La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Une comédie musicale survitaminée et réussie sur fond de message écologique

"Polluair la sorcière et le petit peuple vert", Comédie de la Passerelle, Paris

"Ce que j’ai préféré dans le spectacle ? Le spectacle ! Me dit-il d’une voix assurée du haut de ses 4 ans." Connaissez-vous la méchante sorcière ? Cheveux noirs et cœur de pierre ? Qui avait un balai aussi long que son menton ? Une voix aussi rocailleuse qu'un démon ? Des potions made in "maison", des fripes en carton et des godillots en peau de saumon ? Cauchemar ! Trois, deux, un, zéro : Au placard ! Et du balai la sorcière.



© DR.
© DR.
Enfants de 4 à 77 ans : réveillez-vous doucement…
Savez-vous à quoi ressemble la fée ? Peau douce et enveloppe de coton. Robe bleue soyeuse et yeux brillants. Pieds nus, elle se balade dans la forêt caressant de ses jolies mains la surface de la rivière, chantonnant des comptines pour ses amis les animaux et autres fleurs aux noms imaginaires...
Elle porte toujours des noms incroyables comme… Ondine ou Adryade.
Le rêve. Trois, deux, un, zéro : faites entrer les fées s’il vous plaît.

Enfants de 4 à 77 ans : ouvrez les yeux maintenant.
Le rêve devient réalité. Comédie de la Passerelle. Avec une tête blonde de trente ans mon cadet à quelques graines de sésame près… me voilà installée à ses côtés, tous deux les yeux rivés sur l’eau qui recouvre le plateau. Soyez rassurés ! Tout est faux… Ce n’est pas de l’eau qui mouille mais un magnifique tissu qui longe les abords de la scène.

Chut petits et grands… la fée dort. Paisiblement. Les oiseaux se font rares mais ils sont présents, un peu partout, on les entend.

La voilà. Elle se réveille. Adryade elle s’appelle. Ondine, et ses beaux yeux bleus, s’approche, pas légers et jeunesse éternelle.

Bien habillées, tissus recyclés s'il vous plait... belles et naturelles, elles sont sacrées les fées. Ensemble, elles se serrent les ailes pour combattre la méchante… Polluair. C'est le nom étrange de cette sorcière.

© DR.
© DR.
Polluair : Pire qu'un dégât des eaux dans un appartement Haussmannien. Pire qu'une ordure jetée sur le trottoir par un gamin. Pire qu'un lièvre chassé par un bourrin. Polluair la sorcière veut éradiquer le petit peuple vert, empoisonner les jolies fées, endormir la rivière et maltraiter la nature. Son vœu le plus cher est de voir ce paradis se transformer en enfer. Et que trône avec elle, du haut de son château, les poux, les cafards et ses amis les vers de terre.
Carnassière.

Elle a une qualité. Elle chante. L’air est drôle mais les paroles inquiètent. Voilà qu'à côté de moi, mon petit bonhomme sursaute ! Allez ! Les fées, faites-lui sa fête. Ne la laissez pas contaminer les eaux, bousiller la forêt, polluer ce paradis. Chantez-vous aussi. Oui. Elles fredonnent. Se mettent à chanter petit à petit.

Mais elle est douée cette sorcière. Pas le genre à se laisser faire. Tour à tour, mauvaise, déjantée, barrée …elle donne un spectacle survitaminé pour conquérir les bois et les rivières.

Et les fées dans tout ça ? Où sont-elles ? Apeurées ? Non. Impossible que les gentilles soient les plus faibles. Comédie de la Passerelle, on revisite les contes. Les enfants ne veulent pas que la méchante l’emporte. Les petits participent, les grands aux éternelles âmes d’enfants s’en donnent à cœur de joie et a capella les "cui cui", les "baisers doux" et autres potions douces fusent de la jauge au plateau.

Et la sorcière, soudain, fait moins la maline.

J’applaudis devant tant de magie.

Dans ce spectacle écrit habilement par Corinne Aubert et mené baguette battante par Lætitia Richard (qui signe là sa première mise en scène), un trio de comédiennes s’amuse, s’éclate et passe surtout un magnifique message sur une musique tantôt endiablée, tantôt douce et animée pour le plaisir des enfants et des plus grands.

Oui, j’avoue. Mercredi après-midi, à la sortie, j’ai croisé le regard de mon petit bout de 4 ans et dans ses yeux : moi aussi j’avais 4 ans... Par les temps qui courent, ça fait beaucoup de bien.

Poudre de Perlimpinpin !

"Polluair la sorcière et le petit peuple vert"

Comédie musicale écologique de Corinne Aubert.
Mise en scène : Laetitia Richard.
Musique : Régis Delbroucq.
Avec : Angélique Pléau, Marie-Hélène Aubert, Marie Lemiale et, en alternance, Clémentine Stépanoff.
Décor : Camille Debray et Bernard Aubert.
Costumes : Sandrine Lucas et Angélique Pléau.
Par la Cie du Saut de l'Ange.
À partir de 4 ans.

Du 8 janvier au 5 février 2014.
Mercredi à 15 h et samedi à 14 h.
Du 8 février au 1er mars 2014.
Mercredi et samedi à 15 h.
Pendant les vacances scolaires de février :
du mardi au samedi à 15 h.
Comédie de la Passerelle, Paris 20e, 01 43 15 03 70.

Isabelle Lauriou
Jeudi 16 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020