemand) du poète indien Rabindranah Tagore, sera interprétée par l'excellent Stéphane Degout et la soprano Elsa Dreisig. On y tombera aussi sous le charme (au sens fort) de "L'Enchantement du Vendredi Saint", superbe pièce orchestrale extraite du "Parsifal" de Richard Wagner (3), et de "Blumine" (de G. Mahler) exaltant le Printemps sacré, ce "Ver Sacrum" cher aux Sécessionnistes viennois de la fin du XIXe siècle.

Durant la résidence de l'orchestre à la Fondation est prévu l'enregistrement d'un disque. Surtout, les projets à venir permettront de faire vivre les répertoires de la Sécession viennoise, de Richard Wagner, de Claude Debussy et de Richard Strauss, mais aussi de Benjamin Britten (entre autres)… sans oublier des œuvres contemporaines. Le partenariat avec la Bibliothèque musicale Mahler (fondée en 1986 par Maurice Fleuret et Henri-Louis de La Grange) induit également la valorisation par l'orchestre de son riche fonds - non exclusivement malhérien. Notons qu'après un premier concert en mars, un autre hommage sera rendu par Secession Orchestra à H.L. de La Grange (disparu en janvier dernier), le quatre octobre 2017 au Musée d'Orsay avec le grand baryton Thomas Hampson.

Clément Mao-Takacs © DR.
Clément Mao-Takacs © DR.
La résidence à Royaumont implique de surcroît une dimension pédagogique puisque l'orchestre de Clément Mao-Takacs donnera une série de concerts pour des publics d'enfants en éducation prioritaire dans le Val d'Oise. Une mission chère au cœur du jeune chef, toujours indigné par le fait qu'on n'enseigne pas en France la musique "de la maternelle au baccalauréat" pour tous.

Lui, qui aime entreprendre en veillant à jeter des passerelles entre les arts (il est fou de littérature), il se réjouit d'enrichir l'offre culturelle nationale avec la création de deux festivals dont il est directeur artistique : le Festival Intervalles dans le VIIIe arrondissement parisien (4) et le Festival Terraqué à Carnac en Bretagne (5).

Cette année, le Festival de Royaumont poursuit par ailleurs son œuvre d'ouverture avec (par exemple) des concerts consacrés aux "Voix Nouvelles" - ces compositeurs contemporains à faire connaître au grand public -, des journées axées sur "Le Piano romantique" et des spectacles de danse (avec le thème de "L'Abbaye en mouvement").

Si les grands noms de l'art lyrique reviennent à l'abbaye dans une série de récitals (là même où ils furent formés à leurs débuts), de nouveaux invités promettent d'écrire de belles pages du festival tels Christophe Rousset et ses Talens Lyriques. Nul doute cependant que les cinquante jeunes lauréats de la Fondation, distingués dans toutes les disciplines pour cette édition 2017, leur disputeront avec talent les faveurs du public.

(1) L'orchestre a adopté le nom du mouvement artistique de la fin du XIXe siècle, représenté notamment par Gustav Klimt, Egon Schiele ou Koloman Moser.
(2) La bibliothèque se situe au 11 bis, rue de Vézelay à Paris.
(3) Joué plus de soixante-dix fois par Secession Orchestra, "Karfreitag's Zauber" fait partie de "l'ADN de l'orchestre" (dixit C. Mao-Takacs).
(4) Le Festival Intervalles (du 11 au 16 septembre 2017) programme (entre autres) l'orchestre accompagné des deux jeunes chanteurs Edwin Fardini et Eléonore Pancrazi dans des lieder de Mahler.
(5) Le Festival de Terraqué (du 1er au 9 septembre 2017) revendique son identité wagnérienne et une variété de spectacles musicaux tant poétiques que théâtraux. Il programmera des opéras complets du compositeur d'ici cinq ans dans des lieux remarquables de Carnac.

Abbaye de Royaumont, façade © Jérôme Galland.
Abbaye de Royaumont, façade © Jérôme Galland.
Du 2 septembre au 8 octobre 2017.
Festival de Royaumont.
Fondation Royaumont,
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 59 00.
>> royaumont.com

Des navettes sont disponibles au départ de la gare d'Asnières-sur-Oise ou de Châtelet (Paris) à destination de l'abbaye.

>> secessionorchestra.com

Christine Ducq
Lundi 4 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019