La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Une comédie musicale survitaminée et réussie sur fond de message écologique

"Polluair la sorcière et le petit peuple vert", Comédie de la Passerelle, Paris

"Ce que j’ai préféré dans le spectacle ? Le spectacle ! Me dit-il d’une voix assurée du haut de ses 4 ans." Connaissez-vous la méchante sorcière ? Cheveux noirs et cœur de pierre ? Qui avait un balai aussi long que son menton ? Une voix aussi rocailleuse qu'un démon ? Des potions made in "maison", des fripes en carton et des godillots en peau de saumon ? Cauchemar ! Trois, deux, un, zéro : Au placard ! Et du balai la sorcière.



© DR.
© DR.
Enfants de 4 à 77 ans : réveillez-vous doucement…
Savez-vous à quoi ressemble la fée ? Peau douce et enveloppe de coton. Robe bleue soyeuse et yeux brillants. Pieds nus, elle se balade dans la forêt caressant de ses jolies mains la surface de la rivière, chantonnant des comptines pour ses amis les animaux et autres fleurs aux noms imaginaires...
Elle porte toujours des noms incroyables comme… Ondine ou Adryade.
Le rêve. Trois, deux, un, zéro : faites entrer les fées s’il vous plaît.

Enfants de 4 à 77 ans : ouvrez les yeux maintenant.
Le rêve devient réalité. Comédie de la Passerelle. Avec une tête blonde de trente ans mon cadet à quelques graines de sésame près… me voilà installée à ses côtés, tous deux les yeux rivés sur l’eau qui recouvre le plateau. Soyez rassurés ! Tout est faux… Ce n’est pas de l’eau qui mouille mais un magnifique tissu qui longe les abords de la scène.

Chut petits et grands… la fée dort. Paisiblement. Les oiseaux se font rares mais ils sont présents, un peu partout, on les entend.

La voilà. Elle se réveille. Adryade elle s’appelle. Ondine, et ses beaux yeux bleus, s’approche, pas légers et jeunesse éternelle.

Bien habillées, tissus recyclés s'il vous plait... belles et naturelles, elles sont sacrées les fées. Ensemble, elles se serrent les ailes pour combattre la méchante… Polluair. C'est le nom étrange de cette sorcière.

© DR.
© DR.
Polluair : Pire qu'un dégât des eaux dans un appartement Haussmannien. Pire qu'une ordure jetée sur le trottoir par un gamin. Pire qu'un lièvre chassé par un bourrin. Polluair la sorcière veut éradiquer le petit peuple vert, empoisonner les jolies fées, endormir la rivière et maltraiter la nature. Son vœu le plus cher est de voir ce paradis se transformer en enfer. Et que trône avec elle, du haut de son château, les poux, les cafards et ses amis les vers de terre.
Carnassière.

Elle a une qualité. Elle chante. L’air est drôle mais les paroles inquiètent. Voilà qu'à côté de moi, mon petit bonhomme sursaute ! Allez ! Les fées, faites-lui sa fête. Ne la laissez pas contaminer les eaux, bousiller la forêt, polluer ce paradis. Chantez-vous aussi. Oui. Elles fredonnent. Se mettent à chanter petit à petit.

Mais elle est douée cette sorcière. Pas le genre à se laisser faire. Tour à tour, mauvaise, déjantée, barrée …elle donne un spectacle survitaminé pour conquérir les bois et les rivières.

Et les fées dans tout ça ? Où sont-elles ? Apeurées ? Non. Impossible que les gentilles soient les plus faibles. Comédie de la Passerelle, on revisite les contes. Les enfants ne veulent pas que la méchante l’emporte. Les petits participent, les grands aux éternelles âmes d’enfants s’en donnent à cœur de joie et a capella les "cui cui", les "baisers doux" et autres potions douces fusent de la jauge au plateau.

Et la sorcière, soudain, fait moins la maline.

J’applaudis devant tant de magie.

Dans ce spectacle écrit habilement par Corinne Aubert et mené baguette battante par Lætitia Richard (qui signe là sa première mise en scène), un trio de comédiennes s’amuse, s’éclate et passe surtout un magnifique message sur une musique tantôt endiablée, tantôt douce et animée pour le plaisir des enfants et des plus grands.

Oui, j’avoue. Mercredi après-midi, à la sortie, j’ai croisé le regard de mon petit bout de 4 ans et dans ses yeux : moi aussi j’avais 4 ans... Par les temps qui courent, ça fait beaucoup de bien.

Poudre de Perlimpinpin !

"Polluair la sorcière et le petit peuple vert"

Comédie musicale écologique de Corinne Aubert.
Mise en scène : Laetitia Richard.
Musique : Régis Delbroucq.
Avec : Angélique Pléau, Marie-Hélène Aubert, Marie Lemiale et, en alternance, Clémentine Stépanoff.
Décor : Camille Debray et Bernard Aubert.
Costumes : Sandrine Lucas et Angélique Pléau.
Par la Cie du Saut de l'Ange.
À partir de 4 ans.

Du 8 janvier au 5 février 2014.
Mercredi à 15 h et samedi à 14 h.
Du 8 février au 1er mars 2014.
Mercredi et samedi à 15 h.
Pendant les vacances scolaires de février :
du mardi au samedi à 15 h.
Comédie de la Passerelle, Paris 20e, 01 43 15 03 70.

Isabelle Lauriou
Jeudi 16 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019