La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Rabelais, l'homme et son œuvre, d'après le texte de Jean-Louis Barrault

C'est une somme, une multitude, un foisonnement de gestes, de costumes, de chants, de danses, de scènes, d'images et d'imaginaires, de saillies, de piques, de mots, ceux de François Rabelais, auguste philosophe, libre-penseur, écrivain qui vécut dans le royaume de France toute la première moitié du XVIe siècle. Sur la "pas très grande" scène du Théâtre 13, ils sont 18 comédiens entraînés dans cette sarabande écrite par Jean-Louis Barrault à partir des différentes œuvres du poète, conteur, au verbe déchaîné.



© Miliana Bidault.
© Miliana Bidault.
Rabelais fait partie intégrante de notre culture inconsciente. Ses personnages, à l'instar de ceux de Molière, de Cervantès, de Shakespeare… ont été adoptés par le langage courant : Pantagruel, Gargantua et les Picrocholes ont tous donné naissance à des mots communs, des expressions, des adjectifs. Dans notre imaginaire collectif, Rabelais se mélange à ses créatures. Il ressemble à un bon géant, érotomane, buveur, jouisseur, impertinent et sans mesure. Un être libre et érudit mais au langage terriblement imagé, romanesque et grivois.

Raconter à la fois l'homme et l'œuvre : telle est l'ambition de cette mouture concoctée par Jean-Louis Barrault en 1968, juste après qu'il fut démis de ses fonctions de directeur de l'Odéon à la suite de l'occupation du lieu par les étudiants de mai. L'écho renvoyé actuellement par "#occupationodéon" est assez étonnant. La foutraque profusion d'événements qui nous assaillent depuis plus d'un an, transformant la petite planète bleue en un drôle d'esquif menacé par les apocalypses, forme aussi un autre écho avec celle du verbe rabelaisien. Cette référence à l'actualité, déjà mise en exergue par Jean-Louis Barrault, a été remise à jour dans cette version par Hervé Van der Meulen dans un prologue réactualisé.

© Miliana Bidault.
© Miliana Bidault.
Dans la forme, cette mise en scène colle parfaitement à la frénétique agitation de l'auteur de la Renaissance. Sur scène, la foule d'interprètes jouent, chantent, dansent la multitude de personnages convoqués pour nous raconter Rabelais. Les costumes pleins de fantaisies d'Isabelle Pasquier, frôlant parfois la déraison, puisent leur inspiration autant dans la science-fiction que dans les anciens carnavals. Les matières dont sont faits masques, couvre-chefs et habits semblent cuirs, peaux, bois, tissus épais et fer, rappellent le proche Moyen Âge. Les décors et les accessoires concoctés par Claire Belloc suivent la même recette. Mobiles, ils sont aussi prétextes, dans leurs différents déplacements, à de vastes mouvements organisés comme des ballets (les belles scènes de la création du navire qui emmènent nos héros à la quête de l'oracle de la Dive Bouteille).

De la première seconde jusqu'au dernier souffle, le spectacle file sur un rythme soutenu. Les comédiennes et comédiens, presque tous issus de l'École par l'alternance d'Asnières - l'ESCA, s'emparent avec appétit et talent du difficile texte de Rabelais, écrit en vieux françois mais rendu ici dans une version assez modernisée. Une modernisation qui ne fait pas l'impasse sur les doubles sens, les boutades, les jeux de mots et les contrepèteries, ni aux allusions quasi obsessionnelles au sexe et à la scatologie qui émaillent tous ces contes. Ainsi cette célèbre contrepèterie "A Beaumont le Vicomte" dont il faut inverser le m de Beaumont avec le c de Vicomte…

Dans ce spectacle, tous les éléments artistiques sont importants. Il faut également parler de la composition musicale créée par Marc-Olivier Dupin. Du sur-mesure pour ces acteurs dont les chœurs et les chants puissants sont d'une belle qualité. À noter que la plupart des musiques sont interprétées au plateau. Quant aux chorégraphies de Jean-Marc Hoolbecq, elles aussi parfaitement adaptées aux interprètes, elles viennent sans articulations gênantes s'intégrer au déroulement de l'histoire : dynamiques, courtes, visuelles et efficaces, elles participent activement aux rythmes et aux évolutions de la pièce. D'autant que tant d'interprètes sur le petit plateau du Théâtre 13 demande une organisation sans failles.

Outre cette plongée fardée dans l'univers de celui qu'on dit inventeur du roman tel qu'on le connaît actuellement, l'intérêt du spectacle réside également dans les incursions de l'Histoire. François Ier, Henri II, Charles Quint resituent l'auteur dans son temps, ainsi que ses déboires avec Calvin, les censures, les autorités et surtout les catholiques intégristes que l'insolence d'y celui pour le clergé rendait encore plus fous qu'ils n'étaient naturellement.

Sans édulcorer la verve brillante de Rabelais, et bien au contraire en réussissant à la faire entendre à un public peu habitué à un tel bourgeonnement de langage, la mise en scène d'Hervé Van der Meulen use avec talent des moyens artistiques et humains de cette nombreuse distribution. Par pudeur sans doute, la grivoiserie outrepétante (désolé !) de Rabelais passe ici plus par les mots que par les actes, ce qui éteint un peu la flamme provocatrice de cet auteur. L'important est que l'on sort du spectacle avec l'envie de se replonger ou de se plonger pour la première fois dans ces textes uniques au monde.

"Rabelais"

© Miliana Bidault.
© Miliana Bidault.
Texte : Jean-Louis Barrault, d’après les textes de François Rabelais.
Mise en scène : Hervé Van der Meulen.
Avec 18 comédiens et comédiennes : Étienne Bianco, Loïc Carcassès, Aksel Carrez, Ghislain Decléty, Inès Do Nascimento, Pierre-Michel Dudan, Valentin Fruitier, Constance Guiouillier, Théo Hurel, Pierre-Antoine Lenfant, Olivier Lugo*, Juliette Malfray, Mathias Maréchal, Ulysse Mengue, Théo Navarro-Mussy*, Fany Otalora, Pier-Niccolò Sassetti, Jérémy Torres, Agathe Vandame (* en alternance).
Musique originale : Marc-Olivier Dupin.
Assistants(es) : Julia Cash, Ambre Dubrulle et Jérémy Torres.
Chorégraphie : Jean-Marc Hoolbecq.
Scénographie et accessoires : Claire Belloc.
Costumes : Isabelle Pasquier.
Lumières : Stéphane Deschamps.
Maquillage : Audrey Millon.
Cheffes et chef de chant : Juliette Épin-Bourdet, Juliette Malfray et Pablo Ramos Monroy.
Son : Arthur Petit.
Tout public à partir de 15 ans.
Durée 2 h 10.

Du 1er au 19 juin 2021.
Du 1er au 8 juin : du mardi au samedi à 18 h, le dimanche à 16 h.
Du 9 au 19 juin : du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 16 h.
Théâtre 13/Jardin, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com


Bruno Fougniès
Mercredi 12 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022