Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Symphonie des Mille"… un monument mahlérien offert par les formations de Radio France aux Chorégies d'Orange

Le 29 juillet, les quatre formations musicales de Radio France et le Chœur Philharmonique de Munich unissent leurs forces pour donner l'incroyable huitième symphonie de Mahler dite des "Mille" à l'occasion du 150e anniversaire des Chorégies d'Orange.



Orchestre philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Orchestre philharmonique © Christophe Abramowitz/Radio France.
Un concert-événement exceptionnel à plusieurs titres. D'abord par l'extrême rareté de cette symphonie sur nos scènes - le plus souvent inconnue du public et, pour cause, elle nécessite un effectif monstre : deux orchestres, trois chœurs (dont un d'enfants). De là son surnom de "Symphonie des Mille" dû à l'imprésario chargé de la publicité à la création de l'œuvre à Munich en 1910.

L'événement consiste aussi dans les retrouvailles de l'Orchestre National de France, de l'Orchestre Philharmonique, du Chœur et de la Maîtrise de Radio France pour recréer cette "monumentale cathédrale sonore" (1) plus de quarante ans après l'avoir donnée dans le Théâtre Antique d'Orange (2). Événement toujours, aux côtés de nos grandes phalanges que cette distribution de haut-vol : huit solistes dont Ricarda Merbeth (Una poenitentium), Meagan Miller (Magna Peccatrix), Nikolaï Schukoff (Doctor Marianus) ou encore Albert Dohmen (Pater profondus), tous dirigés par le chef Jukka-Pekka Saraste.

Enfin la Symphonie n° 8 est une œuvre superlative à découvrir absolument. Elle constitue en soi un événement tant par ses dimensions (une heure vingt environ) que par son originalité tant dans l'histoire de la musique symphonique que dans l'œuvre de Mahler. Composée en deux mois dans le fameux Haüschen à Maiernigg pendant l'été 1906, la symphonie en deux mouvements - entièrement vocale (excepté une introduction au début du deuxième mouvement) - est fondée sur un hymne écrit par un moine bénédictin du IXe siècle (le "Veni Creator Spiritus") en latin célébrant l'Esprit Créateur et la scène finale du "Second Faust" de Goethe (en allemand) pour le deuxième mouvement le plus long jamais écrit par le compositeur autrichien. Un vaste chant mystique du propre aveu de Mahler qui se sentit, écrit-il en 1906, devenir "l'instrument de forces supérieures" pendant sa conception dans le Wörthersee.

Orchestre National de France © DR.
Orchestre National de France © DR.
Une œuvre optimiste qu'il veut "dispensatrice de joie", "un don à la nation invitée à entendre (…) l'univers entier en train de sonner et résonner. Il ne s'agit plus de voix humaines, mais de planètes et de soleils en pleine rotation". Plus grand triomphe public de Mahler, la création de cette cosmique "Symphonie des Mille" le 12 septembre 1910 à Munich en présence de nombreuses personnalités (3) est à tous égards l'apothéose de sa carrière. Alors même que le compositeur traverse une crise majeure dans sa cinquantième année. Entre les répétitions estivales, il a même rejoint Sigmund Freud en Hollande pour une séance-promenade (de thérapie) de quatre heures. N'est-il pas bouleversé par l'infidélité d'Alma, une santé précaire due à ses problèmes cardiaques et même par les critiques venues d'Amérique dues au déficit engrangé par ses concerts aux Etats-Unis à la tête du Philharmonique de New York (4) ?

Quoi qu'il en soit, le succès énorme des deux concerts qu'il dirigera aura de quoi lui redonner du baume au cœur. C'est à l'issue de la première que Thomas Mann a pour la première fois "l'impression de rencontrer un grand homme authentique", compositeur d'une symphonie qu'il a trouvée "tout à fait splendide", et qu'il décidera de prendre pour modèle pour le Gustav Aschenbach de "Mort à Venise". Korngold, quant à lui, notera la "transformation faustienne de Mahler et son ascension dans les hautes et pures cellules de la création musicale qu'il dirige".

Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Maîtrise de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Pour ce 150e anniversaire du plus ancien festival lyrique, le chef Jukka-Pekka Saraste aura besoin en tout cas de tout son talent pour fédérer les gigantesques forces de Radio France et de Munich en plein air : cordes à vingt-quatre selon les vœux de Mahler, pupitres formés de clarinettes, flûtes, bassons, cors, trompettes, trombones à cinq, six, sept, huit (par exemple), sans oublier d'impressionnantes percussions et timbales, des cloches, un glockenspiel, un célesta, un harmonium, un orgue, un piano, une mandoline et des harpes.

Fondre, dans une vision commune forte, les identités propres à chaque formation sera un des défis du chef finlandais qui voit, dans cette gigantesque œuvre, la narration d'une même histoire sur l'Amour éternel écrite en deux styles différents : un oratorio d'abord en latin puis un véritable opéra en allemand pour le deuxième mouvement. Gageons que nos superbes musiciens et chanteurs, membres d'orchestres et de chœurs habitués des Chorégies depuis 1971, sauront nous faire accéder aux hauteurs sublimes de cette symphonie unique. Et pas de panique, si vous ne pouvez rejoindre les sept mille spectateurs du Théâtre Antique, le concert sera diffusé en direct sur France Musique et sur France 5.

Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
Chœur de Radio France © Christophe Abramowitz/Radio France.
(1) La Huitième fut donnée aux Chorégies d'Orange une première fois en 1977 par les quatre formations de Radio France sous la direction de Vàclav Neumann.
(2) Les citations de cet article sont extraites de la somme consacrée à Gustav Mahler par Henry-Louis de la Grange (Éditions Fayard).
(3) Dans le cadre du Festival de Munich, sont présents à la création en 1910 Kolomann Moser, Pierre Clémenceau, Camille Saint-Saëns, Siegfried Wagner, Alfred Roller, Arthur Schnitzler, Hugo von Hoffmannsthal, Richard Strauss, Stefan Zweig…
(4) L'auteure de cet article sait bien qu'il faudrait écrire "La Philharmonique" mais ne s'y résigne pas.



29 juillet à 21 h 30.
Théâtre Antique d'Orange.
Orchestre National de France.
Orchestre Philharmonique de Radio France.
Chœur de Radio France (Martina Batic, chef de chœur).
Chœur Philharmonique de Munich (Andreas Herrmann, chef de chœur).
Maîtrise de Radio France (Sofi Jeannin, chef de chœur).
Jukka-Pekka Saraste, direction.

>> maisondelaradio.fr/concerts-classiques
>> choregies.fr

Christine Ducq
Lundi 8 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021