La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Symphonie des Mille"… un monument mahlérien offert par les formations de Radio France aux Chorégies d'Orange

Le 29 juillet, les quatre formations musicales de Radio France et le Chœur Philharmonique de Munich unissent leurs forces pour donner l'incroyable huitième symphonie de Mahler dite des "Mille" à l'occasion du 150e anniversaire des Chorégies d'Orange.



Orchestre philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Orchestre philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Un concert-événement exceptionnel à plusieurs titres. D'abord par l'extrême rareté de cette symphonie sur nos scènes - le plus souvent inconnue du public et, pour cause, elle nécessite un effectif monstre : deux orchestres, trois chœurs (dont un d'enfants). De là son surnom de "Symphonie des Mille" dû à l'imprésario chargé de la publicité à la création de l'œuvre à Munich en 1910.

L'événement consiste aussi dans les retrouvailles de l'Orchestre National de France, de l'Orchestre Philharmonique, du Chœur et de la Maîtrise de Radio France pour recréer cette "monumentale cathédrale sonore" (1) plus de quarante ans après l'avoir donnée dans le Théâtre Antique d'Orange (2). Événement toujours, aux côtés de nos grandes phalanges que cette distribution de haut-vol : huit solistes dont Ricarda Merbeth (Una poenitentium), Meagan Miller (Magna Peccatrix), Nikolaï Schukoff (Doctor Marianus) ou encore Albert Dohmen (Pater profondus), tous dirigés par le chef Jukka-Pekka Saraste.

Enfin la Symphonie n° 8 est une œuvre superlative à découvrir absolument. Elle constitue en soi un événement tant par ses dimensions (une heure vingt environ) que par son originalité tant dans l'histoire de la musique symphonique que dans l'œuvre de Mahler. Composée en deux mois dans le fameux Haüschen à Maiernigg pendant l'été 1906, la symphonie en deux mouvements - entièrement vocale (excepté une introduction au début du deuxième mouvement) - est fondée sur un hymne écrit par un moine bénédictin du IXe siècle (le "Veni Creator Spiritus") en latin célébrant l'Esprit Créateur et la scène finale du "Second Faust" de Goethe (en allemand) pour le deuxième mouvement le plus long jamais écrit par le compositeur autrichien. Un vaste chant mystique du propre aveu de Mahler qui se sentit, écrit-il en 1906, devenir "l'instrument de forces supérieures" pendant sa conception dans le Wörthersee.

Orchestre National de France © DR.
Orchestre National de France © DR.
Une œuvre optimiste qu'il veut "dispensatrice de joie", "un don à la nation invitée à entendre (…) l'univers entier en train de sonner et résonner. Il ne s'agit plus de voix humaines, mais de planètes et de soleils en pleine rotation". Plus grand triomphe public de Mahler, la création de cette cosmique "Symphonie des Mille" le 12 septembre 1910 à Munich en présence de nombreuses personnalités (3) est à tous égards l'apothéose de sa carrière. Alors même que le compositeur traverse une crise majeure dans sa cinquantième année. Entre les répétitions estivales, il a même rejoint Sigmund Freud en Hollande pour une séance-promenade (de thérapie) de quatre heures. N'est-il pas bouleversé par l'infidélité d'Alma, une santé précaire due à ses problèmes cardiaques et même par les critiques venues d'Amérique dues au déficit engrangé par ses concerts aux Etats-Unis à la tête du Philharmonique de New York (4) ?

Quoi qu'il en soit, le succès énorme des deux concerts qu'il dirigera aura de quoi lui redonner du baume au cœur. C'est à l'issue de la première que Thomas Mann a pour la première fois "l'impression de rencontrer un grand homme authentique", compositeur d'une symphonie qu'il a trouvée "tout à fait splendide", et qu'il décidera de prendre pour modèle pour le Gustav Aschenbach de "Mort à Venise". Korngold, quant à lui, notera la "transformation faustienne de Mahler et son ascension dans les hautes et pures cellules de la création musicale qu'il dirige".

Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Pour ce 150e anniversaire du plus ancien festival lyrique, le chef Jukka-Pekka Saraste aura besoin en tout cas de tout son talent pour fédérer les gigantesques forces de Radio France et de Munich en plein air : cordes à vingt-quatre selon les vœux de Mahler, pupitres formés de clarinettes, flûtes, bassons, cors, trompettes, trombones à cinq, six, sept, huit (par exemple), sans oublier d'impressionnantes percussions et timbales, des cloches, un glockenspiel, un célesta, un harmonium, un orgue, un piano, une mandoline et des harpes.

Fondre, dans une vision commune forte, les identités propres à chaque formation sera un des défis du chef finlandais qui voit, dans cette gigantesque œuvre, la narration d'une même histoire sur l'Amour éternel écrite en deux styles différents : un oratorio d'abord en latin puis un véritable opéra en allemand pour le deuxième mouvement. Gageons que nos superbes musiciens et chanteurs, membres d'orchestres et de chœurs habitués des Chorégies depuis 1971, sauront nous faire accéder aux hauteurs sublimes de cette symphonie unique. Et pas de panique, si vous ne pouvez rejoindre les sept mille spectateurs du Théâtre Antique, le concert sera diffusé en direct sur France Musique et sur France 5.

Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
(1) La Huitième fut donnée aux Chorégies d'Orange une première fois en 1977 par les quatre formations de Radio France sous la direction de Vàclav Neumann.
(2) Les citations de cet article sont extraites de la somme consacrée à Gustav Mahler par Henry-Louis de la Grange (Éditions Fayard).
(3) Dans le cadre du Festival de Munich, sont présents à la création en 1910 Kolomann Moser, Pierre Clémenceau, Camille Saint-Saëns, Siegfried Wagner, Alfred Roller, Arthur Schnitzler, Hugo von Hoffmannsthal, Richard Strauss, Stefan Zweig…
(4) L'auteure de cet article sait bien qu'il faudrait écrire "La Philharmonique" mais ne s'y résigne pas.



29 juillet à 21 h 30.
Théâtre Antique d'Orange.
Orchestre National de France.
Orchestre Philharmonique de Radio France.
Chœur de Radio France (Martina Batic, chef de chœur).
Chœur Philharmonique de Munich (Andreas Herrmann, chef de chœur).
Maîtrise de Radio France (Sofi Jeannin, chef de chœur).
Jukka-Pekka Saraste, direction.

>> maisondelaradio.fr/concerts-classiques
>> choregies.fr

Christine Ducq
Lundi 8 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020