La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Sur l'autre rive" Une émanation libre et contemporaine de "Platonov"

La particularité des mises en scène de Cyril Teste tient à l'usage intense de la vidéo. Une vidéo qu'il utilise "comme le peintre utilise un pinceau". "Sur l'autre rive" ne déroge pas à cette habitude. La vidéo est bien présente, elle est même la dynamique du spectacle. Captée et diffusée en direct pour choisir et focaliser l'action, elle est le médian qui donne à chaque représentation un côté unique et éphémère. Un peu comme si l'on assistait en temps réel à la création de la représentation, comme si, pour reprendre l'image du peintre, on assistait à la peinture en train de se faire couche après couche.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Le fond du tableau est une fête. Celle qui a lieu dans le premier acte de "Platonov", la pièce de Tchekhov. Une fête estivale qui réunit toute la communauté autour d'une jeune veuve, Anna. Voisins, amis, prétendants, pique-assiettes, rivales et fêtards en tout genre, toute une foule de personnages dignes d'un Caravage. On ne voit au début que la foule et ce sera la loupe de la vidéo qui viendra tout au long de la pièce agrandir les visages et faire entendre ce qui se joue.

Sur scène, une cinquantaine de personnes vont créer ce décor vivant : des spectateurs que le metteur en scène a conviés comme il l'avait déjà expérimenté sur sa précédente mise en scène de Tchekhov, La Mouette. Un simple workshop et quelques conseils ont suffi à ces spectateurs devenus acteurs pour qu'ils incarnent ce monde. Le monde énorme et microscopique que décrit Tchekhov dans cette pièce de jeunesse, jamais créée de son vivant, jamais reliée et retrouvée à l'état de feuillets que l'auteur n'a jamais mis dans un ordre précis.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
C'est l'univers bourgeois et provincial russe qui en est la modèle. Un univers où tout le monde se connaît, où les classes sociales sont poreuses, où les intérêts et les influences prolifèrent comme des champignons sur la tourbe. Mais Cyril Teste s'extrait de cette spécificité locale. Ce n'est pas la Russie de la fin du XIXe siècle, celle que Tchekhov voit en 1878 avec son regard de jeune homme de 18 ans, que "Sur l'autre rive" raconte, mais un monde contemporain débarrassé de tout l'exotisme, ruse, samovar, vodka, effusions sentimentales. C'est aujourd'hui, quelque part en Europe, peut-être en France, que la fête se déroule.

Cyril Teste s'accorde une totale liberté vis-à-vis du texte original ainsi que de l'adaptation d'Olivier Cadiot. La langue est actuelle, sans jamais tomber dans la complaisance des expressions à la mode. Il a puisé dans la pièce de Tchekhov, les personnages principaux et leurs conflits, leurs désirs, leurs états d'âme et choisi de laisser un peu de côté l'intrigue centrale pour focaliser l'histoire sur les interactions entre les personnages principaux.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Bien sûr, le personnage principal reste Platonov, Micha, interprété par Vincent Berger qui donne à son personnage un impitoyable cynisme. Et le scénario suit ses différentes histoires d'amour de Don Juan à la russe, ses hésitations, ses doutes, ses abandons et ses brûlures faites de regrets et d'espoirs combinés, explosifs. Mais ce jeu de va-et-vient entre les projections vidéo des courts échanges entre les protagonistes et le plateau met l'accent sur les autres conflits : problèmes d'argent pour Anna, très convaincante Olivia Corsini, corruptions diverses, mariages qui ne s'arrangent pas, tromperies et complots. Tout le spectacle paraît bien une fête qui dure toute la nuit, mais où des destins vont se trouver fracassés au petit matin.

Joie, fantaisie, amusement, musique permanents, danses, musicien servent de décorum permissif à tout ce joli monde où les incrustations vidéo zooment les différentes intrigues avec l'idée de se rapprocher au plus près du jeu des actrices et des acteurs, mais bizarrement, cette vision à travers les écrans et l'amplification des voix reforme une sorte de quatrième mur qui met une distance avec ce qui se joue. Et on a l'impression de picorer un peu de tout le monde sans avoir le temps de s'imprégner. Pourtant, il y a là de la vie, chaotique comme la vraie, incertaine et fourmillante, futile et blessante, dans un monde qui paraît extrêmement vieux pourtant, sans nostalgie pour ses ruines, mais qui ne laisse aucune place à la jeunesse.

"Sur l'autre rive" fait partie d'un diptyque scène/film qui sera diffusé sur Arte à l'automne. À voir.

Vu à l'Amphithéâtre d'O, Domaine d'O de Montpellier, dans le cadre du Printemps des Comédiens.

"Sur l'autre rive"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Librement inspiré de Platonov d’Anton Tchekhov .
Mise en scène : Cyril Teste.
Assistant à la mise en scène : Sylvère Santin.
Traduction : Olivier Cadiot.
Adaptation : Joanne Delachair et Cyril Teste.
Avec : Vincent Berger, Olivia Corsini, Florent Dupuis, Katia Ferreira, Adrien Guiraud, Émilie Incerti Formentini, Mathias Labelle, Robin Lhuillier, Lou Martin-Fernet, Charles Morillon, Marc Prin, Pierre Timaitre, Haini Wang.
Collaboration artistique : Marion Pellissier.
Dramaturgie : Leila Adham.
Scénographie : Valérie Grall.
Costumes : Isabelle Deffin, assistée de Noé Quilichini.
Création lumière : Julien Boizard.
Création vidéo : Mehdi Toutain-Lopez.
Images originales : Nicolas Doremus et Christophe Gaultier.
Musique originale : Nihil Bordures.
Le décor a été construit par Artom Atelier.
Production Collectif MxM.
Durée : 2 h.
À partir de 12 ans.

A été joué à l'Amphithéâtre d'O, Domaine d'O, Montpellier (34), du 30 mai au 2 juin 2024 dans le cadre de la 38e édition du Printemps des Comédiens (du 30 mai au 21 juin 2024).
>> printempsdescomediens.com

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Tournée
27 septembre au 13 octobre 2024 : Théâtre Nanterre-Amandiers - CDN, Nanterre (92).
17 et 18 octobre 2024 : Espace des Arts - Scène nationale, Chalon-sur-Saône (71).
8 au 16 novembre 2024 : Théâtre du Rond-Point, Paris.
26 novembre 2024 : Équinoxe - Scène nationale, Châteauroux (36).
5 et 6 décembre 2024 : Maison de la Culture - Pôle européen de création et de production, Amiens (80).
11 au 13 décembre 2024 : Les Quinconces - Scène nationale, Le Mans (72).
18 et 19 décembre 2024 : La Condition Publique, Roubaix (59).
15 au 17 janvier 2025 : Théâtre des Louvrais, Points Communs - Scène nationale, Cergy-Pontoise (91).
22 et 23 janvier 2025 : Comédie de Valence - CDN Drôme-Ardèche, Valence (26).
30 janvier au 8 février 2025 : Les Célestins, Lyon (69).
18 et 19 mars 2025 : Tandem - Scène nationale, Douai (59).
26 au 28 mars 2025 : Théâtre Sénart - Scène nationale, Lieusaint (77).

Bruno Fougniès
Lundi 10 Juin 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024