La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Une rentrée très attendue à l'Opéra de Paris avec Mozart !

Grande émotion à Garnier samedi 19 septembre. Philippe Jordan y dirigeait la grande trilogie mozartienne de l'été 1788, les symphonies 39, 40 et 41 (dite "Jupiter") pour un moment de communion extraordinaire entre un public et des musiciens très heureux d'être à nouveau ensemble. Un concert qui sera redonné le dimanche 27 septembre sous le beau plafond de Chagall.



© Éléna Bauer/OnP.
© Éléna Bauer/OnP.
Grands sourires échangés sur scène (une sorte de proscenium construit sur la fosse) et dans la salle (derrière les masques), décidément personne n'a boudé son plaisir le soir du 19 septembre lors du premier concert de l'Orchestre de l'Opéra de Paris d'après confinement. Car il était vraiment très attendu ce concert, après six mois de fermeture de ce lieu prestigieux - et donné en présence du nouveau patron de la maison, Alexander Neef, et de la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, lyricomane comme on ne l'ignore pas.

Le programme de la soirée dédié au divin Mozart a attiré un public nombreux (demi-jauge) qui applaudit avec enthousiasme entre les mouvements des trois symphonies offertes. Nullement décontenancé, le charismatique chef maison, Philippe Jordan, déclare soudainement juste avant d'attaquer la "Jupiter" en troisième partie de soirée que les musiciens et lui sont extrêmement heureux d'accueillir à nouveau le public - la voix manque presque de se briser d'émotion, déchaînant un autre tonnerre d'applaudissements.

Philippe-Jordan © Philippe Gontier/OnP.
Philippe-Jordan © Philippe Gontier/OnP.
Il est des soirs comme celui-là, inoubliable, à marquer d'une croix blanche. D'autant plus que l'interprétation, parfaite, sert idéalement le corpus choisi. Les symphonies 39 à 41, composées en deux mois pendant l'été 1788, au cœur d'une période noire pour Mozart, appartiennent de plein droit au panthéon de ses chefs-d'œuvre. Alfred Einstein ne déclare-t-il pas que Beethoven n'aurait jamais établi le concept d'une "symphonie monumentale" sans le jalon que constituent la Symphonie de Prague (1786) et la grande trilogie de 1788 dans l'histoire de la musique (1) ? Ces trois ultimes symphonies jamais jouées du vivant de son auteur, sont bien selon le mot magnifique d'Einstein "un appel lancé à l'éternité".

Des œuvres que le chef suisse dirige sans partition, mais avec la gestique la plus élégante et passionnée qui soit ; n'hésitant pas à plier sa haute taille pour obtenir tel accent ou tel crescendo, établissant avec ses musiciens des yeux et avec le sourire un lien incessant, tangible. Depuis 2009 qu'il travaille avec eux, on sent bien que la cohésion, l'amitié, la confiance, la complicité ne sont pas de vains mots - et les super solistes de l'orchestre le saluent très chaleureusement à la fin du concert.

Philippe Jordan obtient de tous les pupitres un son chaleureux et noble ; la transparence des timbres le dispute à la vivacité, à la délicatesse, à la virtuosité précise du geste dès la 39e symphonie. Dans la 40e, célébrissime à raison, tant on ne peut prendre plus de plaisir à l'écoute, l'investissement des artistes, leur talent et l'évidente joie de jouer ensemble offrent un pur moment de bonheur intense. Si le chef en accentue clairement l'harmonie classique (le chant pastoral dans l'andante, l'élan serein ailleurs) plutôt que les arrière-plans ténébreux préromantiques, il ne manque pas d'en libérer aussi l'énergie vitale et la puissance émotionnelle.

L'orchestre, en état de grâce, fait briller dans la 41e, la "Jupiter", les mille trouvailles de l'écriture mozartienne, la délicatesse des dialogues, la beauté du contrepoint et de l'architecture générale. Héroïques ou d'une gaieté pleine de vitalité, les sentiments se déploient d'un mouvement à l'autre ; les musiciens se montrant là encore maîtres dans l'art des nuances et des phrasés, des climats antagonistes aux multiples voix chantantes. Sommet du génie orchestral mozartien, cette 41e symphonie clôt avec grandeur une soirée délectable. Il reste une année pour jouir encore à Paris de l'énorme talent du chef suisse, en partance pour l'Opéra de Vienne fin 2021.

Concert donné le 19 septembre 2020.
Prochaine séance le 27 septembre 2020 à 17 h.

Spectacles à venir :
Concert Johann Sebastian Bach le 26 septembre & le 3 octobre 2020 (direction P. Jordan).
Concert Antonio Vivaldi le 4 octobre 2020 à 17 h (direction Frédéric Laroque).
Soir de fête à l'Opéra par les Artistes de l'Académie de l'ONP le 1er octobre 2020 à 20 h.

Réouverture de Bastille le 23 novembre avec le Ring de Richard Wagner en version concert.

Opéra national de Paris.
Salle Garnier, place de l'Opéra, Paris.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Jeudi 24 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021