La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Un superbe Requiem de Fauré aux Rencontres Musicales de Vézelay

Du 23 au 26 août 2018, la Colline éternelle de Vézelay et ses environs offrent à nouveau leur remarquable théâtre pour la 19e édition des Rencontres Musicales de Vézelay. Parmi tant de pépites au sein de la programmation, la recréation du "Requiem" de Fauré a constitué un moment unique grâce aux talents conjugués de l'Ensemble Aedes et de l'orchestre Les Siècles dirigés par Mathieu Romano.



© François Zuidberg.
© François Zuidberg.
Ces Rencontres Musicales (sous l'égide de François Delagoutte, nouveau directeur de la Cité de la Voix, sise à Vézelay et organisatrice de l'événement) proposent quatre jours émaillés de nombreux rendez-vous (gratuits pour certains parmi les quatre à neuf événements programmés suivant les journées) et un vaste répertoire pour des concerts à géométrie variable : des chansons anglaises de la Guerre de Cent ans (par l'Ensemble Céladon) aux Beatles (par les Brünettes), en passant par la Messe de Cavalli (donnée par le chœur Arsys Bourgogne), "La Résurrection et l'Ascension de Jésus", un oratorio de Carl Philipp Emanuel Bach (par les Arsys et l'Orchestra Pulcinella)… et les chansons patrimoniales (ou pas) françaises, déjantées ou égrillardes interprétées par l'ensemble Les Lunaisiens - entre autres.

En résidence dans cette belle région Bourgogne - Franche-Comté, l'Ensemble Aedes (un des chœurs français les plus respectés actuellement fondé en 2005 par Mathieu Romano), auquel des musiciens des Siècles ont prêté leurs forces, a littéralement recréé la version de 1893 du Requiem de Gabriel Fauré. Une version chambriste (pour petit orchestre et chœur) dont la conception remonte à l'année 1887 mais dont l'écriture s'étale jusqu'en 1893 (date de son exécution après un énième remaniement de l'orchestration, une version dirigée alors par Fauré en l'église de la Madeleine à Paris).

Puis il faut attendre 1900 pour la création de la version symphonique de l'œuvre (peut-être due à l'élève de Fauré, Roger-Ducasse). Cette version de 1893 pour une vingtaine d'instruments (sans violon ni bois) est rarement donnée ; on peut donc parler ici d'une véritable recréation. Mathieu Romano a d'ailleurs tenu à se plonger dans cette partition sans préjugés, sans vouloir s'encombrer outre mesure des traditions interprétatives.

© François Zuidberg.
© François Zuidberg.
Et le jeune chef livre une version à hauteur d'homme, bouleversante, dépouillée de toute afféterie entendue parfois ailleurs du chef-d'œuvre du compositeur français (qui fut, on s'en souvient, le professeur de Ravel). Son Requiem offre un voyage raffiné, spirituel au haut sens du terme mais traversé des angoisses humaines. Mathieu Romano cisèle les rehauts d'une partition aux détails délicats et aux atmosphères contrastées. L'Introït sublime aux accents graves emporte l'auditeur dans les entrelacs d'un tissu orchestral et vocal d'une suavité, d'une finesse et d'une beauté incroyables, pour ne plus le lâcher jusqu'au "In Paradisum" final (un ajout de Fauré à l'office qu'il a remanié à son goût).

On se délecte de la magie des timbres, du sens du mot des chanteurs et de ces dialogues du peuple des fidèles avec l'ange fait femme de la soprano Agathe Boudet (aux aigus stratosphériques dans le "Pie Jesu") et avec le pêcheur, prisonnier de son doute métaphysique (le beau baryton Jérémie Delvert). Clarté, homogénéité, entrées parfaitement placées à unique, double ou quatre voix, tout concourt à donner la certitude qu'il s'agit là d'une exécution idéale - qu'on n'est pas prêt d'oublier.

L'écriture instrumentale, au nuancier envoûtant, permet au cor, à l'alto des interventions qui serrent le cœur en de superbes solos (le "Hostias", le "Sanctus"). En première partie du spectacle, a cappella, l'Ensemble Aedes a brillé également dans un dispositif ingénieusement spatialisé, d'abord dans les "Litanies à la Vierge noire", puis dans les "Quatre petites prières de saint François d'Assise", et la Messe en sol majeur de Francis Poulenc.

Le chœur a enrichi sa palette avant l'entracte avec les "Trois chansons de Charles d'Orléans" de Claude Debussy. Dans ces derniers chants, le chœur a fait partager au public le plaisir sensuel du compositeur, travaillant sur ces vers médiévaux - sans lui, à la saveur perdue ("Hiver, vous n'êtes qu'un villain !"). Le concert s'est terminé naturellement sur un impeccable bis consacré au "Cantique de Jean Racine" de Fauré.

Sur le site du festival, il faut consulter le blog inventif maison qui offre de nombreux reportages et enregistrements passionnants des concerts et des artistes invités, en attendant les vingt ans du festival l'an prochain.

Du 23 au 26 août 2018.
Rencontres Musicales de Vézelay.
Vézelay (Yonne), Région Bourgogne - Franche-Comté.
Tél. : 03 86 94 84 40.
>> rencontresmusicalesdevezelay.com

Christine Ducq
Lundi 27 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018