La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une radiographie de l'obscurantisme dans un langage lumineux… pour tenter d'y voir clair !

"Contagion", Théâtre Paris-Villette, Paris puis à l'Artéphile, Avignon

Ce sont trois petits chapitres construits autour de trois rencontres racontant trois étapes de la vie du personnage principal, Stéphane. Prof au début du spectacle, il se tourne ensuite vers le journalisme de scoop puis vers le métier d'acteur dans l'espoir de pouvoir, comme ceux qu'il croise, accepter la folie meurtrière du monde comme un fait quasi naturel.



© Frédérique Ribis.
© Frédérique Ribis.
La "Contagion" est celle de l'obsession de plus en plus grande, la vampirisation de cette guerre civile mondiale, qui n'est pas seulement, on s'en rend compte, une lutte entre deux factions pour un pouvoir, ni même une lutte idéologique, ni tout à fait une guerre de religion mais une sorte de lèpre, un pourrissement, une réaction du corps social même, issue de la chair de la civilisation qui peu à peu la gangrène. Proliférant chez tous les individus, envahissant les écrans, les discussions, les pensées et même les commerces qui, on le sait, font feu de tout bois depuis la nuit des temps.

Un état d'urgence qui devient un état de fait comme un trou dans un ballon de baudruche que rien ne parvient à obstruer. Il ne reste alors que l'impression de désarroi face à cette béance qui siphonne inexorablement les valeurs des démocraties occidentales. Un désarroi que l'on retrouve chez beaucoup d'artistes, qui restent souvent tétanisés devant les coups portés par les attentats-suicides des intégristes musulmans, tétanisé face à l'incompréhensible.

© Frédérique Ribis.
© Frédérique Ribis.
Pourtant, "Contagion" diffère de ces autres créations. François Bégaudeau choisit de mettre en action son personnage principal plutôt que de le faire discourir ou de lui infliger le schéma coupable/victime. Ce sont trois moments clefs, dans la vie de cet homme confronté à l'influence quasi inexorable de ce virus impalpable. Un homme dans la cinquantaine, encore curieux du monde qui l'entoure, vigilant, mais qui s'aperçoit soudain que quelque chose lui échappe.

Ce qui prime et rend "Contagion" lumineux, c'est la conjugaison extrêmement rare d'un texte subtil, actuel et très observateur, d'une mise en scène doublée d'une direction d'acteur fortes et pures (Valérie Grail) ; et d'une distribution d'une très grande qualité avec Raphaël Almosni dans le rôle de Stéphane, d'une justesse désarmante, et Côme Thieulin capable d'endosser les trois autres rôles avec talent. Il faut souligner ce jeu très "investi-créé" entre les deux comédiens qui se répondent, s'équilibrent, se déséquilibrent parfois dans une très belle performance d'acteurs.

Toute la pièce est parsemée de moments drôles, de moments virtuoses aussi, qui donnent un constant relief au propos qui, sans perdre sa gravité, acquiert une force épique et vivante.

"Contagion", c'est accepter que la question soit question. Car il est difficile d'énoncer clairement l'objet de la question. La radicalisation, les attentats, l'attitude à avoir vis-à-vis de cet état de guerre qui empêche de prendre parti puisqu'il ne dit pas qu'il est en guerre, qui est contre qui. Une guerre inconnue. Une guerre qui ne s'arrête pas aux conflits d'intérêts mais qui pollue et interfère dans toutes les couches de la société et interroge chacun sur son positionnement par rapport au monde, à la réalité, aux valeurs que l'on croyait universelles et à l'intoxication. Tel est la question.

Dans un dernier clin d'œil, démonstration sans fard d'une belle humilité, on se rend compte que le personnage que l'on suit à travers ces trois chapitres se retrouve confronté de fait à chaque rencontre à la même personne (le même acteur), comme si, dans une certaine mesure, lui-même ne voyait chez ces différents individus (qui, d'une certaine manière, sont en phase avec le monde actuel) qu'une seule et même personne. Et qu'au final, ce soit lui, le seul à ne pas être en phase avec le monde. Une humble manière pour l'auteur de glisser ses doutes entre ses mots.

"Contagion"

© Frédérique Ribis.
© Frédérique Ribis.
Texte : François Bégaudeau.
Mise en scène : Valérie Grail.
Avec : Raphaël Almosni, Côme Thieulin et la voix de Marie Thieulin.
Scénographie : Charlotte Villermet.
Lumières : Jean-Luc Chanonat.
Cie Italique.
Durée 1 h 25.

Du 6 au 18 juin 2017.
Mardi, mercredi, jeudi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h, vendredi 9 à 19 h, vendredi 16 à 20 h 45.
Théâtre Paris-Villette, Paris 19e, 01 40 03 72 23.
>> theatre-paris-villette.fr

● Avignon Off 2017 ●
Du 7 au 28 juillet 2017.
Tous les jours à à 16 h 10 (relâche le mercredi).
L'Artéphile, 7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
réservations : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com

Bruno Fougniès
Mardi 6 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020