La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Sister Act"… du cinéma au théâtre !

"Sister Act", Théâtre Mogador, Paris

Comédie musicale ayant parcourue plusieurs scènes sur des milliers de kilomètres depuis maintenant 20 ans, "Sister Act" est un cocktail de danses et de chants dans une histoire où nonnes et bandits donnent la répartie au show business.



© Brinkhoff/Mögenburg.
© Brinkhoff/Mögenburg.
Vingt ans après le succès mondial du film dont est tiré le spectacle, "Sister Act" est toujours sur scène à Paris, Vienne, Milan, Broadway et au Royaume Uni. Un succès qui est compréhensible par biais des aspects. Une belle histoire, des personnages antinomiques et bien marqués, des chants bien syncopés, de l’humour et quelques chorégraphies un tantinet comiques. L’histoire ? La chanteuse Dolorès Van Cartier est témoin d’un meurtre et est logée par sécurité dans un couvent, un mélange explosif entre show-business, mafia et liturgie.

Comme beaucoup de comédies musicales, la régie manque un peu d’oreille en mettant le son trop fort. La tessiture vocale des chanteurs est d’un spectre assez large, allant d’un aigu haut perché pour, entre autres, la chanteuse principale (Kania), à un grave bien chaussé pour les gangsters permettant de créer différentes atmosphères dans les scènes.

© Brinkhoff/Mögenburg.
© Brinkhoff/Mögenburg.
Toutes les figures d’un bon scénario sont présentes avec rêves de gloire pour la diva Van Cartier, méchanceté bien sympathique côté caïd et aspects comiques pour ses acolytes, malgré eux. La mère supérieure, gardienne du temple, est rigide dans ses principes avec des nonnes suiveuses ou rebelles contre elle. Rien n’est laissé au hasard jusqu’à cette nonne qui cherche sa voix, le fil de son destin, entre Dieu et une liberté de vivre.

Les chorégraphies sont bien synchronisées bien qu’elles manquent parfois d’inspiration surtout dans la deuxième partie. Les déplacements sont vifs et bien articulés. Le jeu théâtral est de qualité avec des personnages très marqués, sans qu’ils soient caricaturaux. Les personnages taquinent quelques clichés de l’Église, de la Mafia. Les scènes s’enchaînent comme des séquences de film où la ville de Philadelphie plante un décor de cinéma. Le camp mafieux d’un côté, l’église de l’autre sont dans des couleurs bien marquées, blanche et claires pour la religiosité, sombres pour les brigands.

La distribution est bien choisie, talentueuse et arrive à donner au spectacle tonus et peps dans une histoire qui n’en manque pas.

"Sister Act"

© Brinkhoff/Mögenburg.
© Brinkhoff/Mögenburg.
Mise en scène : Carline Brouwer.
Chorégraphie : Anthony Van Laast MBE, assisté de Frances Chiappetta.
Musique : Alan Menken.
Paroles et chansons : Glenn Slater.
Livret : Cheri Steinkellner & Bill Steinkellner.
Dialogues additionnels : Douglas Carter Beane.
Avec : Kania, Carmen Ferlan, Christian Bujeau, Aurélie Konaté, Michèle, Thierry Picaut, Barry Johnson, Sarah Manesse, Valériane de Villeneuve, Lola Ces, Keny Bran Ourega, David Sollazzo, Franck Vincent, Yoni Amar, Carole Clin, Maureen Diot, Fabrice de la Villehervé, Khemi Ferrey, Aude Gilliéron, Audrey Levêque, Mélina Mariale, Sofia Nait, James Noah, Rachel Pignot, Léovanie Raud, Manon Taris, Sarah Tullamore, Mathieu Becquerelle, Alix Briseïs, Rafaëlle Cohen, Jackson De Decker, Alexia Rey Swing.

Superviseur musical, arrangements vocaux et arrangements annexes : Michael Kosarin.
Décors : Klara Zieglerova, assistée de Carla Janssen Hofelt.
Costumes : Lez Brotherston, assisté de Diane Williams.
Orchestrations : Doug Besterman.
Arrangement des musiques pour les chorégraphies : Mark Hummel.
Adaptation des paroles des chansons : Nicolas Nebot.
Adaptation du livret : Ludovic-Alexandre Vidal.
Metteur en scène résident : Véronique Bandelier.
Directeur musical résident : Stan Cramer.
Durée : 2 h 30 dont 20 minutes d’entracte.

© Brinkhoff/Mögenburg.
© Brinkhoff/Mögenburg.
Jusqu’au 30 juin 2013.
Mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 20 h, samedi à 15 h et 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre Mogador, Paris 9e, 0 820 88 87 86 (0,12€ la minute).
>> theatre-mogador

© Brinkhoff/Mögenburg.
© Brinkhoff/Mögenburg.

Safidine Alouache
Vendredi 7 Juin 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019