La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

"Théâtre en mai", festival du 19 au 28 mai 2017 à Dijon

Depuis quelques années, "Théâtre en mai" est devenu un rendez-vous incontournable dans le paysage théâtral français. Jeunes compagnies, artistes confirmés et spectateurs de tous âges s’y retrouvent avec un plaisir palpable. Et pour accompagner les plaisirs spirituels, quoi de mieux que d'organiser quelques voyages culinaires à la table festivalière en fêtant la future Cité internationale de la gastronomie.



"Le Temps et la Chambre" © Michel Corbou.
"Le Temps et la Chambre" © Michel Corbou.
Organisé par le Théâtre Dijon Bourgogne - CDN et son actuel directeur Benoît Lambert, "Théâtre en mai" présente une programmation riche, pleine de jeunesse, audacieuse, variée et créative… tout en étant un lieu d’échanges et de débats très précieux pour ces jeunes équipes qui, chaque année depuis 2013, sont parrainées par une grande figure de la scène.

Après Matthias Langhoff, Pierre Debauche, Jean-Pierre Vincent, Maguy Marin, c’est Alain Françon qui est le parrain cette édition 2017. Metteur en scène, acteur, pédagogue et directeur de théâtre, Alain Françon est un amoureux des textes, un maître de théâtre précis et exigeant, qui traque dans les partitions dramatiques les contradictions de notre humaine condition. Grand défricheur des écritures d’aujourd’hui, il a découvert des auteurs aussi essentiels que Michel Vinaver ou Enzo Cormann. À "Théâtre en mai", il présente en ouverture du festival sa dernière création (novembre 2016) : "Le Temps et la Chambre" de Botho Strauss (texte français de Michel Vinaver), avec une magnifique distribution où l'on retrouve notamment Dominique Valadié et Jacques Weber.

"Cannibale" © Jean-Antoine Raveyre.
"Cannibale" © Jean-Antoine Raveyre.
Pour cette édition 2017, on ne trouve pas moins de dix créations sur les quatorze spectacles programmés. C'est l'un des points forts du festival dijonnais. Celui-ci démarre par "Nous savons", de la Loop Cie (en résidence de création au Théâtre Dijon Bourgogne - CDN), mis en scène d'Étienne Parc. "En 2011 éclate l’affaire Renault, une histoire d’espionnage industriel fictif. À partir du réel, Étienne Parc et ses cocréateurs trament une fiction documentée décalée, incise un système vide et violent. C’est sidérant, mais si absurde que c’en est drôle. Un thriller politico-économique ? Une vaste comédie."

Suivent :
"Détruire" par Les Roches Blanches, d'après "Détruire dit-elle" de Marguerite Duras (Éditions de Minuit), adaptation, mise en scène de Jean-Luc Vincent.
"MayDay" par la Cie l’In-quarto, un texte de Dorothée Zumstein mis en scène par Julie Duclos.

"Disgrâce" © Simon Gosselin.
"Disgrâce" © Simon Gosselin.
"Chroniques d'une révolution orpheline" par le Grenier Neuf. D’après les textes "Online", "Tu peux regarder la caméra ?", "Youssef est passé par ici" de Mohammad Al Attar. Traduction de Jumana Al-Yasiri, Leyla-Claire Rabih et mise en scène de Leyla-Claire Rabih.
"Récits des événements futurs" par la Cie Théâtre Déplié, écriture et mise en scène d'Adrien Béal.
"Nachlass, pièces sans personnes", spectacle déambulatoire, par Rimini Protokoll, conçu par Stefan Kaegi et Dominic Huber.
"Disgrâce" de l'Extime Cie. D’après le roman "Disgrâce" de John Maxwell Coetzee, traduit par Catherine Lauga du Plessis (Éditions du Seuil). Mise en scène de Jean-Pierre Baro.
"Cannibale" par le Collectif X, d'après une histoire originale de Maud Lefebvre. Texte d'Agnès D'halluin mis en scène par Maud Lefebvre.
"Effleurement" par la Cie Pétrole. Texte d'Asja Srnec Todorović traduit par Christine Chalhoub et mis en scène par Clara Chabalier.
"Une maison de poupée", librement adapté de la pièce d’Henrik Ibsen par Lorraine de Sagazan. Conçu et mis en scène par Lorraine de Sagazan. Une production de La Brèche.

"Effleurement" © Marikel Lahana.
"Effleurement" © Marikel Lahana.
"Où les cœurs s'éprennent" par la Cie 8 avril. D’après les scénarios de "Les Nuits de la Pleine Lune" et "Le Rayon Vert" d’Éric Rohmer. Mise en scène Thomas Quillardet. Adaptation collective pour "Les Nuits de la Pleine Lune" et adaptation réalisée par Marie Rémond et Thomas Quillardet pour "Le Rayon Vert".
"La ballade du tueur de conifères" par Cie Ces Messieurs Sérieux. Texte de Rebekka Kricheldorf, traduit par Emmanuel Béhague et mis en scène par Renaud Diligent.
"Mais il faut bien vivre !" par le Primesautier Théâtre. Librement inspirée d’œuvres de Richard Hoggart et mis en scène par Antoine Wellens.

En complément des spectacles :
Dimanche 21 mai à 11 h, ENSA Dijon (durée 2 h)
Conversation avec Alain Françon. Animée par Olivier Neveux, professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'École Normale Supérieure de Lyon et rédacteur en chef de la revue "Théâtre/Public".

"MayDay" © Jean-Louis Fernandez.
"MayDay" © Jean-Louis Fernandez.
Rencontre professionnelle :
Lundi 22 et mardi 23 mai (réservé aux programmateurs).
RIDA - Rencontre Interrégionale de Diffusion Artistique.
L’Onda - Office National de Diffusion Artistique, en collaboration avec le Théâtre Dijon Bourgogne - CDN, organise une réunion à destination des programmateurs.

"Un Jour, Un Chef"
Depuis 2014, le Théâtre Dijon Bourgogne fête la future Cité internationale de la Gastronomie (ouverture prévue en 2018) en s’associant à différents chefs locaux pour donner à sa table festivalière une dimension gastronomique. Ainsi du 17 au 28 mai, "Un Jour, Un Chef" propose midi et soir une formule (entrée, plat, dessert) dans le restaurant de la salle du Parvis.

Calendrier complet ci-dessous :

"Théâtre en mai 2017"

Du 19 au 28 mai 2017.
Théâtre Dijon Bourgogne -CDN, Dijon (21).
Réservations : Parvis Saint-Jean au 03 80 30 12 12.
>> tdb-cdn.com

Gil Chauveau
Jeudi 18 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016