La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Un superbe Requiem de Fauré aux Rencontres Musicales de Vézelay

Du 23 au 26 août 2018, la Colline éternelle de Vézelay et ses environs offrent à nouveau leur remarquable théâtre pour la 19e édition des Rencontres Musicales de Vézelay. Parmi tant de pépites au sein de la programmation, la recréation du "Requiem" de Fauré a constitué un moment unique grâce aux talents conjugués de l'Ensemble Aedes et de l'orchestre Les Siècles dirigés par Mathieu Romano.



© François Zuidberg.
© François Zuidberg.
Ces Rencontres Musicales (sous l'égide de François Delagoutte, nouveau directeur de la Cité de la Voix, sise à Vézelay et organisatrice de l'événement) proposent quatre jours émaillés de nombreux rendez-vous (gratuits pour certains parmi les quatre à neuf événements programmés suivant les journées) et un vaste répertoire pour des concerts à géométrie variable : des chansons anglaises de la Guerre de Cent ans (par l'Ensemble Céladon) aux Beatles (par les Brünettes), en passant par la Messe de Cavalli (donnée par le chœur Arsys Bourgogne), "La Résurrection et l'Ascension de Jésus", un oratorio de Carl Philipp Emanuel Bach (par les Arsys et l'Orchestra Pulcinella)… et les chansons patrimoniales (ou pas) françaises, déjantées ou égrillardes interprétées par l'ensemble Les Lunaisiens - entre autres.

En résidence dans cette belle région Bourgogne - Franche-Comté, l'Ensemble Aedes (un des chœurs français les plus respectés actuellement fondé en 2005 par Mathieu Romano), auquel des musiciens des Siècles ont prêté leurs forces, a littéralement recréé la version de 1893 du Requiem de Gabriel Fauré. Une version chambriste (pour petit orchestre et chœur) dont la conception remonte à l'année 1887 mais dont l'écriture s'étale jusqu'en 1893 (date de son exécution après un énième remaniement de l'orchestration, une version dirigée alors par Fauré en l'église de la Madeleine à Paris).

Puis il faut attendre 1900 pour la création de la version symphonique de l'œuvre (peut-être due à l'élève de Fauré, Roger-Ducasse). Cette version de 1893 pour une vingtaine d'instruments (sans violon ni bois) est rarement donnée ; on peut donc parler ici d'une véritable recréation. Mathieu Romano a d'ailleurs tenu à se plonger dans cette partition sans préjugés, sans vouloir s'encombrer outre mesure des traditions interprétatives.

© François Zuidberg.
© François Zuidberg.
Et le jeune chef livre une version à hauteur d'homme, bouleversante, dépouillée de toute afféterie entendue parfois ailleurs du chef-d'œuvre du compositeur français (qui fut, on s'en souvient, le professeur de Ravel). Son Requiem offre un voyage raffiné, spirituel au haut sens du terme mais traversé des angoisses humaines. Mathieu Romano cisèle les rehauts d'une partition aux détails délicats et aux atmosphères contrastées. L'Introït sublime aux accents graves emporte l'auditeur dans les entrelacs d'un tissu orchestral et vocal d'une suavité, d'une finesse et d'une beauté incroyables, pour ne plus le lâcher jusqu'au "In Paradisum" final (un ajout de Fauré à l'office qu'il a remanié à son goût).

On se délecte de la magie des timbres, du sens du mot des chanteurs et de ces dialogues du peuple des fidèles avec l'ange fait femme de la soprano Agathe Boudet (aux aigus stratosphériques dans le "Pie Jesu") et avec le pêcheur, prisonnier de son doute métaphysique (le beau baryton Jérémie Delvert). Clarté, homogénéité, entrées parfaitement placées à unique, double ou quatre voix, tout concourt à donner la certitude qu'il s'agit là d'une exécution idéale - qu'on n'est pas prêt d'oublier.

L'écriture instrumentale, au nuancier envoûtant, permet au cor, à l'alto des interventions qui serrent le cœur en de superbes solos (le "Hostias", le "Sanctus"). En première partie du spectacle, a cappella, l'Ensemble Aedes a brillé également dans un dispositif ingénieusement spatialisé, d'abord dans les "Litanies à la Vierge noire", puis dans les "Quatre petites prières de saint François d'Assise", et la Messe en sol majeur de Francis Poulenc.

Le chœur a enrichi sa palette avant l'entracte avec les "Trois chansons de Charles d'Orléans" de Claude Debussy. Dans ces derniers chants, le chœur a fait partager au public le plaisir sensuel du compositeur, travaillant sur ces vers médiévaux - sans lui, à la saveur perdue ("Hiver, vous n'êtes qu'un villain !"). Le concert s'est terminé naturellement sur un impeccable bis consacré au "Cantique de Jean Racine" de Fauré.

Sur le site du festival, il faut consulter le blog inventif maison qui offre de nombreux reportages et enregistrements passionnants des concerts et des artistes invités, en attendant les vingt ans du festival l'an prochain.

Du 23 au 26 août 2018.
Rencontres Musicales de Vézelay.
Vézelay (Yonne), Région Bourgogne - Franche-Comté.
Tél. : 03 86 94 84 40.
>> rencontresmusicalesdevezelay.com

Christine Ducq
Lundi 27 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011