La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Une grande folie des arts de la rue s'empare de la Provence

03/05/ au 20/05/2013, "La Folle Histoire des Arts de la Rue", Marseille, Marignane, Lambesc, Charleval, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Aureille

Initiée en 2008 par l'association Karwan, "La Folle Histoire des Arts de la Rue" prend une dimension exceptionnelle dans le cadre de Marseille Provence 2013. Après trois éditions qui ont confirmées l'importance et les enjeux de cette manifestation - un champ artistique se nourrissant de décalages, poésies et impertinences en prise directe avec les questionnements du quotidien et de la rue -, la 4e "Folle Histoire des Arts de la Rue" sera plus ambitieuse, se voulant le reflet de ce que sont les Arts de la Rue aujourd'hui en Europe et en Méditerranée.



Installation de feu, Cie Carabosse © Vincent Muteau.
Installation de feu, Cie Carabosse © Vincent Muteau.
Cette édition spéciale débutera par un magnifique spectacle inaugural créé spécialement par la Cie Carabosse, à l’initiative de Karwan*, pour mettre en valeur le nouvel aménagement du Vieux Port qui fait maintenant la part belle à la piétonisation. Dans cet espace redimensionnée, nouveau décor entre ciel, terre et mer, la Cie Carabosse a imaginé une installation, "Le Vieux-Port entre flammes et flots", qui immergera complétement le spectateur dans le vacillement de milliers de flammes.

La Compagnie Carabosse est connu pour ses réalisations féeriques utilisant plutôt les bougies et les flammes douces, à l'inverse de l'explosive pyrotechnie, créant ainsi une immersion magique au milieu de ces petits feux dansants. Grâce à des centaines de pots de fleur emplis de cire dans lesquels brûle une mèche de coton, intégrés à des lianes, des boules, des fontaines, des anneaux, des balancelles, sera créée une large gamme de formes et de mouvements. D’où une infinie variété de compositions et d’effets. “Le Vieux-Port entre Flammes et Flots” investira la totalité du site, quais et plans d’eau et, pour la première fois, il va permettre au public de marcher sur l’eau... grâce à des pontons installés pour l’occasion.

Cie Artonik, "The Color of time" © Tayseer-Getty.
Cie Artonik, "The Color of time" © Tayseer-Getty.
Cette quatrième édition sera aussi l'occasion de retrouver des compagnies locales associées à la première édition de la manifestation en 2008 (Agence Tartar(e), Artonik, Générik Vapeur, ilotopie, No Tunes International) et de découvrir des compagnies d’Europe et de Méditerranée (Grèce, Finlande, Royaume-Uni, Suisse, Tunisie, Algérie, Liban, Palestine, Égypte, etc.). L'ensemble des spectacles présentés montreront les différentes façons d’investir l’espace public : écritures sur mesure (Compagnie Motionhouse ; Compagnie Les Batteurs de Pavés...) ; duo inouï (Gari Grèu/Tartar(e)) ; déambulation (Compagnie Artonik...), parcours urbain (Compagnie Thé à la Rue...), danse contemporaine (Ballet National de Marseille, Compagnie Pernette), sorties de résidence (Compagnie Eekuipoiz) et spectacles de répertoire de compagnie (Dance Theatre Minimi).

Avec en fil rouge, très rouge, imposant, unique, traduit en français, anglais et arabe, le "Porte-Folie" : Camion-expo des Arts de la Rue en Europe et en Méditerranée, ambassadeur du voyage, à visiter librement.

*Karwan est une association créée en 2000 qui a en charge le développement des Arts de la Rue et des Arts du Cirque, prioritairement sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Son objectif est de faire en sorte que les artistes de Rue et de Cirque y jouent le plus possible. Karwan se définie ainsi une équipe de "Bâtisseurs de projets culturels territoriaux” inventant ou soutenant des projets implantés localement, en partenariat avec les acteurs culturels et les collectivités du territoire. Concrètement, l'association intervient dans le domaine du conseil, des ressources, de la conception, du soutien, de la mise en œuvre et de la mise en réseau des projets.

À Marseille

Anne Guiot, directrice de Karwan, et Michel Crespin, fondateur du Festival d'Aurillac, de Lieux Publics et initiateur de La Cité des Arts de la Rue, 2012 © Gil Chauveau.
Anne Guiot, directrice de Karwan, et Michel Crespin, fondateur du Festival d'Aurillac, de Lieux Publics et initiateur de La Cité des Arts de la Rue, 2012 © Gil Chauveau.
● 3 et 4 mai (report possible le 5 mai si intempéries), balade en continu de 20 h 30 à 23 h 30, Le Vieux Port : "Le Vieux-Port entre flammes et flots" par la Compagnie Carabosse.
● 10 et 11 mai, 15 h et 21 h 30, Plage du Prado Nord : "Traction" par la Compagnie Motionhouse (Royaume-Uni).
● 10 et 11 mai, 21 h 30, Square Narvik - Esplanade Saint-Charles : "Sport Fiction" par le Ballet National de Marseille.
● 11 mai, 21 h 30, J4 : "Tartar(e) et Gari Grèu, spectacle musical" par Gari Grèu et Jean-Georges Tartar(e).
● 17 mai, 19 h, dans l'entreprise Descours & Cabaud, avenue des Aygalades : "Gourmandisiaque” par le Théâtre de l’Unité.
● 17 mai, de 21 h 30 à 2 h, Cité des Arts de la Rue : "Moteurs ! à La Cité des Arts de la Rue" avec les habitants de La Cité des Arts de la Rue.
● 17 et 18 mai, de 12 h à 18 h, L'Estaque : "Dream City, voyage à l’Estaque / L’Art en Rue" par Selma et Sofiane Ouissi (Tunisie).
● 19 mai, 21 h 30, J4 : "Waterlitz" par Générik Vapeur.
● 20 mai, 15 h, départ boulevard de Paris, angle Pontevès : "The Color of time" par la Compagnie Artonik.

Dans cinq communes du département des Bouches-du-Rhône

"Dream City" © Abdelatif Snoussi.
"Dream City" © Abdelatif Snoussi.
●8 mai à 10 h 30 et 9 mai à 18 h 30, Marignane : "A Vendre" par la Compagnie Thé à la Rue.
●8 mai à 18 h 30 et 9 mai à 10 h 30, Lambesc : "A Vendre" par la Compagnie Thé à la Rue.
●8 mai à 11 h 30, Marignane : "Absolut Finland" par la Cie Dance Theatre Minimi (Finlande).
●8 mai à 19 h 30, Lambesc : "Absolut Finland" par la Cie Dance Theatre Minimi (Finlande).
●9 mai à 11 h 30, Lambesc : "Manners of Success" par la Cie Dance Theatre Minimi (Finlande).
●9 mai à 19 h 30, Marignane : "Manners of Success" par la Cie Dance Theatre Minimi (Finlande).
●8 et 9 mai à partir de 15 h, Charleval : "Les 3 Mousquetaires”" par Les Batteurs de Pavés (Suisse).
●15 mai à partir de 10 h, Port-Saint-Louis-du-Rhône : "Ithaka 24" par la Compagnie Eekuipoiz (Grèce).
●15 mai à 17 h, Port-Saint-Louis-du-Rhône : "La Collection" par la Compagnie Pernette.
●15 mai à 20 h, Port-Saint-Louis-du-Rhône : "La Faim des Apôtres" par la Cie ilotopie.
●16 mai à 19 h 30, Aureille : "La Collection" par la Compagnie Pernette.
●16 mai à 10 h, Aureille : "Conte abracadabrant" par Les Batteurs de Pavés (Suisse).
●16 mai à 17 h, Aureille : "L’histoire de Princesse Courage" par Les Batteurs de Pavés (Suisse).
●16 mai à 17 h, Aureille : "T’as de la chance d’être mon frère" par la Cie No Tunes International.

● Du vendredi 26 avril au lundi 20 mai 2013 à Marseille, Lambesc, Marginane, Charleval, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Aureille : "Le Porte-Folie", Camion-expo, fil rouge de La Folle Histoire des Arts de la Rue (Traduit en francais, anglais et arabe).

Camion-expo "Le Porte-Folie" dans l'une des cours de La Cité des Arts de la Rue, 2012 © Gil Chauveau.
Camion-expo "Le Porte-Folie" dans l'une des cours de La Cité des Arts de la Rue, 2012 © Gil Chauveau.
Du 3 au 20 mai 2013.
La Folle Histoire des Arts de la Rue, 4e édition,
dans le cadre cette année de Marseille Provence 2013.
Karwan, La Cité des Arts de la Rue,
225, avenue des Aygalades, Marseille 15e.
Tél. : 04 96 15 76 30.

>> follehistoire.fr
>> mp2013.fr

Gil Chauveau
Samedi 27 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019