La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tristan et Isolde" et "Elektra" au Festival Mémoires à Lyon

Pour le festival annuel de l'Opéra de Lyon, Serge Dorny a souhaité faire revivre trois productions mémorables de la scène allemande du XXe siècle (1), parmi lesquelles "Elektra" de Richard Strauss par Ruth Berghaus et "Tristan und Isolde" de Richard Wagner, revu par Heiner Müller pour Bayreuth en 1993. Ces lectures encore polémiques d'un point de vue scénique se révèlent cependant inoubliables dans cette reprise lyonnaise grâce aux chanteurs et à l'immense chef Hartmut Haenchen.



"Elektra" © Stofleth.
"Elektra" © Stofleth.
Constituant un événement en soi puisque voir et revoir ces deux chefs-d'œuvre que sont "Elektra" et le "Tristan" sur scène constitue une raison de vivre incontestable, l'idée de faire connaître au public français des productions qui marquèrent les esprits semble aller de soi. A fortiori quand il s'agit du travail d'artistes originaires de l'Allemagne de l'Est, aujourd'hui disparus, tels Ruth Berghaus considérée comme une des créatrices du "Regietheater" (2) et Heiner Müller, longtemps à la tête du Berliner Ensemble, dont la seule incursion à l'opéra se fit pour le Festival de Bayreuth à l'invitation de Wolfgang Wagner.

Représentatif de cette école allemande inspirée par Brecht et Felsenstein, leur travail est redécouvert aujourd'hui à Lyon grâce à l'expertise de leurs assistants et parfois acteurs de l'époque, invités à veiller sur ces recréations : Stephan Suschke, ayant assuré les reprises du "Tristan" à Bayreuth après la mort de H. Müller en 1995, et pour la production d'"Elektra" créée en 1986 au Semperoper de Dresde (3), le décorateur Hans Dieter Schaal, la costumière Marie-Luise Strandt (entre autres) et son chef de l'époque, Hartmut Haenchen lui-même.

"Tristan et Isolde" © Stofleth.
"Tristan et Isolde" © Stofleth.
La lecture proposée par Heiner Müller pour "Tristan und Isolde", ce sommet de l'opéra occidental, est pour le moins toujours dérangeante près de trente ans après sa création. Choisissant l'analyse au scalpel des enjeux de l'œuvre, en particulier les rapports de la passion et du politique, il emprisonne à l'acte I les chanteurs dans un tableau abstrait, qui évoque Rothko ou Malevitch.

D'abord isolés dans des espaces étanches (Tristan et son fidèle Kurwenal en haut, contre le mur du fond de scène, Isolde et Brangäne en bas dans un carré creusé aux murs invisibles), les personnages seront poussés par la passion qui consume à se rejoindre. Implacablement, le vassal du Roi Marke devra descendre la pente fatale déstabilisant le plateau. Ils pourront aussi enlever leur collerette de plexiglas, bien incommode.

Remarquablement éclairé (par Manfred Voss), l'espace se fera tout aussi étouffant aux actes suivants : une scène cernée par d'immenses murs et envahie d'armures à l'acte II (en lieu et place du jardin attendu) et une pièce non moins fermée à toute échappée, détruite, pleine de gravats, comme si le château de dans lequel git Tristan agonisant à Karéol (Wagner place son héros sous un tilleul devant ledit château à l'acte III) avait été bombardé.

Armures envahissantes, ruines, c'est ici la métaphore de tout ce qu'a détruit le désir dévorant bu avec le philtre (le désir, manifeste d'une Volonté toute schopenhaurienne), comme l'écrivait le compositeur lui-même (4). On sait que la mise en scène provoqua des dissensions à Bayreuth entre les chanteurs et H. Müller ; comment ne pas le comprendre ? Ce "Tristan" froid comme la glace (Müller y testait son concept de "tempête gelée" selon Suschke) évacue malheureusement toute velléité d'échappée, d'ensorcellement, et même cette possibilité de "devenir fou" que prophétisait son créateur (5), recherchée par tous les fidèles de la religion tristanienne.

Harmut Haenchen fait heureusement briller de tous ses éclats et coloris le flot continu et modulatoire d'une partition hypnotique. Après un Prélude, qui surprend d'abord par son choix d'un tempo très (trop ?) lent, détaillant minutieusement toutes les phrases (dont les motifs du philtre, du regard), peut-être plus majestueux que troublant, le raffinement souverain du fondu obtenu en fosse emporte tout, ensuite, en une alchimie rare - grâce à de superbes effets de dynamiques et d'architecture des plans sonores.

"Tristan et Isolde" © Stofleth.
"Tristan et Isolde" © Stofleth.
L'Isolde de la soprano danoise Ann Petersen se révèle plus que convaincante, toute en subtilité et dotée d'un souffle interminable (malgré l'acidité perceptible dans les aigus au premier acte, inconvénient résolu ensuite). Son "Liebestod" final est magistral. Le Tristan de Daniel Kirch, inexistant jusqu'au début de la deuxième partie du duo brûlant de l'acte II - et qu'on entend à plus d'une reprise manquer ses passages de registres - émeut finalement, comme emporté malgré lui dans le torrent wagnérien. Eve-Maud Hubeaux est une Brangäne infiniment touchante pour cette prise de rôle. Notons aussi les excellents Alejandro Marco-Buhrmester (Kurwenal) et Christof Fischesser, roi Marke de très grande classe.

Un beau chanteur qu'on retrouve le lendemain dans le rôle d'Oreste, bras vengeur de l'Elektra de Strauss. Disons tout de suite que la proposition de Ruth Berghaus est infiniment plus séduisante. D'abord parce que la volonté de placer l'énorme orchestre straussien sur scène (pour cause de fosse trop petite à sa création) constitue un régal sans égal alors que l'orchestre de l'Opéra de Lyon atteint des sommets sous la baguette de H. Haenchen - chef impavide de soixante quatorze ans enchaînant sans fatigue apparente les deux spectacles.

"Elektra" © Stofleth.
"Elektra" © Stofleth.
Dissonances dionysiaques, force tragique ou attendrissement lyrique d'une musique qui prédit et révèle les pensées et les prémonitions des personnages, constituant un événement en soi avec ses paroxysmes rythmant une orchestration sublime, tout est magnifié par le chef allemand qui ne sacrifie pas la musicalité à la sauvagerie inhérente à cette tragédie primitive - grandiose réussite dès la première collaboration de Richard Strauss et Hugo von Hoffmannsthal.

Au sommet d'une tour à l'architecture Art Nouveau, dessinant des lignes épurées et élégantes, faisant aussi office de plongeoir de piscine, Elena Pankratova est une Elektra parfaite, vierge impitoyable, bacchante, vraie chienne enragée et princesse blessée, sacrifiée dans les guerres intimes des Atrides. Elle domine sans peine un rôle réputé pour sa difficulté. Les autres chanteurs se hissent à sa hauteur, la Chrysothémis de Katrin Kapplusch et la Clytemnestre de Lioba Braun, entre autres. Tous, chef, orchestre et équipe artistique, nous offrent une "Elektra" de très haut lignage, comme nous n'en reverrons peut-être plus.

(1) "Le Couronnement de Poppée" de Monteverdi par K. M. Grüber a été donné à l'Opéra de Vichy.
(2) Cette école venue de l'Est entend créer une distance analytique avec l'œuvre.
(3) Lieu où l'opéra fut créé en 1909.
(4) "(…) monde, puissance, gloire, splendeur, honneur, esprit chevaleresque, fidélité, amitié moururent tel un rêve illusoire. Seule une chose survivait : le désir, le désir inextinguible, qui s'engendre éternellement de lui-même (…) seule délivrance - la mort (…)", R. Wagner.
(5) Dans une lettre à Mathilde Wesendonck.


Spectacles vus les 25 et 26 mars 2017.

Prochaines dates :
"Elektra"
Jeudi 30 mars, samedi 1er avril 2017 à 20 h.
"Tristan und Isolde"
Dimanche 2, mercredi 5 avril 2017 à 18 h 30.

"Tristan et Isolde" © Stofleth.
"Tristan et Isolde" © Stofleth.
Opéra national de Lyon.
Place de la Comédie (69).
Tél. : 04 69 85 54 54.
>> opera-lyon.com

"Tristan und Isolde" (1865).
Action en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
En allemand surtitré en français.
Durée : 3 h 50 avec deux entractes.

Hartmut Haenchen, direction musicale.
Heiner Müller, mise en scène.
Erich Wonder, décors.
Yohji Yamamoto, costumes.
Manfred Voss, lumières.
Stephan Suschke, réalisation de la mise en scène.

"Elektra" © Stofleth.
"Elektra" © Stofleth.
"Elektra" (1909).
Tragédie musicale en un acte.
Musique de Richard Strauss (1864-1949).
Livret de H. von Hoffmannsthal.
En allemand surtitré en français.
Durée : 1 h 45.

Hartmut Haenchen, direction musicale.
Ruth Berghaus, mise en scène.
Hans Dieter Schaal, décors.
Marie-Luise Strandt, costumes.
Ulrich Niepel, lumières.
Katharina Lang, réalisation de la mise en scène.

Orchestre, Chœurs et Studio de l'Opéra de Lyon.
Philip White, chef des chœurs.

Christine Ducq
Jeudi 30 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022