La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Rendez-vous"... Se créer de nouveaux souvenirs et imaginer une vie à venir

"Rendez-vous", Alhambra Théâtre Music-hall, Paris

Aborder la perte de mémoire - qui plus est dans un milieu artistique où celle-ci est un instrument de travail - et la maladie qui en est souvent, de nos jours, la responsable, cela n'est ni évident ni habituel. La délicatesse, la subtile dose d'humour et de dérision du texte de Bruno Fougniès et la mise en scène inventive de Rubia Matignon, en désamorcent tous les écueils prévisibles et donne à voir une pièce pleine de vivacité, nourrie de belles pointes d'insolence.



© Aurore Sopa.
© Aurore Sopa.
Deux lettres aux contenus identiques, deux femmes, deux invitations à des retrouvailles, un rendez-vous inattendu pour deux ex-partenaires, ex-amantes, ex-artistes. En imprévu, un état des lieux des ambitions passées et des rivalités rancunières, échangées sur une partition de répliques pas toujours bienveillantes, souvent salées, voire épicées.

Rendez-vous chez lui… mais lui se révèle absent !
Elles s'installent, le thé a été préparé. L'une, Nymphe, est devenu toiletteuse pour chiens, l'autre, Pussy, est une chanteuse sans succès, gestionnaire de karaoké.

L'absent apparaît, répondant au très latin prénom d'Armando, vite émoustillé par la présence des deux belles mais ne les reconnaissant pas. Perte de mémoire… volontaire ou altérative ? La suite donne la réponse, celle d'une maladie, Alzheimer, évoluant lentement mais inexorablement.

© Pierre François.
© Pierre François.
De là, la donne change, les querelles féminines s'estompent pour tenter, dans une forme de lutte empathique, d'ouvrir la malle aux souvenirs, ceux des passions amoureuses et artistiques vécues vingt ans plus tôt. Et reconstruire ce qui les unissait tous les trois… le music-hall, un show dans un cabaret des années soixante-dix !

De cette réédification surgissent les chansons du passé, les espoirs oubliés, les aspirations délaissées. Et pourquoi ne pas renaître au présent sur les promesses abandonnées. Se crée alors une nouvelle vie, un spectacle pour redonner à Armando la conscience de son âme de saltimbanque, de son existence d'artiste, même si ce ne sont que d'éphémères intermittences mais à la renaissance cyclique et récurrente.

Sont ainsi chantés quelques titres incontournables de la chanson française dont "Syracuse" (Bernard Dimey/Henri Salvador), "Les petites femmes de Pigalle" (Serge Lama/Jacques Datin), "Déshabillez-moi" (Robert Niel/Gabrielle Vervaecke), "Mon truc en plume" (Bernard Dimey/Jean Constantin) ou du répertoire américain comme "New York, New York" (Fred Ebb/John Kander) ou "Hello, Dolly !" (Michael Stewart/Jerry Herman).

Cette alliance du musical et du théâtral - l'essence même du music-hall - est incontestablement l'une des forces de ce spectacle, permettant d'aborder, d'explorer un sujet grave par le biais de refrains célèbres, d'espièglerie et d'une bonne dose d'impertinence… le tout avec une bienveillance exempte de pathos déplacé.

© Aurore Sopa.
© Aurore Sopa.
Tant au niveau de l'écriture, de la mise en scène que de l'interprétation, la réussite est réelle, avec notamment une belle idée de boucle de théâtre dans le théâtre, et une astucieuse solution pour aider Armando à retrouver, à maintenir sa mémoire : "être sur scène pour faire ce qu'on sait le mieux faire… et repartir sur les routes, c'est toujours mieux que l'hôpital !".

"Rendez-vous" est un spectacle sensible et intelligent qui offre aussi un regard différend sur la maladie, prenant en compte le point de vue des proches, de l'entourage, avec - petit plus non négligeable - une capacité particulière à conduire le spectateur vers le rire, lui permettant de quitter ainsi ses peurs intimes parfois générées par ce type de "dégradation".

"Rendez-vous"

© Pierre François.
© Pierre François.
Théâtre musical.
Texte : Bruno Fougniès.
Mise en scène : Rubia Matignon.
Avec : Robert Aburbe, Lola Accardi, Catherine Toublanc.
Production : Les p'tits barlous, Jean-Claude Auclair.
Durée : 1 h 10.

Du 4 janvier au 1er mars 2018.
Prolongation du 8 mars au 26 avril 2018.
Jeudi à 19 h 30.
Alhambra Théâtre Music-Hall, Paris 10e, 01 40 20 40 25.
>> alhambra-paris.com

Gil Chauveau
Jeudi 11 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020