La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Si la connerie m'était contée... ou hommage en forme de cabaret à Jean Yanne

"On n'arrête pas la connerie", Petit Montparnasse, Paris

Jean Yanne, iconoclaste et anticonformiste notoire, dès les années cinquante, au cabaret puis à la télé, n'a jamais cessé de la fustiger. Dans une mise en scène fleurant bon le music-hall, Jean-François Vinciguerra, Éric Laugérias et Johan Farjot ont sélectionné quelques perles dans le répertoire de notre regretté amuseur impertinent et décapant et nous offre un cabaret insolent aux vertus décrassantes...



© Jeep Stey.
© Jeep Stey.
Acteur, auteur, réalisateur, producteur et compositeur, provocateur et visionnaire, il révéla, au fil de ses sketches, de ses films et de ses chansons, un anticonformisme à la générosité corrosive et à l'ironie grinçante mais aussi empli de pudeur, de poésie... et souvent d'une réelle humanité. Mais malgré cette dernière, il bâtira son humour sur un cynisme grave et désespéré, optant pour une liberté inconditionnelle et refusant toute concession.

Tel un bouffon sans dieux ni maître, il crachera dans les bénitiers, se mettra les légionnaires à dos bien avant Gainsbourg (avec une version salé de "Ah ça ira, ça ira"), insultera les forces de l'ordre à la télé (avec son complice de l'époque : Jacques Martin), vomira la société de consommation... et la civilisation de l'automobile (avec "l’Apocalypse est pour demain", un pamphlet fiction publié en 1977).

Dans le style cabaret, mais en version caustique et impertinente, Jean-François Vinciguerra, Éric Laugérias et Johan Farjot (au piano) enchaînent une sélection de textes du maître de l'humour satirique, entrecoupée de mini-pubs (que l'on appelait alors "réclames").

© Jeep Stey.
© Jeep Stey.
Ces dernières, tirées principalement de "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", apparaissent dans un vieux téléviseur avec trucage façon "Jean-Christophe Averty" et avec la participation de quelques voix amicales. On retrouve, entre-autres, les célèbres "Pour supprimer les mauvais rhumes, utilisez RhinoMissel, le livre de messe traité à l'eucalyptus et aux bourgeons de pin naturel... Mon rhume est fini, je rend grâce au ciel, merci RhinoMissel !" (voix de Laurent Ruquier) et "M. l'abbé, pour raviver la couleur de votre soutane... utilisez SoutaNeuf... SoutaNeuf, le régénérateur de soutanes... SoutaNeuf, la résurrection de la soutane !" (voix de Pierre Bellemare).

Pour rendre hommage à la verve inventive de Jean Yanne, le Trio a composé un cocktail au vitriol qui, à travers des textes ayant souvent plus de quarante ou cinquante ans, met en exergue les travers et la connerie (intacte !) de notre époque. Ainsi les pics incendiaires que celui-ci lançait à travers ses films ou ses sketches télévisuels, touchant la religion, l'administration, les flics, le pouvoir, la politique ou la société de consommation sont pour la plupart toujours d'actualité.

Et là... on se dit qu'aujourd'hui, où l'insolence et l'irrévérence en matière d'humour s'arrêtent là où commence le "politiquement correct" (c'est à dire pas très loin !), celui qui déclara avoir "la faculté d'assimiler la connerie ambiante comme les abeilles butinent les fleurs et prennent le pollen pour en faire leur miel" aurait beaucoup de mal à lâcher ses très nombreuses diatribes et autres férocités sur la crétinerie et ses territoires environnants... Tout comme d'ailleurs un Coluche ou un Desproges !

La mise en scène de cet hommage réussi - que l'on doit à Jean-François Vinciguerra, par ailleurs comédien et baryton basse - est fluide et bien rythmée, dans le total respect de la formule " music-hall. Et nos trois larrons interprètent avec une gourmandise non dissimulée les textes de Jean Yanne.

"On n'arrête pas la connerie" est pour cela un spectacle salutaire qui nous remémore le génie de celui qui traita en avant-gardiste de sujets malheureusement toujours à l'ordre du jour comme le chômage des cadres (avec "L'ingénieur porte-savon") ou la reconnaissance de l'homosexualité (avec "Mon cher Albert")... C'est un rafraîchissant cocktail qui nous redonne des bouffées d'air impures et nous rappelle la toujours récurrente présence de la connerie ambiante.

"On n'arrête pas la connerie"

© Jeep Stey.
© Jeep Stey.
Textes (sketches et chansons) : Jean Yanne.
Mise en scène : Jean-François Vinciguerra.
Avec : Jean-François Vinciguerra, Éric Laugérias et Johan Farjot (au piano).
En alternance avec : Frédéric Longbois, Isabelle Fleur et Bruno Membrey (au piano).
Et les voix amicales de : Marie Drucker, Myriam Feune de Colombi, Chantal Ladesou, Eve Ruggieri, Pierre Bellemare, François Berléand, Laurent Ruquier.
Décor : Dominique Pichou.
Costumes : Michel Dussarat.
Lumières : Geneviève Soubirou.
Vidéo : Jules Vincent.
Son : Michel Winogradoff.

Du 12 juin au 30 août 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, matinée samedi à 17 h.
Prolongations jusqu'à fin septembre 2014.
Les dimanches et lundis à 20 h.
Petit Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com/

Gil Chauveau
Jeudi 4 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021